Notre mission, toujours vous informer
Accueil » Livres & Médias » Dans l
Dans l

Florence Pagneux, le 02/09/2017 à 6h00  De notre correspondante régionale

 

Le festival Visa pour l’image s’ouvre samedi à Perpignan. Y sera décerné, le 7 septembre, le prix Camille-Lepage, du nom de cette photographe de 26 ans tuée en 2014 en Centrafrique. Par ailleurs, sa mère publie un ouvrage pour retracer son travail décrivant la souffrance de populations souvent négligées par les médias.

 Pure colère. Le titre de cet ouvrage, hommage d’une mère à sa fille, résume parfaitement l’impression qui se dégage des photographies de Camille Lepage (1). Elles dépeignent la souffrance brute, sans filtre, des populations du Soudan, du Soudan du Sud et de Centrafrique où la photojournaliste avait choisi de s’installer, entre 2012 et 2014.

 À cette colère s’adossent la pureté, la radicalité de l’engagement de la jeune femme, qui a grandi à Angers (Maine-et-Loire). « Elle voulait par-dessus tout faire connaître la situation des populations oubliées des radars médiatiques », confie sa mère, Maryvonne Lepage qui, peu après sa mort dans une embuscade en mai 2014, a fondé l’association Camille Lepage-On est ensemble. Dès 2015, elle lançait le prix Camille-Lepage au festival Visa Pour l’image, destiné à financer un projet de reportage engagé. Il est décerné cette année au photographe Pierre Faure pour un travail en noir et blanc sur la montée de la pauvreté dans la France rurale et périurbaine (2).

Pour donner à voir le combat de sa fille, Maryvonne Lepage a passé de longs mois à concevoir cet ouvrage, triant parmi plus de 10 000 photos éparpillées sur plusieurs disques durs, épluchant mails ou discussions sur les réseaux sociaux, contactant un à un ses nombreux amis et confrères. « J’y passais parfois des jours entiers. C’était à la fois beaucoup de plaisir mais aussi beaucoup de douleur. J’ai vraiment eu l’impression de découvrir ma fille… » Le résultat est à la fois collectif et intimiste. Collectif, parce qu’il réunit plus d’une quarantaine de témoignages évoquant le travail passionné de Camille. Intimiste, parce qu’il dévoile la personnalité de la jeune femme, sourire accroché aux lèvres et regard lumineux. « Ma fille était bosseuse et sérieuse, mais elle adorait faire de la boxe, de la moto et boire des bières avec ses amis. »

Les photos publiées dans l’ouvrage traduisent cette ardeur à montrer la vie, sous toutes ses facettes. Avec, côté pile, la violence abrupte de cadavres jonchant le sol après des affrontements ou des bombardements. Mais aussi, côté face, le sourire des enfants des monts Nuba, réfugiés dans des grottes, dans le plus grand dénuement. Les silhouettes longilignes de mannequins sud-soudanaises, parées de bijoux traditionnels. Ou encore ce couple, marchant main dans la main sur les cendres fumantes de sa maison bombardée. « Camille avait cette capacité à prendre la photo au bon moment, à savoir capter l’instant, décrit Maryvonne Lepage. J’aurais tellement aimé que ce soit elle qui publie ce livre… »

 

Florence Pagneux

0 commentaire

Soyez la première personne à vous exprimer !

Mon commentaire

Dans la même catégorie
Ernest Obama n’aura pas chômé trop longtemps. Tout récemment limogé de la Direction général de Vision 4, Ernest Obama a été promu en Centraf » ...la suite
Son premier roman, Batouala, aura été le bon. René Maran, né il y a 132 ans jour pour jour, en 1887, à bord d'un bateau qui conduisait ses parent » ...la suite
Sur l’écran, un type brandit un énorme parpaing. C’est pour fracasser la tête d’un malheureux qui, une minute plus tôt, poussait des hurleme » ...la suite
Ce livre est écrit selon l’auteur, pour que la transition dirigée par Catherine Samba-Panza en Centrafrique ne s'oublie pas. Dans l'histoire polit » ...la suite
Il y avait foule à Bangui pour assister aux premières projections du film "Camille" qui retrace les derniers mois de la vie de la photojournaliste f » ...la suite
Cinq ans après sa mort en République Centrafricaine, un film sur la photojournaliste angevine, Camille Lepage, sortira en salles le 16 octobre proch » ...la suite
La fille de l’ancien dictateur de Centrafrique, autrice du « Château de l’ogre », tourne la page d’une histoire éloignée des contes de fée » ...la suite
Le 20 mai, une religieuse franco-espagnole était retrouvée assassinée en Centrafrique, où elle était missionnaire. Dans ce pays où des groupes a » ...la suite
Lors d’une manifestation de l’opposition, samedi 15 juin à Bangui, interdite par les autorités, deux journalistes français travaillant pour l » ...la suite
Deux journalistes français de l'AFP ont été violemment interpellés puis molestés par la police, samedi, alors qu'ils couvraient une manifestation » ...la suite