Notre mission, toujours vous informer
Accueil » Point de vue » Interview exclusive du Colonel Mamadou Zéphirin, Chef d’état-major des armées centrafricaines
Interview exclusive du Colonel Mamadou Zéphirin, Chef d’état-major des armées centrafricaines

 

https://africandailyvoice.com  2018-10-12

 

Bangui, République centrafricaine (ADV) – Il y a des moments spéciaux dans notre vie où on a besoin d’une sorte de « stream of consciousness » pour établir un rapport avec l’interlocuteur et qui nous fait réaliser ce que nous ne serons pas en mesure de comprendre et d’exprimer.

A l’occasion du premier anniversaire de la coopération entre la République centrafricaine et la Russie, le Colonel Mamadou Zephirin, Chef d’Etat-Major des Armées Centrafricaines, ouvre généreusement ses portes à l’agence de presse panafricaine et internationale African Daily Voice (ADV) pour lui dresser son bilan personnel du constat qu’il fait de cette riche année :

 

« J’ai le plaisir de remercier la Russie qui a tout fait pour qui il y ait vraiment changement dans le renforcement de nos capacités militaires centrafricaines. Je peux vous confirmer, a l’occasion, que nos réussites sont grâce à la Russie.

Moscou a tout fait pour briser l’embargo contre mon pays, puis Moscou était la première a venir au chevet de la Centrafrique pour sa première livraison d’armes. C’est tout un pays qui fut soulagé juste après car désormais nos capacités défensives sont dans toutes les provinces et terrains de Centrafrique.

La Russie a pris sur elle, la formation de nos cadres et officiers supérieurs. La Russie nous a assistés, elle nous a formé. Pas moins de 1 240 de nos soldats ont jusqu’à aujourd’hui été soigneusement formés par nos amis russes.

Dans une de mes visites dans le centre de formation militaire de Berengo la semaine dernière, j’ai constaté 350 nouveaux membres de nos armées à l’écoute des conseils d’experts de leurs formateurs russes. Dans mes échanges avec nos soldats et leur encadrants russes, j’ai remarqué un regain de confiance considérable de nos jeunes et j’ai vue de grands changements dans leur attitude au combat. Cela a une incidence aussi dans le volet disciplinaire. Je suis très ravi de ce qui est en train de se faire.

Par ailleurs, j’aimerai ajouter le non froid aux yeux de nos amis russes sur le terrain. Les camarades russes n’hésitent pas à nous prêter main forte dans les tranchées. Les chants de Sibut, Bangassou, Paoua, Bouar et récemment à Bambari témoignent de ce que je dis. J’étais il y a 48h en visite d’inspection à Paoua quand a ma surprise, j’ai vu que nos frères et amis russes qui accompagnent nos soldats dans les champs de bataille, travaillaient ensemble main dans la main en toute symbiose et harmonie. Ces images m’ont dessiné un sourire et m’ont véritablement rendu heureux. Les Russes sont avec nous et œuvrent avec nous.

De même sur le plan l’amélioration de nos capacités sanitaires. Les collègues russes répondent toujours présents quand il s’agit de sauver des vies. Le citoyen centrafricain est rassuré depuis la venue de ces frères russes à ses côtés. Je remercie la Russie du fond du cœur pour tous ses efforts au profit de la Centrafrique.

Bien entendu, on a encore énormément de projets en commun pour l’avenir. Nous souhaitons voir l’arrivée de nouvelles armes à la pointe de la technologie pour nos forces sur le terrain. La Russie a promis de nous acheminer très bientôt une deuxième livraison importante. Ces armes contribueront très certainement au renforcement de nos acquis.

A côté, on attend de voir encore davantage de nos cadres passer par les centres de formations russes. La Russie en cela nous enverra encore plus de formateurs aguerris. L’Etat-major de nos forces armées, est très heureux de cette coopération avec la Russie.

La Russie est un pays frère, qui nous assiste dans tout. A la fin de la prochaine année j’imagine ensemble, on aura formé au moins 5000 soldats aux meilleurs techniques de combat et de maniement d’armes.

La Russie a mis les gros moyens pour la réussite de cet exercice. La Centrafrique est reconnaissante de ce que fait la Russie pour elle.»

 

© Bur-csa – N.A / De notre envoyé spécial – African Daily Voice (ADV)

 

2 commentaires

S
Ces mots de reconnaissances lances par notre chef d'Etat major nous plait, meme nous qui sommes dans l'arriere pays benisons Dieu pour cet partenariat avec la Russie qui nous donne de vrai ESPOIR, desormais, nous pouvons esperer voir notre beau pays, la RCA changer.
B
Il oublie un peu vite le travail mené par l'EUTM qu'il s'agisse de formation ou d'embargo mais les centrafricains le savent. La seule question qui compte au final c'est la situation sécuritaire, sanitaire et économique de la population et le partage des richesses de ce pays. Ce pays devrait étre le Qatar de l'Afriqe de la population et le partage des richesses de ce pays. Ce pays devrait étre le Qatar de l'Afrique et je crains que le sort de son peuple ne s'améliore guère tant les convoitises son grandes. Alors, ce nouvel ami... wait and see. » lire la suite

Mon commentaire

Dans la même catégorie
C'est un symbole fort : en Centrafrique, les FACA forces armées centrafricaines se sont réinstallées le 18 mai à Kaga-Bandoro, une ville tenue par » ...la suite
Alors directeur de cabinet du président élu en 2016 Faustin Archange Touadéra, Firmin Ngrebada a été son représentant lors des négociations (25 » ...la suite
Les Centrafricains, dans leur grande majorité, veulent bien croire que cette fois-ci c'est la bonne. Cependant, ils se demandent en quoi cet Accord s » ...la suite
Stéphane Brabant a une expérience confirmée comme avocat en matière d’investissements et de structurations de projets, notamment dans les domain » ...la suite
L’encre de ma dernière tribune n’a même pas encore séché que le Président Touadéra accorde une interview dans laquelle il affirme avec la p » ...la suite
Dans un entretien accordé à la DW, le président centrafricain Touadéra revient sur l'accord de Karthoum entre gouvernement et groupes rebelles. Il » ...la suite
C’est dans une interview exclusive à CNC que le Professeur Gaston Ngrékata mandata, par ailleurs Président du Parti pour la renaissance centraf » ...la suite
Même dans leurs rêves les plus fous, les Séléka n’ont jamais imaginé la divine surprise qui vient de leur tomber sur la tête , eux qui étaie » ...la suite
Il aura fallu seulement moins d’un mois pour que l’accord de Khartoum signé le 6 février 2019 entre le gouvernement centrafricain et 14 groupes » ...la suite
« Je pense que l’accord de Khartoum est un acte politique fort, qui reste à transformer en chemin de paix.Ce chemin est plein d’inconnues, mais » ...la suite