Notre mission, toujours vous informer
Accueil » Afrique Centrale & la CEMAC » Le Gabon décide de maintenir ses soldats en Centrafrique
Le Gabon décide de maintenir ses soldats en Centrafrique

05 juillet 2018

 

Le Gabon a décidé de maintenir ses 444 soldats en Centrafrique où ils participent à la mission de maintien de la paix de l'ONU dans ce pays en conflit depuis cinq ans, indique un communiqué du gouvernement gabonais.

 

"Prenant acte des multiples sollicitations et appels du président (centrafricain) Faustin-Archange Touadéra (...) ainsi que du secrétaire général" de l'ONU, le gouvernement "a marqué son accord pour le maintien des troupes gabonaises au sein de la Minusca", la Mission de l'ONU en Centrafrique, indique ce communiqué publié mercredi soir.

 

Il le fait "au titre de la solidarité africaine et de l'excellence des relations d'amitié et de fraternité avec le peuple centrafricain", ajoute le texte.

 

Le gouvernement précise qu'il "s'engage par ailleurs à participer à la réorganisation de l'armée centrafricaine en matière de formation, en accueillant des officiers de la dite armée dans les écoles militaires gabonaises".

 

En visite à Libreville le 14 juin, le président Touadéra avait demandé à son homologue gabonais Ali Bongo Ondimba de maintenir ses troupes au sein de la Minusma.

 

"Je suis venu dire à mon frère Ali que nous avons encore besoin de cette force dans notre quête de stabilité", avait alors déclaré M. Touadéra.

 

En mars, à la suite de "problèmes d'équipement et d'abus sexuels", selon un responsable de l'ONU à l'époque, Libreville avait annoncé avoir décidé de retirer ses 444 soldats de la Minusca.

 

Des enquêtes ont été lancées au Gabon et à l'ONU concernant les accusations contre des soldats gabonais d'abus sexuels ou de vente de munitions à une milice armée. Aucune n'a pour l'instant abouti.

 

Présente en Centrafrique depuis 2014, l'ONU peine à trouver des Casques bleus à envoyer dans ce pays en conflit depuis 2013 où les violences restent quasi quotidiennes et où plus d'un quart de la population a dû fuir son domicile.

 

Des contingents népalais et rwandais doivent arriver durant l'été en Centrafrique pour renforcer les 10.000 Casques bleus déjà présents.

 

Avec AFP

 

0 commentaire

Soyez la première personne à vous exprimer !

Mon commentaire

Dans la même catégorie
Les frappes de l'armée française au Tchad contre l'UFR contredisent la volonté affichée par le président Emmanuel Macron, de mettre fin à la Fra » ...la suite
Depuis le début de cette année 2019, les conditions d’exportation du bois au port de Douala, la capitale économique camerounaise, vont en s’am » ...la suite
L'orchestration par l'état-major Français des frappes contre une colonne de pickups au Nord du Tchad a surpris plus d'un Africain, à commencer par » ...la suite
L’intervention de la France pour porter secours d’Idriss Déby, attaqué par les rebelles armés du Nord du pays, révèle la fragilité du régim » ...la suite
Beaucoup a été dit et écrit sur l’écrasante responsabilité, la propension et la manière dont le président tchadien Idriss DEBY ITNO a coutum » ...la suite
L’ONG SWISSAID vient de publier un rapport où elle s'intéresse de près au secteur tchadien du pétrole, notamment aux activités de la multinatio » ...la suite
Les avions de chasse français auraient conduit une « vingtaine de frappes » et détruit autant de véhicules, au risque de faire apparaître Paris » ...la suite
Près de 5000 militaires tchadiens se sont concentrés dans trois communes proches de la frontière entre le Tchad et la Centrafrique. Ce qui ne manqu » ...la suite
Propulsé au pouvoir après l’assassinat de son père, le silencieux président est passé du statut de partenaire docile de l'Occident à celui de » ...la suite
Le Tchad et Israël viennent de rétablir leurs relations après plus de 46 ans de rupture. Pour des raisons apparemment liées à une coopération ag » ...la suite