Notre mission, toujours vous informer
Accueil » Société » RCA: le directeur d’Onusida à Paoua pour évaluer les besoins
RCA: le directeur d’Onusida à Paoua pour évaluer les besoins

 

Par RFI Publié le 10-10-2018 Modifié le 10-10-2018 à 04:20

 

Le directeur exécutif de l'Onusida est en voyage officiel en Centrafrique. Le taux de prévalence du virus est de 4%, 110 000 personnes vivent avec le sida. Michel Sidibé était en déplacement mardi dans l'ouest du pays, dans la ville de Paoua, avec le ministre centrafricain de la Santé. Objectif : écouter les communautés touchées par le virus du sida et évaluer leurs besoins.

L'hôpital général de Paoua dispose d'une unité spécialisée dans le traitement du VIH. Des patients et des personnels soignants sont venus y accueillir Michel Sidibé. Le directeur exécutif d'Onusida est conscient des défis à relever : « Le système de santé s'est effondré complètement et aujourd'hui on sait que malheureusement les médicaments ne sont plus disponibles. Nous n’avons que 20% des enfants qui ont accès au traitement, ici, du sida. Nous avons moins de 35% [de la population] en général. Et surtout, dans ces situations humanitaires, ces situations sont caractérisées par les violences contre les femmes. Donc il faut mener ce combat sur ces zones humanitaires. »

Des besoins qui sont énormes et qui dépassent le cadre de la santé publique. Car résoudre les problèmes de santé pour favoriser la résolution du conflit, Michel Sidibé y croit, tout comme le ministre de la Santé, Pierre Somse. « La santé c'est le creuset de la paix et de la cohésion sociale, dit-il. Aujourd'hui on ne peut pas dissocier la propagation, le défi du sida, d'autres facteurs, d'autres dimensions de la vie des gens qui sont en situation de crise puisque cette crise a également potentialisé et renforcé les facteurs de risque de propagation. »

A Paoua, les ONG comptabilisent en moyenne chaque mois 150 cas de violences sexuelles perpétrées par les groupes armés.

0 commentaire

Soyez la première personne à vous exprimer !

Mon commentaire

Dans la même catégorie
Malgré l’accord de paix signé dernièrement dans la capitale Bangui entre gouvernement et groupes armés, la situation sécuritaire en République » ...la suite
Des dizaines d’anciens éléments de l’Armée nationale centrafricaine (Faca), admis à faire valoir leur droit à une pension de retraite depuis » ...la suite
Dans les deux salles du Centre académique de Khartoum, là où se déroulaient les réunions à huis clos entre la délégation gouvernementale et le » ...la suite
Une violente manifestation de militaires fraîchement retraités lundi en plusieurs endroits de la capitale centrafricaine, Bangui, a été critiquée » ...la suite
Plus de 1000 candidats venus des huit arrondissements de Bangui ont composé ce dimanche 10 février 2018 les épreuves écrites de recrutement dans l » ...la suite
Chacun maîtrisant une partie plus ou moins importante du territoire centrafricain, quatorze groupes armés sont parvenus à conclure avec les autorit » ...la suite
Le dialogue de Khartoum entre le gouvernement et les groupes armés est à son 6e jour. Les deux parties ne s'accordent pas encore autour de l'Amnisti » ...la suite
Les habitants de la ville de Ippy sont replongés dans la psychose jeudi aux environs de 21 heures. 13 personnes ont été tuées dans le quartier Dja » ...la suite
Des négociations de paix pour la Centrafrique s'ouvrent ce jeudi 24 janvier à Khartoum au Soudan. Groupes rebelles et gouvernement sont invités aut » ...la suite
Les autorités centrafricaines entament des pourparlers de paix sous l'égide de l'Union africaine avec des groupes armés toujours actifs en RCA. Mai » ...la suite