Notre mission, toujours vous informer
Accueil » Dossiers » Mis en cause par la Centrafrique, un mercenaire français présumé "conteste" les accusations
Mis en cause par la Centrafrique, un mercenaire français présumé

 AFP  19/06/2018

L'un des deux mercenaires français présumés accusés par la Centrafrique d'avoir aidé un chef de milice à Bangui, lors d'une attaque contre une église, "conteste tous les chefs d'accusation" et se dit prêt à s'expliquer devant la justice française. 

Christophe Raineteau, qui vit en France, a affirmé mardi dans un communiqué n'avoir "aucunement, de près ou de loin, pris part à de telles atrocités".

Début juin, le parquet général centrafricain avait annoncé l'ouverture d'une enquête judiciaire contre lui et un autre Français, Bernard Cousin, dans l'enquête sur une "attaque terroriste" visant l'église Notre-Dame-de-Fatima, à Bangui, le 1er mai. La fusillade avait fait 26 morts.

Le procureur Eric Didier Tambo avait expliqué que cette attaque avait été perpétrée par les hommes de Nimery Matar Djamous, alias Force, chef de la principale milice contrôlant le quartier du PK5 à Bangui, qui abrite la majorité des musulmans de la capitale centrafricaine. Cette version avait été contestée par des témoins qui affirmaient que les miliciens du PK5 n'avaient pas visé l'église en tant que telle, mais des forces de l'ordre qui s'y étaient réfugiées lors d'une fusillade. 

Le procureur avait précisé que Force faisait déjà l'objet d'un mandat d'arrêt et avait annoncé que des mandats d'arrêt internationaux allaient être lancés contre les deux Français accusés d'avoir "aidé, facilité et instruit Djamous dans des actes de terrorisme" visant l'église. Christophe Raineteau, alias Alpha, et Bernard Cousin sont poursuivis pour les mêmes chefs d'accusations que Force : "Acte de terrorisme, assassinats, rébellion, incitation à la haine". 

Le procureur général avait affirmé que la justice centrafricaine détenait des "preuves accablantes (documents, photos, enregistrements sonores)" contre les deux Français. Christophe Raineteau "conteste tous les chefs d'accusation retenus à son encontre" et dit se tenir "à la disposition des autorités françaises en charge de ce dossier".  

Il est "loin du mercenaire", a affirmé à l'AFP son avocate, Stéphanie Le Meignen, indiquant que son client ne se rendrait pas en Centrafrique. Elle a dit n'avoir "eu aucune confirmation d'une quelconque procédure" lancée par Bangui, après les affirmations du procureur général selon lesquelles des commissions rogatoires internationales seraient adressées "aux autorités judiciaires des pays dans lesquelles résident les présumés criminels". Christophe Raineteau "travaille dans la sécurité et la géopolitique. Il a créé un orphelinat (en Afrique, NDLR), donc il a des liens profonds d'affection et ça s'arrête là".

Force, que M. Raineteau dit ne pas connaître, avait affirmé à l'AFP n'avoir jamais traité avec des mercenaires français.

0 commentaire

Soyez la première personne à vous exprimer !

Mon commentaire

Dans la même catégorie
Négocié à Khartoum et signé à Bangui le 6 février 2019, le gouvernement inclusif est un engagement des pouvoirs publics. C'est aussi la consé » ...la suite
Le Conseil de sécurité de l’ONU a exhorté mercredi, les parties au conflit en Centrafrique à appliquer «de bonne foi et sans retard» l’accor » ...la suite
En 2018, il y a eu une montée des violences en Centrafrique, selon un rapport de Human Rights Watch publié début février 2019 et dont APA a obtenu » ...la suite
On en sait un peu plus sur l'expulsion du Français Christophe Raineteau de Madagascar, ce consultant spécialisé sur l'Afrique accusé par Bangui d' » ...la suite
Le gouvernement centrafricain a confirmé lundi que l'accord de paix conclu entre le gouvernement et 14 groupes armés, dont la publication serait imm » ...la suite
Le texte, négocié sous l’égide de l’UA, prévoit notamment la levée des barrages synonymes de racket, et une commission Vérité et Réconcili » ...la suite
La ministre de la Défense nationale de la République centrafricaine (RCA), Marie-Noëlle Koyara, a déclaré le 10 janvier qu'une base militaire rus » ...la suite
La République centrafricaine a obtenu un accord de paix entre les factions rebelles et le gouvernement, devant sortir le pays de près de sept année » ...la suite
Un accord de paix entre Bangui et les groupes armés contrôlant 80 % du territoire de la Centrafrique a pour objectif de mettre rapidement fin aux vi » ...la suite
La plus grande inconnue de l’heure reste la question des concessions faites par le Gouvernement de Faustin Archange Touadéra aux groupes armés. Un » ...la suite