Notre mission, toujours vous informer
Accueil » Dossiers » Alliances éphémères, Interférences étrangères : une cartographie du vaste réseau de groupes armés en République centrafricaine
Alliances éphémères, Interférences étrangères : une cartographie du vaste réseau de groupes armés en République centrafricaine

 

 

La prolifération de profiteurs de guerre nationaux, régionaux et internationaux, motivés par des intérêts rivaux, pourrait conduire à un conflit « plus sanglant que jamais », avertit le nouveau rapport d'Enough Project.

 

6 novembre 2018 (Washington, D.C.) – Un nouveau rapport de l’Enough Project cartographie la myriade de groupes armés en République centrafricaine (RCA) et met la lumière sur leurs jeux d’alliances et leurs intérêts divergents dans un pays plongé dans une guerre depuis cinq ans.

Le rapport, « Prolifération II : la frénésie du pouvoir et les guerres d’influence aux origines de l’escalade des violences sectaires en République centrafricaine », montre que l’entreprenariat politico-criminel violent est devenu une activité florissante. Dans les zones rurales, il est le principal pourvoyeur d’emplois d’une jeunesse désœuvrée et il offre des opportunités d’affaires pour les mercenaires originaires des pays voisins comme le Tchad et le Soudan.

Le rapport montre les principaux groupes armés opérant en Centrafrique ainsi que leurs alliances, leurs stratégies, leurs agendas et leurs objectifs, et il actualise les informations publiées en août 2017 dans le premier rapport de l’Enough Project portant sur le même thème.

Cliquez-ici pour lire le rapport complet, y compris pour visualiser le graphique illustrant les alliances entre groupes armés et des cartes montrant le contrôle territorial exercé par chaque groupe armé.

Nathalia Dukhan, l’auteure du rapport et chercheuse et analyste sur la République centrafricaine à l’Enough Project déclare que : « Cinq après le déclenchement de la guerre en République centrafricaine, le dénouement du conflit semble lointain. Les alliances opportunistes et éphémères entre groupes armés, soutenus par des réseaux d’acteurs nationaux, régionaux et internationaux qui s’enrichissent de la violence, reflètent une guerre d’intérêts sanglante. La soif du pouvoir dans le contexte de l’internationalisation du conflit armé pourrait déboucher sur une crise politique et sécuritaire majeure, plus sanglante encore que par le passé ».

Brad Brooks-Rubin, directeur de programmes de l’Enough Projet et de The Sentry, indique que : « des milliards de dollars ont été dépensés pour tenter de ramener la stabilité et la paix en République centrafricaine mais ces efforts ont échoué jusqu’ici. Les mécanismes traditionnels et diplomatiques de maintien de la paix sont aujourd’hui accaparés par ceux qui profitent de la guerre et leurs alliés. Pour eux, l’instabilité et les violences de masse sont souhaitables et doivent être perpétuées. Cependant, une autre façon de rechercher la paix est possible. Elle doit privilégier les acteurs désireux de mettre fin au conflit armé et à la violence. La communauté internationale peut favoriser cette nouvelle approche pour la paix et prévoir des sanctions effectives contre ceux qui profitent de la guerre et des mesures de lutte contre le blanchiment d’argent ».

Le rapport met en garde sur le fait que la prolifération des groupes armés, les trafics transnationaux d’armes et de ressources naturelles, représentent des menaces majeures à la paix dans l’ensemble de la région Afrique centrale. Le rapport propose des recommandations pour engager le pays vers le chemin de la paix et le sortir de son système actuel dominé par des acteurs de la violence porteurs d’intérêts personnels.

Cliquez-ici pour lire le rapport.  https://enoughproject.org/wp-content/uploads/ProliferationII_Enough_Nov2018-web.pdf 

Pour des demandes medias ou d’interviews, merci de prendre contact avec : Greg Hittelman, Directeur de communication, +1 310 717 0606, gh@enoughproject.org.

About THE ENOUGH PROJECT

L’Enough Project soutient la paix et la fin des atrocités de masse dans les régions de conflit les plus meurtrières d’Afrique. Ensemble avec l’initiative d’investigation, The Sentry, Enough s’érige contre les groupes armés, les régimes kleptocratiques violents et leurs associés d’affaires qui s’enrichissent grâce à la corruption, aux trafics de ressources naturelles et aux activités criminelles. En contribuant à créer des conséquences envers les principaux responsables et les facilitateurs d’atrocités et de corruption, l’Enough cherche à renforcer les processus en faveur de la paix et de la gouvernance. Enough réalise des recherches dans des zones de guerre, engage un dialogue avec les gouvernements, la société civile et le secteur privé sur les solutions politiques potentielles, et mène des campagnes publiques dédiées à la paix et aux droits humains, qui visent à rompre les liens entre la guerre et les profits illicites. Pour en savoir plus – rejoignez-nous – sur www.EnoughProject.org.

1 commentaire

S
(svp, que l'éditeur texte de votre édition n'affiche pas les doublons)

" Le rapport, « Prolifération II : la frénésie du pouvoir et les guerres d’influence aux origines de l’escalade des violences sectaires en République centrafricaine », montre que l’entreprenariat politico-criminel violees sectaires en République centrafricaine », montre que l’entreprenariat politico-criminel violent est devenu une activité florissante. Dans les zones rurales, il est le principal pourvoyeur d’emplois d’une jeunesse désœuvrée et il offre des opportunités d’affaires pour les mercenaires originaires des pays voisins comme le Tchad et le Soudan. " :

Vous prenez les centrafricains comme des fous, ce résultat de prolifération est la conséquence de l'embargo stupide sur les armes des FACA, par ceux qui pensaient à une analyse prédictive tordue, dont ils n'ont pas pris en compte d'autres paramètres subjectifs qui influent sur l'objectivité.

C'est comme ceux qui ont créée le virus du SIDA, pensant que c'était destiné à l'Afrique, mais c'est l'effet mondial.
C'est aussi comme pour une analyse tordue à l'explosion du Central nucléaire de Tchernobyl dans 1 pays de l'Est, dont les fumées on atteint l'Europe, et d'autres analystes disaient que les poussières nucléaires étaient arrêtées à la frontière de l'Europe, alors que c'est faux.

La prolifération des groupes armés et des mercenaires en R.C.A est le résultat sans bavure limpide de l'embargo sur les armes des FACA, dont on ne peut oublier les blessures faites à la population centrafricaine, par les mal aimés des 2 pays au Nord de la R.C.A dans leurs pays et les cherches à manger qui fuient leurs pays parce qu'ils sont laissés pour compte dans leurs propres pays.

Parce que si les FACA n'étaient pas désarmées, les choses ne seront pas ainsi.
Alors, que ceux qui persistent dans l'embargo sur les armes des FACA, doivent aller sur le terrain pour contraindre les malfrats de ces pays, c'est votre job que vous avez mis en place, alors assurez le Service Après Vente (SAV). Quelle stupidité !!!!
» lire la suite

Mon commentaire

Dans la même catégorie
Alfred Yekatom Rombhot aurait mieux fait de se souvenir que les usages de la vie de député obéissent à des règles différentes de celles d’un p » ...la suite
L’évêché d’Alindao cible d’une attaque meurtrière qui aurait provoqué la mort de 37 personnes, parmi lesquels deux prêtres, dont le vicair » ...la suite
Soupçonné de nombreuses exactions pendant la crise de 2014, Alfred Yekatom alias Rambo a été envoyé ce samedi à la Haye en vue de comparaître d » ...la suite
Un député centrafricain, ancien chef de milice Alfred Yékatom, a été extradé samedi 17 novembre vers la Cour pénale internationale (CPI) de La » ...la suite
Bangui - Un député centrafricain, l'ex-chef de milice Alfred Yekatom, a été extradé samedi vers la Cour pénale internationale (CPI) de La Haye q » ...la suite
La Russie a demandé jeudi à la France de fournir des “efforts supplémentaires significatifs” pour rendre possible un renouvellement régulier d » ...la suite
« Le règne de la terreur : un business florissant en République centrafricaine. Illustré par l’itinéraire d’un chef de guerre, homme d’affa » ...la suite
Comment la République centrafricaine se retrouve-t-elle au cœur d'une guerre d'influence entre trois des cinq membres permanents du Conseil de Sécu » ...la suite
En visite à Bangui, le chef de la diplomatie française, Jean-Yves Le Drian, a promis un soutien de la France à la République Centrafricaine, à ha » ...la suite
Malgré les interventions de l'ONU, en République Centrafricaine, la tragédie des personnes déplacées victimes d'une guerre civile éprouvante ne » ...la suite