Notre mission, toujours vous informer
Accueil » Point de vue » Propos de Le Drian sur l'Initiative africaine et la médiation russe en RCA : Quelques réactions d'internautes
Propos de Le Drian sur l'Initiative africaine et la médiation russe en RCA : Quelques réactions d'internautes

Emmanuel Dupuy .

25 septembre, 13:45 · 

Il convient peut-être d'être plus modéré que M. Le Drian et, concevoir l'initiative russe de Khartoum de cet été, comme "complémentaire" de celle menée sous l'égide de l'Union africaine, la CEEAC et la Conférence Internationale des Grands Lacs (CIRGL) depuis la feuille de route signée à Libreville en juillet 2017.

Comparaison n'est pas raison : mais c'est un processus similaire à celui engagé sur la Syrie à Astana engageant la Turquie, la Russie et l'Iran, en complémentarité avec le processus onusien de Genève 2, qui semble fonctionner...

A regarder, en tout cas, avec beaucoup d'attention...

 

 

Adolphe Pakoua N'est-ce pas cette insuffisance qui a engendré l'échec à cantonner les groupes rebelles pour ensuite les désarmer et faire que l'autorité de l'Etat centrafricain soit rétablie ? En retirant précipitamment la Sangaris qui avait encore la possibilité de contenir les forces rebelles, la France n'avait-elle pas donné le signal de l'abandon du pays par un partenaire historique ? Maintenant, que doit-elle reprocher aux autorités centrafricaines qui cherchent des partenaires partout pour combler le vide laissé par la France ? A force d'avoir soutenu à l'époque et à bouts de bras des gouvernements habitués à vivre sous une perfusion assurée par la France, dès lors que cette perfusion est retirée, que fait un malade conscient de l'existence d'un autre médecin capable de l'aider à surmonter sa maladie ? En tout cas, souhaitons que le bon sens revienne dans l'esprit des uns et des autres car le peuple centrafricain ne mérite pas le sort qui est aujourd'hui le sien.

 

Jean-Bernard Pinatel 

Le Drian est un grand incapable

Au lieu de déployer des troupes en Irak et en Syrie où elles ne pèsent rien, il fallait les mettre en centre-Afrique quand Hollande était à l’Elysée .Je n’ai cessé d’écrire que le volume de forces déployées en Centre-Afrique était insuffisant. A force d’être insuffisant partout on laisse la place aux Russes dans notre pré-carré. Eux ont une vraie stratégie alors que la nôtre est au fil de l’eau

 

Antoine Masson Vous avez raison mais personne ne croit plus en la soit disante Union Africaine !!!

 

 

Adolphe Pakoua 

Raisonnons juste et raisonnons bien. En 2016, les consultations populaires ont permis la mise en place de nouvelles institutions que les institutions internationales devaient appuyer pour régler la crise centrafricaine. A la fin de ces consultations, il ne restait plus que deux groupes armés qui auraient dû être désarmés assez rapidement pour permettre aux nouvelles autorités de gérer les affaires publiques dans un climat suffisamment paisible. Les institutions internationales, à travers les forces mobilisées à cet effet, n'ont pas réussi à réduire l'influence de ces bandits armés qui se sont ensuite développés très vite. Il est fort à parier que si la Minusca avait réussi à contenir les groupes armés pour ne pas leur permettre de se développer et de se déplacer librement avec leurs armes, certainement qu'on ne parlerait pas d'une présence russe sur le terrain( des négociations) et certainement qu'on ne parlerait pas non plus d'une enième initiative africaine de résolution de cette crise à laquelle on ne peut même pas trouver de nom, tellement les imbrications sont faussement insaisissables. Bon, on peut toujours chercher à faire couler l'encre, mais il s'agit après tout de vies humaines qui ne méritent pas de vivre ce calvaire "apparemment" tombé du ciel et prenant aujourd'hui les allures d'un vrai dilemme.

1 commentaire

S
Oh !!! sachant que l'Union Africaine est le maillon faible par qui certaines propositions bloquantes peuvent passer, pour ralentir le développement de la R.C.A ou encore de déstabiliser la R.C.A par les spécialistes de déstabilisation des chefs d'Etat en Centrafrique, alors que la présence russe en R.C.A, par le ce déstabilisation des chefs d'Etat en Centrafrique, alors que la présence russe en R.C.A, par le concret sur le terrain passe mal pour certains.

Qu'est ce que l'Union Africaine a t-elle fait, quand on a imposé un président aux ivoiriens ?

Qu'est ce que l'Union Africaine a t-elle fait , quand les gâchettes faciles sont parties éliminées physiquement Mouammar Kadhafi ?

Mis à part Kadhafi, n'y avait pas d'autres dictateurs dans ce monde pour tuer ?

Si quelqu'1 peut répondre à ces 3 questions ce sera bien pour comprendre, le pourquoi du comment.

Dans toutes discussions sur des faits sérieux, il faut se poser les bonnes questions.

La coopération Centrafricano-Russe date des années 70 au temps de l'ancien Président Jean-Bedel BOKASSA. Ce dossier de coopération centrafricano-russe a été négligé par les différents régimes centrafricains.

Le Président actuel TOUADERA, est venu seulement sortir cette coopération centrafricano-russe du placard, pour réactiver cela. Où est l'axe du mal sur ce dossier ?
Quand on sait que certains de tout bord confondu souhaitent perdurer " le chaos KO " en R.C.A, pour continuer des activités illicites et mafieuses. Trop c'est trop.
Vous voulez-que la R.C.A reste 100 ans pauvre ? Non ? Cette époque de pillage va bientôt se terminer, quelque soit le projet morbide de déstabilisation.
Les centrafricains seront là pour veiller et dénoncer les campagnes négatives des fouteurs de troubles.
» lire la suite

Mon commentaire

Dans la même catégorie
Depuis sa signature le 6 février 2019 à Khartoum, il est de bon ton à Bangui de se féliciter de l’« Accord politique pour la paix et la réconc » ...la suite
Le débat qui agite les milieux politiques centrafricains sur la proposition des lois tendant à modifier les dispositions des articles 35 et 68 de la » ...la suite
En quelque 120 jours, l’épidémie du Covid-19 s’est étendue au monde entier où elle a contaminé à ce jour près de 3,2 millions de personnes » ...la suite
François Bozizé, l’ex-président du pays, qui a pris le pouvoir à la faveur d’un putsch en 2003 et a été renversé en 2013 par la coalition d » ...la suite
Décidément, le virus couronné ( coronavirus ) a le don de révéler les tares, les faiblesses et les pensées profondes des dirigeants du monde : » ...la suite
Pour limiter la propagation de la pandémie du coronavirus en Centrafrique, la réaction des autorités de ce pays ne s’est pas fait entendre. Très » ...la suite
A quelques mois des élections groupées en Centrafrique et surtout avec la survenance de la pandémie du coronavirus qui fait en ce moment ravage dan » ...la suite
Sur le plan géopolitique, l'épidémie de coronavirus constitue un triple accélérateur de l'histoire, écrit Dominique Moïsi. Elle confirme la mon » ...la suite
Il est urgent de déconstruire et démentir la déclaration de Antonio Guterres, le secrétaire général de l’ONU, qui, ajoutant à la psychose gé » ...la suite
L’éventuel glissement du calendrier électoral de 2020, voilà une préoccupation à la fois citoyenne et politique ! Le premier tour des élec » ...la suite