Notre mission, toujours vous informer
Accueil » Afrique Centrale & la CEMAC » Bassin du Congo : premier sommet de la Commission climat à Kintélé
Bassin du Congo : premier sommet de la Commission climat à Kintélé

http://afrique.lepoint.fr  PAR LE POINT AFRIQUE  Publié le 30/04/2018 à 11:26 | Le Point Afrique

 

S'inscrivant dans le programme de « l'économie bleue » définie par la Commission économique pour l'Afrique, ce sommet a réuni au nord de Brazzaville plusieurs présidents africains ainsi que le roi Mohammed VI du Maroc.

 

L'objectif de ce sommet est clair : garantir des solutions durables au niveau aussi bien économique qu'environnemental. En rapport avec les objectifs assignés au Fonds bleu pour le bassin du Congo, le premier sommet de Brazzaville devrait conduire à rendre opérationnel le Fonds bleu. C'est le président congolais, Denis Sassou-Nguesso, qui a ouvert ce dimanche à Kintélé, dans la banlieue nord de Brazzaville, le premier sommet de la Commission climat du bassin du Congo, en présence du roi Mohammed VI du Maroc et de dix de ses homologues d'Afrique. Ainsi des chefs d'État d'Angola, João Lourenço, de Centrafrique, Faustin-Archange Touadéra, du Gabon, Ali Bongo Ondimba, de la Guinée équatoriale, Teodoro Obiang Nguema Mbazogo, du Niger, Mahamadou Issoufou, de la Guinée, Alpha Condé, du Sénégal, Macky Sall, de Sao Tomé-et-Principe, Evaristo Carvalho, du Rwanda et président en exercice de l'Union africaine, Paul Kagamé.

« Tenir les promesses », demande le président Sassou

Dans son discours d'ouverture, le président Sassou-Nguesso a appelé les partenaires à tenir leurs promesses et à accompagner les pays par leurs appuis dans la mise en œuvre des réponses adéquates aux défis en présence. Pour prendre conscience de l'importance du sujet, il y a lieu de savoir que le bassin du Congo recèle d'importantes richesses comprenant entre 220 à 250 millions d'hectares de forêts. On y dénombre environ 100 000 espèces d'oiseaux et de plantes tropicales, 400 espèces de mammifères, 1 000 sortes d'oiseaux. Aujourd'hui, le bassin du Congo regroupe, entre autres pays, l'Angola, le Burundi, le Cameroun, la Centrafrique, le Congo, la République démocratique du Congo (RDC), le Gabon, la Guinée équatoriale, le Rwanda, la Tanzanie, le Tchad et la Zambie. À ces pays s'ajoutent le Maroc, hôte du premier sommet des chefs d'État et de gouvernement du bassin du Congo et le Fonds bleu pour le bassin du Congo et partenaire financier du fonds.

 

Comprendre que c'est une urgence pour tous, selon Mohammed VI

« Nous devons nous atteler ensemble à prendre en compte le réchauffement, ses risques. Le défi écologique ne doit pas être considéré comme une menace, mais comme une opportunité. Le Maroc œuvre sans relâche et avec détermination pour la concrétisation des projets structurants de l'Afrique », a de son côté déclaré le roi Mohamed VI. Et de poursuivre : « Comment admettre que dans un continent qui dispose de plus de 5 000 milliards de mètres cubes d'eau dans ses nappes phréatiques, 320 millions d'Africaines et d'Africains n'ont pas accès à l'eau potable. » « Notre réunion d'aujourd'hui sonne comme une urgence pour tous. Elle est capitale pour notre continent, elle l'est également pour l'humanité entière, car elle est l'expression d'une prise de conscience collective, des effets dévastateurs du réchauffement climatique pour la planète », a affirmé le roi de Maroc.

Le Fonds bleu : oui, mais…

Selon Mohammed VI, la mise en place du Fonds bleu doit s'accompagner de la mobilisation de tous les acteurs économiques et de la société civile, pour que s'engagent des actions concrètes d'atténuation et d'adaptation et que soit garantie l'émergence d'un mode résilient de développement. « Le financement de ce projet constitue le défi majeur à sa mise en œuvre : nous devons ainsi innover le défi majeur et créer des mécanismes qui identifient et mobiliseront les ressources financières ; il nous faut convaincre les bailleurs de fonds bilatéraux et multilatéraux, publics et privés », a-t-il martelé.

Ce premier sommet, assurément un moment capital dans la matérialisation de la volonté africaine de contribuer positivement à la lutte contre le changement climatique.

 

1 commentaire

C
la messe est dite. On ne peut negliger le deuxieme poumon de la planete pour fournir de l'eau au bassin du lac TCHAD. Nous croyons que la formule devra être trouvée alleurs. Plusieurs cours d'eau de la RCA coulent déjà vers le bassin du chari et il n'y aucune raison que l'oubangui qui est une des principaux affluenà vers le bassin du chari et il n'y aucune raison que l'oubangui qui est une des principaux affluents du congo soit detourné encore. les pays du bassin du lac Tchad devront trouver une autre formule comme celle de faire couler certaines source en eaudouce du Nigeria et du cameroun vers le leac Tchad il y va de la survie des peuples frontaliers alimentés par ce lac car la RCA ne se sent opas concernée. le mal viendra la jour où en RCA les gens se mettront à eriger des barrages pour l'irrigation ou pour l'electrité. le debit en eau des cours d'eau comme le bamingui. l'aouk. la nana et l'ouham qui coulent baissera sensiblement et le Tchad edevra en faire les frais. » lire la suite

Mon commentaire

Dans la même catégorie
Les conditions sont remplies pour permettre le retour de l'administration de la commission de la Communauté économique et monétaire de l'Afrique c » ...la suite
Zackaria Garba est un officier de renseignement de B2 affecté en RCA (République centrafricaine). Après le retrait des éléments tchadiens de RCA, » ...la suite
Dans le monde, l’Afrique centrale détient le triste record du plus fort taux de corruption. Les neuf pays de la sous-région occupent les bas-fonds » ...la suite
Une mission de la Commission de la Cemac (Cameroun, Centrafrique, Congo, Gabon, Guinée équatoriale et Tchad) s’est rendue, la semaine dernière, a » ...la suite
Le colonel Orock Samuel Tabot commandant du 6e contingent camerounais de la Mission multidimensionnelle des Nations unies pour la stabilisation de la » ...la suite
Dès cette année 2020, les établissements de crédit de la Cemac (Cameroun, Centrafrique, Congo, Gabon, Guinée Équatoriale et Tchad) seront désor » ...la suite
Au terme des récents entretiens annuels concernant les politiques communes de la Cemac (Cameroun, Centrafrique, Congo, Gabon, Guinée Équatoriale et » ...la suite
La réforme de la CEEAC, qui dote l’organisation d’une architecture institutionnelle ambitieuse au regard des nouveaux enjeux, condamne la Communa » ...la suite
Les travaux de la 14ème session de la commission de coopération Tchad-Centrafrique ont pris fin samedi à N'Djamena. Les deux parties ont défini de » ...la suite
Ndjamena accueille, depuis le vendredi 20 décembre, la commission mixte Tchad-Centrafrique. Il s’agit d’une réunion qui regroupe les deux États » ...la suite