Notre mission, toujours vous informer
Accueil » Droit de l'Homme » Centrafrique HRW dénonce la tuerie d’au moins 27 civils par des rebelles à Bria
Centrafrique HRW dénonce la tuerie d’au moins 27 civils par des rebelles à Bria

 

PAR FRIDOLIN NGOULOU LE 15 OCTOBRE 2018

 

BANGUI, 15 octobre 2018 (RJDH)– Au moins 27 civils sont tués par les rebelles de la Séléka et des Anti-Balaka depuis juin 2018 à Bria. C’est ce qu’a dénoncé dans un communiqué l’organisation de défense des Droits de l’Homme Human Rights Watch (HRW).

Les violences à Bria ont connu un pic depuis 2017 et ont repris en 2018 malgré plusieurs messages et menaces de la Minusca contre les bandes armées qui écument cette région. Ce rapport est publié quelques jours après une scène de réconciliation entre des factions Anti-Balaka et Séléka dans le contexte où les principaux leaders des groupes armés ont signé le 28 aout dernier à Khartoum une entente pour cesser les violences contre les civils et acteurs humanitaires.

« Le 6 septembre 2018, des rebelles de la Séléka ont capturé et exécuté au moins neuf civils, dont sept femmes », a déclaré Human Rights Watch dans un communiqué.

Ces exécutions ont été perpétrées aux abords de la ville de Bria, dans la préfecture de la Haute-Kotto, près de deux semaines après les meurtres de 11 civils par le même groupe armé à l’issue d’un affrontement avec une milice rivale des Anti-Balaka.

« Ces exécutions et assassinats sont des crimes de guerre flagrants commis par des combattants qui se sentent libres de tuer à volonté, malgré la présence des soldats de la paix de l’ONU », a déclaré Lewis Mudge, chercheur senior auprès de la division Afrique de Human Rights Watch.

Pour Lewis Mudge, « les Casques bleus, qui sont autorisés à recourir à la force pour protéger les civils, devraient chercher à anticiper ces attaques et à intervenir rapidement. Les combattants des FPRC ne craignent apparemment pas les soldats de la paix, et des Anti-Balaka se trouvent à l’intérieur du camp», déplore-t-il.

Selon le communiqué, Human Rights Watch a également recueilli des preuves de meurtres d’au moins huit autres civils dans la région depuis juin dernier, tous tués par des groupes Anti-Balaka.

Les tensions entre les deux milices connaissent une escalade depuis 2017 dans cette région riche en minerais, se soldant par des meurtres de part et d’autre. Mais es deux groupes nient avoir attaqués des civils.

1 commentaire

N
CE MESSAGE S'ADRESSE PARTICULIEREMENT AUX REBELLES:

MESSIERS LES REBELLES, VOUS ÊTES DES LÂCHES. POURQUOI VOUS ATTAQUER VOUS AUX CIVILES QUE VOUS EXECUTES SANS SCRUPULES ET DONT LA PLUPART DES VICTIMES SONT DES FEMMES ? QU'ON VOUS ONT FAIT CES PAUVRES FEMMES ? POURQUOI NE COMBATTEZ VOUS PAS VOS VRAIS SONT DES FEMMES ? QU'ON VOUS ONT FAIT CES PAUVRES FEMMES ? POURQUOI NE COMBATTEZ VOUS PAS VOS VRAIS ADVERSAIRES ARMES AU LIEU DE VOUS RETOURNER CONTRE DE PAUVRES CIVILES SANS ARMES ? QUELLE LÂCHETE ? QUELLE HONTE ? DE TOUTE FAçON VOTRE PRESENCE EN CENTRAFRIQUE EST INUTILE CAR VOUS ÊTES DES ETRANGERS DANGEREUX ET NUISIBLES POUR NOTRE SOCIETE DONC A NEUTRALISER. VOUS SELEKA, C'EST DE VOUS PARTICULIEREMENT QUE JE M'ADRESSE. VOUS ETIEZ A LA TÊTE DU PAYS ET VOUS AVEZ SEME LE CHAOS EN MASSACRANT LE PEUPLE CENTRAFRICAIN CHRETIEN ET DEPUIS LORS, DECHU DU POUVOIR, VOUS AVEZ GARDE NEANMOINS INTACT VOTRE PROFIL COMMUNAUTARISTE DE MERCENAIRES MUSULMANS CRIMINELS ET IMPITOYABLES POUR MASSACRER LES CENTRAFRICAINS. RIEN NE SAURAIT JUSTIFIER VOTRE COMPORTEMENT CRIMINEL POUR VOUS PARDONNER SUR NOTRE TERRITOIRE. QUOI QU'IL EN SOIT, L'ARMEE CENTRAFRICAINE EN PLEIN RETOUR ET EN PLEINE FORME VOUS ECRASERONT POUR RESTAURER LA PAIX ET L'AUTORITE DE L'ETAT AFIN QUE LA VIE NORMALE REPRENNE ET QU'ON NE PARLERA PLUS DE REBELLES DANS NOTRE CHER PAYS. » lire la suite

Mon commentaire

Dans la même catégorie
e député Alfred Yekatom Rombhot, arrêté le 29 octobre et transféré le 17 novembre 2018 à la Cour pénale internationale (CPI), sera jugé pour » ...la suite
Le peuple centrafricain a subi et a enduré des crimes atroces dans l'un des violents conflits de ce siècle. Je me félicite du transfèrement aujour » ...la suite
Soupçonné de nombreuses exactions pendant la crise de 2014, Alfred Yekatom alias Rambo a été envoyé ce samedi à la Haye en vue de comparaître d » ...la suite
A l’issue de leur congrès qui s’est achevé, dimanche soir au siège de la CEMAC à Bangui, les membres de la ligue centrafricaine des droits de » ...la suite
Cette juridiction hybride a lancé officiellement ses activités lundi au cours d’une session inaugurale. Créée le 3 juin 2015, la Cour pénale » ...la suite
La FIDH, la LCDH et l’OCDH mènent depuis 2013 des actions conjointes pour documenter les crimes commis et lutter contre l’impunité des auteurs d » ...la suite
Alors qu’il est prévu, le 27 août, une rencontre de haut niveau entre l’Union africaine (UA ) et les autorités centrafricaines sur l’épineux » ...la suite
Le dialogue politique ne doit pas absoudre les criminels de guerre (Bangui) 24 août 2018 5:00AM – L’octroi d’une amnistie générale dans l » ...la suite
Absence de coopération des grandes puissances, incapacité à condamner les responsables de crimes contre l’humanité, juges soupçonnés de collus » ...la suite
Le parlement centrafricain a adopté, le 29 mai 2018, le règlement de procédure et de preuve pour la Cour pénale spéciale, le tribunal chargé de » ...la suite