Notre mission, toujours vous informer
Accueil » Economie » Rougier, l
Rougier, l

Filière bois : Rougier dépose le bilan et accuse « l’engorgement du port de Douala » d’avoir causé sa chute

 

06 mars 2018 à 14h32 — Mis à jour le 06 mars 2018 à 15h01 Par Jeune Afrique

 

Le négociant français Rougier, qui emploie 3 000 personnes dont 97 % en Afrique, où le groupe contrôle sept usines, a déposé le bilan. Le chiffre d’affaires du groupe avait très fortement baissé, notamment en raison de « l’engorgement chronique du port de Douala ».

L’entreprise française, basée à Niort, dans le sud-ouest de la France, a déposé le bilan devant le tribunal administratif de Poitiers. « Confronté à une situation difficile persistante au Cameroun, le groupe Rougier voit son chiffre d’affaires 2017 se replier de 7,5% par rapport à l’exercice précédent », expliquait l’entreprise dans un communiqué publié le 14 février.

Les raisons de la chute

En cause, selon le négociant français, « l’engorgement chronique du port conventionnel de Douala [qui] perturbe profondément le fonctionnement des filiales camerounaise, congolaise et centrafricaine » du groupe installé depuis 1969 au Cameroun, qui a démarré ses activités sur le continent en 1952, en décrochant son premier permis d’exploitation forestière au Gabon.

Autre facteur qui a pu accélérer les pertes :  le retard des remboursements des crédits de TVA des filiales opérationnelles dans les pays dans lesquels le groupe a ses activités.

Enfin, Rougier a fortement été touché par la législation camerounaise sur le tonnage maximal des camions grumiers. La loi portant protection du patrimoine routier national a en effet ramené le poids maximal des transports de 45 à 27 tonnes, ce qui a eu un effet immédiat sur le coût du transport des grumes.

La direction de Rougier, qui explique que ces difficultés ont pesé sur l’activité du groupe pendant plusieurs mois, souligne également une accélération des pertes suite à « la récente congestion du terminal à containers [qui] a conduit son opérateur à en limiter l’accès, puis temporairement le fermer. »

Dès la mi-février, le groupe avait annoncé que la filiale camerounaise était en état de chômage technique et que « des cessions d’actifs sont en cours de négociation ».

Près de 3 000 emplois en jeu

Le 27 février, Euronext annonçait la suspension de la cotation du groupe français. Une suspension décidée « à la demande de la société dans l’attente d’un communiqué et jusqu’à nouvel avis », précisait la principale bourse de la Zone euro.

Le groupe Rougier, présent dans quatre pays en Afrique (Cameroun, Congo, Gabon et Centrafrique), affiche « plus de 2 millions d’hectares de concessions forestières certifiées ». Le groupe, via Rougier Afrique International et ses filiales Rougier Gabon, SFID et Mokabi est présent sur l’ensemble de la chaîne de production, des concessions forestières aux importateurs et industriels.

Le groupe compte sept sites de production sur le continent : quatre au Gabon – une usine de placage à Owendo, et des scieries à Mevang, Ivindo et Mbouma ; deux au Cameroun – les scieries de Mbang et Djoum ; et un au Congo-Brazzaville – la scierie de Moualé. Il est également actif sur les ports camerounais de Douala et Kribi et sur le port gabonais de Libreville.

Selon le rapport d’activité 2016, « le groupe comptait 2 989 salariés, dont 97% en Afrique centrale ».

 

Rougier, l’exploitant historique du bois tropical, dépose le bilan

 

Par RFI Publié le 06-03-2018 Modifié le 06-03-2018 à 17:57

 

Rougier, acteur historique des bois tropicaux est en dépôt de bilan. En Afrique centrale, le groupe Rougier est une institution. Trois mille employés, six usines de sciages au Gabon, au Cameroun et en RCA. Le tribunal de commerce de Poitiers doit examiner d'ici une semaine l'avenir du groupe français enlisé dans des problèmes de trésorerie.

 

Redressement judiciaire ou liquidation pure et simple, les juges du tribunal de commerce de Poitiers doivent décider d'ici le 13 mars prochain de l'avenir d'un groupe devenu emblématique en Afrique centrale.

Rougier, commerçant et exploitant de bois tropicaux, c'est une aventure commencée en 1923 par une famille de bûcherons de la région de Niort, partie tenter l'aventure en Afrique. Mais depuis 2016, les comptes sont dans le rouge. Le chiffre d'affaires d'environ 150 millions d'euros est en baisse. Le groupe invoque l'engorgement chronique du port de Douala qui perturbe le fonctionnement des filiales camerounaises, gabonaises et centrafricaines.

A cela s'ajoute les problèmes administratifs au Cameroun et au Gabon qui tardent à rembourser les avances de TVA payées par Rougier. Ce dépôt de bilan a surpris beaucoup de monde, alors que le groupe venait de rappeler l'un de ses dirigeants historiques pour redresser ses comptes. Par ailleurs, Rougier venait d'acheter de nouveaux permis d’exploitation doublant ainsi ses surfaces exploitées. Ce que les observateurs considéraient comme une volonté d'expansion et un signe de vitalité. 3 000 emplois en Afrique sont désormais menacés.

 

5 commentaires

C
ils sont en Afrique depuis 1923. c'est en plus un groupe francais. il n'ont rien fait. ils ont assez pris chez nous. On fera mieux avec les autres qui viennent. pas de routes pour les regions ou ils s'enrichissent. Qu 'ila partent alors.
C
VEOLIA est tombé au GABON. Ques les autres entreprises francaises qui ne sont pas concurentes tombent les unes apres les autres. ce n'est pas l'affaire des Africains. Nous ne sommes plus une chasse gardée.
N
MOI JE DIS CECI: A PARTIR DE MAINTENANT, INTERDICTION FORMELLE D'EXPLOITER LE BOIS AFRICAIN. ILS ONT AUSSI DU BOIS CHEZ EUX; MAIS POURQUOI N'EN EXPLOITENT T'ILS PAS ? POURQUOI QUE CHEZ NOUS ? REPONSE: C'EST PARCE QUE, PERMETTEZ MOI LE TERME "NOUS AFRICAINS NOUS SOMMES PAUVRES ET EN PLUS, B
N
NE TOUCHEZ PLUS AUX BOIS D'AFRIQUE OU ALORS NOUS VOUS DEMANDONS L'ECHANGE D'UN BAOBAB DE 300 ANS CONTRE UN AIR-BUS D'OCCASION DE 10 ANS
K
C'est juste la fin de la colonisation Française. Quand et dans quel pays du monde un ambassadeur de grande puissance comme la France est venu représenter la société pour la signature de la convention Provisoire ?? C'est ce qui s'est passé pour la société Rougier à l'hötel LEDGER PLAZA de Bangui. Le depoôt dC'est ce qui s'est passé pour la société Rougier à l'hötel LEDGER PLAZA de Bangui. Le depoôt de leur Bilan démontre le contraire de leur publication sur la page de l'économie au moment de l'attribution du PEA 190. » lire la suite

Mon commentaire

Dans la même catégorie
Les autorités centrafricaines ont annoncé la fin, ou en tout cas la réévaluation, de la coopération douanière russe. Cet accord signé le 7 mai » ...la suite
VALIDATION DU CODE MINIER DE LA RÉPUBLIQUE CENTRAFRICAINE BANGUI, LE 5 OCTOBRE 2021 - Monsieur le Président de l’Assemblée Nationale ; - » ...la suite
Fortement enclavée, la République centrafricaine se rabat principalement sur le port de Douala (Cameroun) pour ses échanges commerciaux. Mais en pl » ...la suite
Le Président de la République Son Excellence Professeur Faustin Archange TOUADERA a effectué ce matin à 8heures dans les bureaux de la Banque mond » ...la suite
Ousmane Diagana, vice-président de la Banque mondiale pour l’Afrique centrale et de l’Ouest, achève ce samedi 18 septembre une visite de quatre » ...la suite
Le Président de la République Son Excellence Professeur Faustin Archange TOUADERA a présidé ce jour, vendredi 17 septembre 2021, une réunion de t » ...la suite
Aujourd’hui, c’est un Grand Jour pour la Commercial Bank Centrafrique. BGFI BANK va racheter 71% des parts d’actions détenues par l’Etat cent » ...la suite
La Banque de développement des Etats de l’Afrique centrale (BDEAC) a ouvert une ligne de crédit de 15 milliards de FCFA (26 millions de dollars) » ...la suite
La Banque de développement des Etats de l’Afrique centrale (Bdeac) veut aider la Centrafrique à renforcer son système sanitaire pour mieux lutter » ...la suite
Encore en phase d’exploration, la Centrafrique prévoit de passer à l’exploitation de sa ressource pétrolière. Le pays veut anticiper en forman » ...la suite