Notre mission, toujours vous informer
Accueil » Dossiers » Bangui : La démission du ministre Jousso, une exigence pour le syndicat
Bangui : La démission du ministre Jousso, une exigence pour le syndicat

 

https://www.radiondekeluka.org  mercredi 17 octobre 2018 10:38

 

Le syndicat du personnel des Transports persiste et signe dans la demande de démission du ministre Théodore Jousso à la tête du département des Transports et de l'Aviation civile. Il a réitéré cette exigence mardi 16 octobre lors d’un point de presse à Bangui.

Le secrétaire général du syndicat du personnel des Transports et de l’Aviation civile, Denis Narcisse Bazanguélé, a expliqué que « Théodore Jousso a fait preuve de corruption, de népotisme et de gangstérisme administratif » avant d’exiger du gouvernement sa démission. « Nous demandons au Président de la République et au Premier ministre de démettre Théodore Jousso » a-t-il lâché.

Face au silence des autorités nationales, le syndicat projette mobiliser les services  sous tutelle du département. « Si les plus hautes autorités refusent de répondre à nos exigences, nous allons étendre le mouvement dans les sociétés sous tutelles » citant à titre d'illustration « Asecna, personnel de la plateforme aéroportuaire, taxis et bus ainsi que taxi-motos ».

Depuis la publication du rapport parlementaire accablant ce membre du gouvernement, l’exécutif n’a pas encore réagi.

Des révélations de malversation financière

Dans un document de 5 pages, le syndicat du personnel a observé que tous les matériels à l'aéroport international Bangui M'Poko ont été achetés en 2002 sous le régime du feu Président Ange Félix Patassé. Jusqu'en 2018, ils n'ont pas été renouvelés. Le scanner, les tapis de livraison de bagages sont tous obsolètes. Or, la taxe de sûreté aéroportuaire génère entre « 1 milliards et 1 milliards 500 millions de francs Cfa par an » selon Denis Narcisse Bazanguélé. Une question majeure se pose :  pourquoi le matériel n'a pas été renouvelé ?

Le syndicat a révélé que sur le programme mensuel d'emploi de la taxe de sûreté du mois de mars 2018, le ministre Jousso a autorisé pour son propre compte 5.000.000 de francs Cfa. L'enveloppe est répartie de la manière suivante : 1 millions de francs Cfa d'indemnité, 3 millions de francs Cfa d'appui, 750 mille francs Cfa de fournitures et consommables et 250 mille francs Cfa pour le carburant. Sur cette taxe, le ministre donne à son chauffeur de commandement, masqué comme chauffeur du 1er véhicule de liaison du président du Comité national de sûreté, un salaire de 120.000 francs Cfa et d'une indemnité de transport de 25.000 francs Cfa. Un montant similaire est aussi attribué au chauffeur des courses personnelles du ministre, caché sous l'appellation  de chauffeur du 2ème véhicule de liaison.

Les mécontents ont précisé que cette ligne budgétaire a été créée au mois d'avril 2016 après la nomination de Théodore Jousso comme ministre.

0 commentaire

Soyez la première personne à vous exprimer !

Mon commentaire

Dans la même catégorie
Onze des quatorze groupes armés signataires de l'accord de paix centrafricain ont exigé la démission du premier ministre Firmin Ngrebada et souhait » ...la suite
Placé sous contrôle judiciaire depuis novembre 2018, le député de Mongoumba Thierry Georges Vackat est provisoirement suspendu de ses fonctions de » ...la suite
Les parties prenantes aux pourparlers de Khartoum sont déjà arrivées à Addis-Abeba conformément à l'article 34 dudit accord. Les représentant » ...la suite
Ce lundi s'ouvre à Addis-Abeba, en Ethiopie, une réunion de suivi de l'accord de paix centrafricain signé à Khartoum le 6 février 2018. Les 14 gr » ...la suite
Une politique dictée par les pays du Golfe · En intervenant pour défendre le régime tchadien et en soutenant l'offensive récente du maréchal Kha » ...la suite
Des avocats accrédités par la CPI auditionnent depuis samedi des victimes de la guerre en RCA. Des auditions initiées par la CPI suite aux plaintes » ...la suite
(B2) La signature de l'accord de paix en République centrafricaine ne doit pas faire oublier que la situation reste grave dans le pays. C'est le mess » ...la suite
En Centrafrique, le nouveau gouvernement nommé dimanche ne fait pas l’unanimité. Les démissions s’enchaînent et déjà certains groupes armés » ...la suite
L'Union africaine (UA) a appelé au "calme et à la retenue" en Centrafrique après la formation d'un nouveau gouvernement à la suite de l'accord de » ...la suite
Conformément aux engagements pris le 6 février par les autorités de Centrafrique et les principaux groupes rebelles, le président Faustin Archange » ...la suite