Notre mission, toujours vous informer
Accueil » Point de vue » Centrafrique : « Le transfert de Alfred Yekatom Rombhot à la CPI marque la fin de l’impunité en Centrafrique », selon Martin Ziguélé
Centrafrique : « Le transfert de Alfred Yekatom Rombhot à la CPI marque la fin de l’impunité en Centrafrique », selon Martin Ziguélé

 

PAR VIANNEY INGASSO LE 20 NOVEMBRE 2018

 

BANGUI, le 20 novembre 2018 (RJDH)—Martin Ziguélé, Député de Bocaranga 1, a salué le transfert d’Alfred Yekatom Rombhot à la Cour Pénale Internationale le samedi 17 Novembre 2018. Pour le Président du MLPC, cela marque le début de la fin de l’impunité en Centrafrique.

RJDH : Monsieur Martin Ziguélé, bonjour !

MZ : Bonjour !

RJDH : Le député Alfred Yekatom, arrêté le 29 octobre 2018, a été transféré le Samedi 17 Novembre 2018 à la CPI pour des crimes relevant de la compétence de cette juridiction internationale. Quelle est votre réaction à chaud?

MZ : Oui, je pense que c’est un évènement très important pour la République Centrafricaine parce que cela permet de rendre concret aux yeux de tous nos compatriotes ce qui a toujours été dit, à savoir que nul n’est au-dessus de la loi. Cela permet aussi de dire que c’est peut-être la fin de l’impunité. Naturellement, tout accusé est présumé innocent et a le droit de se défendre. Aussi il aura peut-être à expliquer comment il est entré dans cet engrenage et cela permettra à la justice de se déployer, de faire en sorte que les victimes, surtout ceux qui ont souffert d’un certain nombre d’abus, puissent bénéficier de la justice.

RJDH : Croyez-vous que l’arrestation de Monsieur Rombhot puisse dissuader les autres leaders des groupes armés à revoir leur position ?

MZ : Mais vous voyez bien que cette affaire arrive au moment où à Alindao, Batangafo et Bambari, nos compatriotes sont assassinés comme des animaux, c’est-à-dire attaqués dans des lieux où ils se sont déjà refugiés.

Pour que ceux qui, en tant que chefs de guerre, chefs rebelles et chefs des groupes armés ont donné volontairement la mort aux Centrafricains puissent répondre de leurs crimes devant les juridictions internationales et que cela ne s’arrête pas seulement à Rombhot. Lorsque des personnes se lèvent, prennent des armes, s’organisent pour écourter volontairement la vie de leurs compatriotes ou à d’autres personnes, ce qui vient d’arriver à Rombhot montre que quel que soit le temps que la justice prenne, elle les rattrapera.

RJDH : Quel sera votre message aux Centrafricains suite à ce transfert?

MZ : Le message, c’est de dire qu’il faut que les uns et les autres croient à la force de la loi. Nous sommes des citoyens. Nul n’est au- dessus de la loi. Nous sommes des citoyens, nous sommes dans un pays et c’est un Etat de droit. Le pays est en difficulté, c’est vrai, mais l’un des signes que nous revenons progressivement à avoir tous les attributs de l’Etat de droit. C’est que déjà en interne, la Cour Criminelle de la République Centrafricaine commence à juger les criminels ; la CPS se met progressivement en place et cette traduction vers la CPI montre que quelque chose bouge vers le droit et la justice.

RJDH : Martin Ziguélé, nous vous remercions.

MZ : C’est moi qui vous remercie.

0 commentaire

Soyez la première personne à vous exprimer !

Mon commentaire

Dans la même catégorie
Stéphane Brabant a une expérience confirmée comme avocat en matière d’investissements et de structurations de projets, notamment dans les domain » ...la suite
L’encre de ma dernière tribune n’a même pas encore séché que le Président Touadéra accorde une interview dans laquelle il affirme avec la p » ...la suite
Dans un entretien accordé à la DW, le président centrafricain Touadéra revient sur l'accord de Karthoum entre gouvernement et groupes rebelles. Il » ...la suite
C’est dans une interview exclusive à CNC que le Professeur Gaston Ngrékata mandata, par ailleurs Président du Parti pour la renaissance centraf » ...la suite
Même dans leurs rêves les plus fous, les Séléka n’ont jamais imaginé la divine surprise qui vient de leur tomber sur la tête , eux qui étaie » ...la suite
Il aura fallu seulement moins d’un mois pour que l’accord de Khartoum signé le 6 février 2019 entre le gouvernement centrafricain et 14 groupes » ...la suite
« Je pense que l’accord de Khartoum est un acte politique fort, qui reste à transformer en chemin de paix.Ce chemin est plein d’inconnues, mais » ...la suite
Son Eminence Dieudonné Cardinal NZPALAINGA et Monseigneur Richard APPORA sont écœurés de la situation dans laquelle se trouvent les Centrafricains » ...la suite
Merci beaucoup, comme vous l’avez mentionné, nous sommes en séjour de travail à l’Union Européenne. Comme tous les centrafricains le savent, l » ...la suite
Les récentes frappes françaises contre des rebelles tchadiens s’inscrivent bien dans la vocation de l’opération Barkhane, estime dans une inter » ...la suite