Notre mission, toujours vous informer
Accueil » Dossiers » Bangui- Paris : Le torchon brûle
Bangui- Paris : Le torchon brûle

Lu pour vous 

 

http://lafrique.info   CORINE GOGAHI 15 OCTOBRE 2018

 

Plus rien ne va entre Bangui et Paris. Si les relations entre les deux Présidents étaient tendues et que les uns et les autres feignaient d’entretenir la flamme d’excellents rapports, aujourd’hui, l’heure des comptes a sonné. Emmanuel Macron a décidé de régler ses comptes avec le Président centrafricain à la façon française. C’est à dire en infantilisant son homologue en présence de certains chefs d’États africains. Si le Président Touadéra a désapprouvé la procédure, il est encore plus remonté contre Idriss Déby et Dénis Sassou N’guesso, des Présidents qui cumulent plus de 20 ans de règne.

Par conséquent, ils ne sont pas des parangons de vertus. Par leur attitude désinvolte vis-à-vis de lui, les relations déjà tendues entre Paris et Bangui, Bangui-N’Djamena, le Président centrafricain devra pour laver son honneur bafoué, rompre toute relation avec les pays et les personnalités impliquées dans cette vidéo dans laquelle on peut voir Emmanuel Macron, Jean Yves LeDrian, Sassou N’guesso, Idriss Déby et Moussa Fakir déshonorer un Président en exercice. 

Les Africains doivent refuser ce néo-colonialisme et dire non à cette nouvelle forme d’assujettissement. La Centrafrique n’est pas un territoire français, le Président Touadéra non plus n’est pas un sous-préfet ou un valet de la France. Le torchon peut brûler entre Paris et Bangui. Mais pour une prochaine relance de leur relation, le Président Touadéra devra exiger de tous ceux qui ont voulu salir sa réputation, des excuses publiques. C’est la condition sine qua none pour un retour à la normale.

Gogahi Corine

1 commentaire

S

Echec au mini-sommet à Erevan (ARMENIE), qui a pour but de faire fléchir la ligne de conduite de TOUADERA, pour ramener la PAIX en R.C.A, en réactivant la coopération centrafricano-russe des années 60 sur plusieurs aspects liés à la défense et socio-économique, bref...

Pour comprendre l'usieurs aspects liés à la défense et socio-économique, bref...

Pour comprendre l'interview de Christophe Boisbouvier, accordé au Président TOUADERA, qui est en fait la résultante de ce mini-sommet de déstabilisation psychologique, comme une programmation intense et court en PNL(Programmation Neuro Linguistique), dont le Président TOUADERA n'a fait que défendre l'ensemble de la souffrance du peuple centrafricain et non une soit disant projection "géo-politico-stratégico-russe".

Car dans ce mini-sommet de déstabilisation psychologique Mr TOUADERA n'était pas seul, en terme de contraint, TOUADERA faisait face à 5 personnes (Président des français E. MACRON et Mr LEDRIAN affaires étrangères, Président des tchadiens Idriss DEBY, Président des brazzavillois SASSOU NGUESSOU, Président en exercice de l'Union Africaine 1 natif tchadien) comme si c'était l'interrogatoire.
Mais vu l'attitude et l'environnement à huit clos, car il fallait fermer la porte et les caméras, pour que les bruits ne circulent pas, mais manque de pot Christophe Boisbouvier a posé des questions fondamentales, dont TOUADERA a été explicite là dessus, sans bavure, donc mini-sommet avorté, puisque tout le monde est courant.

A chacun de visionner la vidéo de disposition du mini-sommet et de faire son commentaire objectivo-subjectif, selon l'angle de vue où l'on souhaite se positionner vidéo à trouver sur Facebook ou Youtube).
Si et seulement si, ce mini-sommet d'Erevan était fait avec une autre personnalité politique centrafricaine, cela sera du "oui-bénit".
Mais dans ce mini-sommet à huit-clos, le Président TOUADERA avait son cap à tenir par rapport à la PAIX en R.C.A et il a tenu bon.

Maintenant aux centrafricains de faire bloc pour le soutenir dans ses plans d'actions.
La R.C.A ne doit pas avoir 100 ans pour se mettre à se développer. S'il faut changer de cap et travailler avec d'autres partenaires, autres que les partenaires classiques, qui n'ont que faire de la R.C.A, alors le changement de cap doit se faire et les centrafricains doivent travailler davantage et être vigilant, car les "goro", qu'on a voulu faire faire à TOUADERA n'a pas fonctionné.


Quant à la présence du représentant de l'Union Africaine à ce mini-sommet avorté, objectivement nous n'avons pas vu l'UA se lever pour défendre 2 dossiers chauds :

1) la destitution d'1 président régalien Laurent GBAGBO transféré au TPI à la Haye.

2) le bombardement de la Libye et l'exécution illico-rapide de Kadhafi.

Sur ces 2 dossiers les africains sont en droit de demander des explications à l'Union Africaine.

3) Pour la R.C.A, on voit très mal la légitimité de l'UA, qui pourrait ou devrait le facilitateur-médiateur de PAIX en R.C.A ? Qu'a t-elle fait pour l'embargo des armes sur les FACA ? Tandis que les rebelles utilisent des armes sophistiquées pour piller les ressources de la R.C.A et tuer les populations civiles. C'est tout justes des questions que l'on se pose pour comprendre le fonctionnement de cette organisation.

» lire la suite

Mon commentaire

Dans la même catégorie
Alfred Yekatom Rombhot aurait mieux fait de se souvenir que les usages de la vie de député obéissent à des règles différentes de celles d’un p » ...la suite
L’évêché d’Alindao cible d’une attaque meurtrière qui aurait provoqué la mort de 37 personnes, parmi lesquels deux prêtres, dont le vicair » ...la suite
Soupçonné de nombreuses exactions pendant la crise de 2014, Alfred Yekatom alias Rambo a été envoyé ce samedi à la Haye en vue de comparaître d » ...la suite
Un député centrafricain, ancien chef de milice Alfred Yékatom, a été extradé samedi 17 novembre vers la Cour pénale internationale (CPI) de La » ...la suite
Bangui - Un député centrafricain, l'ex-chef de milice Alfred Yekatom, a été extradé samedi vers la Cour pénale internationale (CPI) de La Haye q » ...la suite
La Russie a demandé jeudi à la France de fournir des “efforts supplémentaires significatifs” pour rendre possible un renouvellement régulier d » ...la suite
« Le règne de la terreur : un business florissant en République centrafricaine. Illustré par l’itinéraire d’un chef de guerre, homme d’affa » ...la suite
Comment la République centrafricaine se retrouve-t-elle au cœur d'une guerre d'influence entre trois des cinq membres permanents du Conseil de Sécu » ...la suite
En visite à Bangui, le chef de la diplomatie française, Jean-Yves Le Drian, a promis un soutien de la France à la République Centrafricaine, à ha » ...la suite
Malgré les interventions de l'ONU, en République Centrafricaine, la tragédie des personnes déplacées victimes d'une guerre civile éprouvante ne » ...la suite