Notre mission, toujours vous informer
Accueil » Politique » RCA: le président de l’Assemblée se dit prêt à affronter une procédure de destitution
RCA: le président de l’Assemblée se dit prêt à affronter une procédure de destitution

Par RFI Publié le 02-10-2018 Modifié le 02-10-2018 à 22:06

 

En République centrafricaine, le président de l’Assemblée nationale se dit prêt à affronter une procédure de destitution. Ce lundi, lors de la rentrée parlementaire après trois mois de vacances, Abdoul Karim Meckassoua s’en est pris à ses adversaires. Dans son discours d’ouverture, après avoir appelé à l’unité et à lutter contre la corruption, le président de l’Assemblée est revenu sur les attaques dont il est la cible.

 

C’est un discours offensif qu’a prononcé le président de l’Assemblée nationale ce lundi. « A propos de cette fameuse destitutiona lancé Abdoul Karim Meckassoua aux députés. Je veux dire ceci : que ceux qui veulent lancer la procédure le fassent. Je suis prêt. Je ne suis pas naïf, a-t-il ajouté. Je sais bien ce qui se trame. Des groupes sont formés ici et là, pas une semaine ne passe sans qu’une réunion ait lieu, le tout orchestré jusqu’au plus haut sommet de l’Etat. Tout cela pour obtenir ma destitution ».

 

Le président de l’Assemblée affirme qu’il s’en ira si ses adversaires apportent la preuve d’un manquement de sa part. Le ton est donc donné après trois mois d’absence pour raison de santé. Il revient en force, prêt à se battre même si cela fait quasiment deux ans que dure ce bras de fer entre le président de l’Assemblée et les partisans du président Faustin-Archange Touadéra.

 

Une centaine des députés ont récemment écrit une lettre demandant qu’une procédure de destitution soit engagée à son encontre. Ils l’accusent de détournement de fonds, de mauvaise gestion financière du Parlement.

 

Mais pour les partisans du président de l'Assemblée, ce ne sont là que des prétextes, qui visent à l'abattre politiquement. D'après eux, il dérangerait par son franc-parler et parce que sous sa présidence, l’Assemblée joue son rôle de contre-pouvoir face à l’exécutif, qui jusque-là a eu les coudées franches.

 

Surtout, affirment ses partisans, Meckassoua – autrefois allié du président Touadera –  est devenu une figure indépendante de la politique centrale. Une figure qui a ses chances lors des prochaines élections présidentielles, dans deux ans.

0 commentaire

Soyez la première personne à vous exprimer !

Mon commentaire

Dans la même catégorie
En République Centrafricaine, les enfants de moins de cinq ans, les femmes enceintes, les femmes allaitantes, et les victimes des violences basées s » ...la suite
Les journaux centrafricains de ce jeudi traitent principalement des rumeurs d’un remaniement ministériel et de la grogne des militaires retraités. » ...la suite
Présent à Addis Abéba pour prendre part au 34 è Sommet de l’Union Africaine, le Président Touadera a rencontré hier dans la nuit Mme Federica » ...la suite
Signé mardi à Khartoum au Soudan, l'accord de paix entre le gouvernement centrafricain et 14 groupes armés permettra-t-il de mettre un terme aux vi » ...la suite
C’est avec une réelle et vive émotion que je prends la parole pour apporter une bonne nouvelle à mes compatriotes Centrafricaines et Centrafricai » ...la suite
C’est dans l’après-midi du 24 janvier 2019 à Khartoum que s’est ouvert le dialogue entre le gouvernement de la République Centrafricaine et 1 » ...la suite
Le Président de la République centrafricaine Faustin Archange TOUADERA » ...la suite
Le président centrafricain a entamé depuis le 3 janvier les concertations avec les forces vives de la nation à fin d’harmoniser leurs points de v » ...la suite
Après 2003 et 2013, le sultan du Tchad, Idriss Déby Itno, est en train de se lancer dans une troisième aventure militaire en Centrafrique. Comme le » ...la suite
Centrafricaines, Centrafricains ; Mes Chers Compatriotes, C'est avec un plaisir renouvelé que je m'adresse à vous, à l'occasion du passage à » ...la suite