Notre mission, toujours vous informer
Accueil » Point de vue » Accusé d'avoir organisé un attentat sanglant à Bangui, Christophe Raineteau témoigne
Accusé d'avoir organisé un attentat sanglant à Bangui, Christophe Raineteau témoigne

Vignoble Accusé d'avoir organisé un attentat sanglant à Bangui, il témoigne

 

https://www.presseocean.fr   0 23.09.2018 09:50

 

Christophe Raineteau, originaire de Gorges, a repris ses activités. Le mandat d’arrêt international promis par la Centrafrique contre cet habitant du Vignoble n’a jamais été transmis à Interpol.

Presse Océan : vous êtes désormais libre de vos mouvements ?

Christophe Raineteau : « Le président centrafricain Touadéra, qui m’avait nommément accusé sur France 24 d’être le commanditaire de l’attentat du 1er mai à Bangui (NDLR : 26 morts et plus de cent blessés, mitraillés dans une église), a eu l’intelligence de se rendre compte que je ne pouvais pas être mêlé à cette tuerie. Son renoncement à transmettre le mandat d’arrêt est un aveu… Aujourd’hui, j’ai repris toutes mes activités de conseil en géopolitique africaine. Les chefs d’entreprise avec qui je travaille m’ont maintenu leur confiance et j’ai eu des assurances de la diplomatie française : je voyage sans craindre une interpellation mais, pour l’instant, j’évite encore la Centrafrique. »

Vous avez vécu des moments difficiles ?

« Oui, ce fut très compliqué, pour ma famille surtout. J’ai été sali injustement. Il y a eu aussi toutes les sollicitations médiatiques : j’ai tout refusé, même le 20 h de TF1, en plateau ! Heureusement pour moi, l’affaire Benalla a pris le relais. J’ai pris du recul, je me suis mis au vert. Et j’ai avancé mon bouquin : j’y raconte ma vie au service de l’aventure et de la nation. »

Mais vous n’êtes pas encore blanchi…

« Non, mais plus rien ne bougera. Évidemment, je n’attends pas les excuses du président Touadéra. Avec mon avocate on a envisagé des poursuites en diffamation, mais le mieux est que tout le monde soit revenu à la raison. J’ai toujours des intérêts en Centrafrique… »

Avec le recul, justement, comment vous êtes-vous retrouvé au cœur de ce drame ?

« Franchement… Cela me semble évident. Je connais bien l’Afrique, la Centrafrique en particulier. J’y ai des réseaux, des amis. J’étais une victime toute désignée dans le bras de fer que se livrent les différents services français. Je sais même qui a glissé mon nom au président Touadéra : c’est un membre de l’ambassade de France à Bangui. »

0 commentaire

Soyez la première personne à vous exprimer !

Mon commentaire

Dans la même catégorie
Laurent Foucher, patron du groupe Telecel et chef de file dans l’industrie des télécommunications dans un certain nombre de pays africains, nous l » ...la suite
Ce 1er décembre, la République centrafricaine aura 60 ans et rien à célébrer. Le 15 novembre, un massacre de grande ampleur, un de plus, a été » ...la suite
lu pour vous Parfait Onanga-Anyanga, le chef de la Minusca, l'opération de maintien de la paix de l'ONU en Centrafrique, a reçu «Libération» » ...la suite
Le président centrafricain, Faustin-Archange Touadera, appelle la communauté internationale à lever l’embargo sur les armes pour, dit-il, permett » ...la suite
Martin Ziguélé, Député de Bocaranga 1, a salué le transfert d’Alfred Yekatom Rombhot à la Cour Pénale Internationale le samedi 17 Novembre 20 » ...la suite
Le 2 novembre 2018 Jean Yves Le Drian, ministre des Affaires étrangères français, était en déplacement en République Centrafricaine (RCA). L’o » ...la suite
Comme a son habitude, l’histoire de la RCA a connu une foudroyante accélération qui laisse sceptique plus d’un observateurs . L’Assemblée nat » ...la suite
La destitution de l’honorable Abdoul Karim Meckassoua, la menace des groupes armés contre les agents de l’État, meeting populaire et musclé de » ...la suite
L’homme de Dieu a lancé un message fort à la communauté musulmane de la République Centrafricaine « Je demande aux musulmans de la Républi » ...la suite
Emmanuel Macron se targuerait de ne pas serrer la main aux chefs d’Etat à la réputation électorale douteuse en Afrique centrale. Il laisse à la » ...la suite