Notre mission, toujours vous informer
Accueil » Droit de l'Homme » Centrafrique : Alfred Yekatom Rombhot sera jugé par la CPI pour crimes de guerre et crimes contre l’humanité
Centrafrique : Alfred Yekatom Rombhot sera jugé par la CPI pour crimes de guerre et crimes contre l’humanité

 

Bangui, Centrafrique 2018-11-19 (ADV) – Le député Alfred Yekatom Rombhot, arrêté le 29 octobre et transféré le 17 novembre 2018 à la Cour pénale internationale (CPI), sera jugé pour crimes de guerre et crimes contre l’humanité, annonce la CPI qui évoque l’audience de la comparution initiale du suspect dans un bref délai.

La Cour pénale internationale a lancé le 11 novembre 2018 un mandat d’arrêt contre Alfred Yekatom Rombhot, en détention à Bangui depuis le 29 octobre 2018 pour avoir perturbé le déroulement de la session parlementaire consacrée à l’élection d’un nouveau président de l’Assemblée nationale.

Selon le mandat d’arrêt délivré par la Chambre préliminaire II de la CPI le 11 novembre 2018, M. Yekatom, est un ressortissant de la République centrafricaine (RCA), né le 23 janvier 1975 à Bimbo, ancien caporal-chef des Forces armées centrafricaines (FACA) et député de la nation. Il aurait commandé un groupe d’environ 3 000 membres au sein du mouvement Anti-Balaka. Il serait responsable des crimes à Bangui et dans la préfecture de Lobaye, entre le 5 décembre 2013 et août 2014.

La CPI indique que Yekatom serait aussi responsable des crimes contre l’humanité, notamment « meurtre, déportation ou transfert forcé de population, emprisonnement ou autre forme de privation grave de liberté physique, torture, persécution, disparition forcée et autres actes inhumains ».

Pour les crimes de guerre, il serait responsable du meurtre, de torture et traitements inhumains, des mutilations, des attaques intentionnelles contre la population civile, des attaques intentionnelles des bâtiments consacrés à la religion, l’enrôlement d’enfants de moins de 15 ans et les faire participer activement à des hostilités, le déplacement de la population civile et la destruction des biens de l’adversaire.

« Ces crimes auraient été commis au cours d’un conflit armé ne présentant pas un caractère international en cours sur le territoire de la RCA, entre au moins septembre 2013 et au moins décembre 2014, entre la Séléka. Les juges ont également conclu qu’il y a des motifs raisonnables de croire que, de septembre 2013 au moins jusqu’en décembre 2014 au moins, une attaque généralisée et systématique a été perpétrée par les Anti-Balaka. Il est responsable en tant que chef militaire », révèle la CPI.

Alfred Yekatom Rombhot est le premier centrafricain, présumé auteur des violences dans le pays a été transféré à la CPI pour crimes de guerre et crimes contre l’humanité.

 

© Bur-csa – A.H – N.W / De notre correspondant régional Fridolin Ngoulou – African Daily Voice (ADV)

0 commentaire

Soyez la première personne à vous exprimer !

Mon commentaire

Dans la même catégorie
Il faut que l’Organisation des Nations unies (ONU) mène une enquête approfondie sur la réaction de ses casques bleus à une récente attaque qui » ...la suite
Dans un communiqué publié sur son site internet, l’Ong de défense des droits de l’homme Human Rights Watch a salué le placement en détention » ...la suite
La première comparution d'Alfred Yekatom devant la Chambre préliminaire II de la Cour pénale internationale (« CPI » ou « Cour ») aura lieu le » ...la suite
Le peuple centrafricain a subi et a enduré des crimes atroces dans l'un des violents conflits de ce siècle. Je me félicite du transfèrement aujour » ...la suite
Soupçonné de nombreuses exactions pendant la crise de 2014, Alfred Yekatom alias Rambo a été envoyé ce samedi à la Haye en vue de comparaître d » ...la suite
A l’issue de leur congrès qui s’est achevé, dimanche soir au siège de la CEMAC à Bangui, les membres de la ligue centrafricaine des droits de » ...la suite
Cette juridiction hybride a lancé officiellement ses activités lundi au cours d’une session inaugurale. Créée le 3 juin 2015, la Cour pénale » ...la suite
Au moins 27 civils sont tués par les rebelles de la Séléka et des Anti-Balaka depuis juin 2018 à Bria. C’est ce qu’a dénoncé dans un communi » ...la suite
La FIDH, la LCDH et l’OCDH mènent depuis 2013 des actions conjointes pour documenter les crimes commis et lutter contre l’impunité des auteurs d » ...la suite
Alors qu’il est prévu, le 27 août, une rencontre de haut niveau entre l’Union africaine (UA ) et les autorités centrafricaines sur l’épineux » ...la suite