Notre mission, toujours vous informer
Accueil » Economie » CAMEROUN: LE PORT AUTONOME DE DOUALA S
CAMEROUN: LE PORT AUTONOME DE DOUALA S

Ce déploiement du Port autonome de Douala vise à reconquérir la Centrafrique.
 
Après Ndjamena au Tchad en décembre 2017, le Port autonome de Douala a inauguré sa représentation à Bangui mardi dernier. C'était au cours d'une cérémonie présidée par le directeur général adjoint, Charles Michaux Moukoko Njoh. Le PAD est ainsi déterminé à reconquérir et fidéliser les pays de son hinterland. Les statistiques de la douane camerounaise datant de 2013 révèlent qu'environ 55 milliards de FCfa de marchandises centrafricaines transitent, chaque année, par le Port de Douala.

En effet, si l’attractivité d’un port se mesure à sa desserte maritime (nombre de ports reliés, fréquence des services) et sa capacité à accueillir les grandes compagnies maritimes, elle se mesure également par sa capacité à massifier et fluidifier les flux de marchandises à terre dans son hinterland, que ce soit par voie fluviale, par la route ou par le rail. La bataille des ports se joue aussi à terre !

L'ouverture des représentations du PAD à Ndjamena et à Bangui constitue en effet une nouvelle offensive pour reconquérir les parts de marché menacées et fidéliser ses clients. Il s'agit de la matérialisation du 1er Forum tripartite Tchad-RCA-Cameroun. Et l'ouverture de la représentation de Bangui intervient quelques semaines seulement après le 2ème forum du genre sur les questions portuaires, tenu en début décembre 2017, à N’djamena, la capitale tchadienne, au cours de laquelle, Cyrus Ngo'o a inauguré la représentation du PAD à N’d'jamena.

Cette rencontre, qui a regroupé la communauté portuaire et les opérateurs économiques des trois pays, a été ponctuée par l’installation officielle du représentant du Port autonome de Douala (PAD) à Ndjamena. Un représentant à Bangui de l’entreprise publique camerounaise, chargée de la gestion du port de la capitale économique, la plus importante plateforme portuaire du pays, a également été désigné. Selon les responsables du PAD, la désignation des représentants dans ces deux pays, participe d’une stratégie de reconquête des marchés tchadien et centrafricain, pour lesquels le port de Douala sert de plateforme de transit des marchandises.

Face aux nombreuses difficultés rencontrées par les opérateurs économiques centrafricains et tchadiens au port de Douala, ainsi que les tracasseries sur les corridors Douala-Ndjamena et Douala- Bangui, les importateurs et exportateurs de la RCA et du Tchad, se tournaient peu à peu vers les ports du Soudan et de Cotonou (Bénin), pour le transit de leurs marchandises. Cette situation, prise au sérieux par l'autorité portuaire de Douala a fait perdre au port de Douala 50% du marché tchadien, et un peu moins pour le marché centrafricain. Il est donc question, à travers la mise en place des représentations du PAD à Ndjamena et à Bangui, de repositionner le port de Douala sur les marchés tchadien et  centrafricain.

«Les représentations devront mettre en place un système de veille, pour relever en temps réel, toute difficulté, ou dysfonctionnement dans le fonctionnement des corridors et les relayer rapidement à qui de droit», explique Charles Michaux Moukoko Ndjoh, le directeur général adjoint du PAD. La représentation du PAD inaugurée en présence de l'ambassadeur du Cameroun en République centrafricaine, son Excellence Nicolas Nzoyoum, est dirigée par Edwin Zibi Ebanga.

© Source : L'OEIL DU SAHEL : D. O

 

 

Centrafrique, introduction du Bordereau électronique de suivi de cargaisons

 

NGUEYAP ROMUALD / Publié le : 05 mars 2018

 

La Centrafrique entend renforcer le contrôle et la traçabilité du commerce et du trafic des marchandises au départ du pays. Le Ministère des Finances vient de prendre une circulaire qui exige désormais la délivrance préalable d’un Bordereau électronique de suivi de cargaisons (BESC) pour toute exportation.

 

C’est par la Note circulaire nº 0355/18/MFB/DIR-CAB/DGDDI du jeudi 1er mars 2018 que le Ministre des Finances et du Budget, Henri Marie Dondra, a donné l’instruction gouvernementale fixant les modalités d’exportation.

Désormais, tout flux de marchandises sortant du territoire centrafricain est soumis à l’exigence de la délivrance préalable d’un Bordereau électronique de suivi de cargaisons (BESC).

« Il est porté à la connaissance des exportateurs, commissionnaires en douane agrées et usagers, qu’à compter de la date de signature de la présente, toute exportation au départ de la République centrafricaine est subordonnée à la délivrance du Bordereau électronique de suivi de cargaisons (BESC), conformément aux clauses du contrat signé entre le Gouvernement centrafricain et ANTASER BVBA », peut-on lire dans la Note.

Délivré exclusivement par l’entreprise ANTASER BVBA, le BESC se présente sous forme de feuillets comprenant des informations liées au nom du navire et de l'armateur; la désignation de la marchandise; le pays d'origine de la marchandise ; le pays de destination de la marchandise; le port d'embarquement; le port de débarquement; le nom et l'adresse de l'expéditeur; le nom et l'adresse du destinataire; le volume/poids de la marchandise; les unités payantes et le coût du transport.

À la suite de cette mesure à effet immédiat, toute cargaison non accompagnée du Bordereau de suivi des cargaisons validé constitue, dès lors, une infraction à la réglementation en vigueur en Centrafrique. Des pénalités sont, par conséquent, systématiquement appliquées à destination, indique-t-on au service de la Douane.

D'après les responsables de ce département, l’introduction du BESC sont une grande avancée, car il servira aux « besoins statistiques, de la valeur de la marchandise, d'identification, de contrôle des coûts de transports et de sûreté des marchandises au départ de la République de Centrafrique ».



https://www.afrique-sur7.fr/387421-centrafrique-le-gouvernement-remet-de-lordre-dans-les-procedures-dexportation-des-cargaisons  

1 commentaire

N
METTRE EN PLACE LA REPRESENTATION DU PORT AUTONOME DE DOUALA A BANGUI NE CHANGENT RIEN AUX DIFFICULTES DES OPERATEURS ECONOMIQUES QUI TRANSITENT LEURS MARCHANDISES DE DOUALA A BANGUI. LA VOIE TERRESTRE POUR LE TRANSPORT DES MARCHANDISES DEPUIS LE PORT DE DOUALA A BANGUI N'EST PAS LA SOLUTION. IL FAUT MAINTENANT REFLECDES MARCHANDISES DEPUIS LE PORT DE DOUALA A BANGUI N'EST PAS LA SOLUTION. IL FAUT MAINTENANT REFLECHIR SUR LA SOLUTION FERROVIAIRE BANGUI-DOUALA DONT LES DOSSIERS EBAUCHES AU TEMPS DE BOKASSA SOUFFRENT QUELQUE PART DANS LA POUSSIERE DES ARCHIVES. C'EST A NOUS CENTRAFRICAINS DE PARLER ET DE FAIRE CETTE BONNE PROPOSITION DE VOIE FERREE AUX DIRIGEANTS ET BAILLEURS DE FONDS CONCERNES POUR QU'ENFIN, ON CONTOURNE CE FAMEUX CORRIDOR ROUTIER TRES CORROMPU ET ACCIDENTOGENE DOUALA-BANGUI. LA VOIE FERREE NE POURRA QUE DESENCLAVER NOTRE PAYS; NE CROYEZ VOUS PAS ? » lire la suite

Mon commentaire

Dans la même catégorie
En Centrafrique, la mairie de Bangui s’est lancée dans une opération de recensement de ses commerçants et de leurs activités afin d’améliorer » ...la suite
Dans ce pays qui regorge d’opportunités d’affaires et d’investissements, quelles sont mains qui contrôlent l’économie en Centrafrique ? » ...la suite
Le Fonds monétaire international a tenu, vendredi 9 octobre, une réunion virtuelle sur l'impact du coronavirus en Afrique, en présence de sa direct » ...la suite
C'est une bouffée d'oxygène en ces temps difficiles. Le Fonds Monétaire International a approuvé le versement d'une nouvelle aide d'urgence pour 2 » ...la suite
La cérémonie d’inauguration du bâtiment annexe du cabinet du ministre des finances et du budget, construit sur financement du budget de l’Etat, » ...la suite
La Banque mondiale prévoit le lancement d’un nouveau cadre de partenariat 2021-2025 avec la Centrafrique pour renforcer les investissements dans le » ...la suite
Mercredi 15 avril, Pékin a accepté, avec les autres pays du G20, de geler, pour une année, une partie de la dette de 77 pays dont une quarantaine d » ...la suite
Beaucoup de pays africains sont notamment concernés par la mesure, permise par le Fonds fiduciaire d'assistance et de riposte aux catastrophes. Le » ...la suite
En Centrafrique, alors que le grand forum minier, la SEMICA, s’est achevé la semaine dernière, au marché artisanal de Bangui les bijouteries esp » ...la suite
Une délégation du groupe nigérian, Dangoté group, du nom de l’homme le plus riche d’Afrique et 23eme fortune mondiale (25 milliards de dollars » ...la suite