Notre mission, toujours vous informer
Accueil » Dossiers » RCA: l'action de la Minusca en question après le massacre d'Alindao
RCA: l'action de la Minusca en question après le massacre d'Alindao

 

Par RFI Publié le 21-11-2018 Modifié le 22-11-2018 à 10:06

 

En Centrafrique, trois jours de deuil national ont été annoncés après l’attaque du 15 novembre sur le camp de déplacés de la ville d’Alindao qui a fait 60 morts, selon le dernier bilan de l'AFP. Plusieurs équipes partaient mercredi sur le terrain pour tenter d'évaluer la situation et les besoins. Si le bilan reste incertain, les conditions qui ont conduit à un tel événement restent elles aussi imprécises et provoquent de nombreuses questions, notamment celle de l'action de la Minusca.

Beaucoup tentent de comprendre comment un tel drame a pu se produire en présence de la Minusca sur place. Le porte-parole de la mission onusienne Vladimir Monteiro assure que de telles échauffourées n'étaient pas attendues et que la Force n'était pas en nombre suffisant pour parer à ces événements.

« Il n'y a pas eu de présence passive, il y a eu intervention, assure-t-il. Un poste militaire avancé de la Minusca c'est environ 50 personnes. Et c'est ce que nous avions à Alindao. Aujourd'hui, la situation a évolué, nous avons envoyé des renforts de Bambari et d'une autre localité pour consolider cette position, poursuivre les patrouilles et éviter de nouveaux affrontements. »

Devant l'évêché de Bangui, des fillettes répètent des chants. Parmi les victimes d'Alindao, on dénombre deux religieux. Le vicaire général, l'abbé Mathieu, est consterné par les images qui circulent des massacres. Des corps mutilés et calcinés.

« A voir ces images-là, nous voyons quel crime contre l'humanité a été perpétré, s’indigne-t-il. Douleur, consternation et tristesse nous animent. Parce que nous sommes tous membre de cette humanité. Et voir comment au XXIe siècle on procède à des tueries, on élimine les personnes humaines cela ne peut que susciter en nous cette consternation, cette tristesse, voire cette colère. »

Le vicaire général appelle au calme et à ne pas tomber dans le piège du conflit interreligieux.

■ Une situation sécuritaire fortement dégradée qui inquète les ONG

Du point de vue de l'impact psychologique, c’est absolument pire que la case départ.

Najat Rochdi, coordinatrice humanitaire de l'ONU en RCA

2 commentaires

R
Hum il faut savoir tout de suite que la MINUSCA est la pour que les membres s'enrichissent. Ils viols, tuent. A toi Centrafricain de te lever et défendre ta sœur, ta maman, ton père, tes enfants ton avenir et ton pays. Ils ne sont pas la pour mourir pour toi.
le pouvoir Centrafricain réveille toi et protég. Ils ne sont pas la pour mourir pour toi.
le pouvoir Centrafricain réveille toi et protégé ta population
» lire la suite
S
Eux même (MINUSCA) ne savent pas ce qu'ils font en R.C.A, alors c'est naturellement que ces choses arrivent, car en face ceux qui ont permis aux groupes armés de se doter des armes de guerre, pendant qu'il y a l'embargo sur les armes des FACA, ne doivent pas s'étonner des exactions des "cherches" à manger.
<o sur les armes des FACA, ne doivent pas s'étonner des exactions des "cherches" à manger.

Vous ne pouvez pas vous étonner de ce qui se passe, tout en privant une armée nationale (FACA) par 1 embargo virtuel bidon et laisser les rebelles tués les centrafricains, c'est 1 grand PARADOXE ILLOGIQUE DE VOTRE LOGIQUE qui est comme une tarte non délébile sur votre visage.

Comme quoi vos analyses prédictives aussi bidon et vide de sens, sera comme 1 boomerang en situation de karma, car ainsi va la vie, lorsqu'on agit mal et mauvais.

Il ne faut pas s'attendre à une bénédiction non plus non ????? Mais qu'est-ce que la MINUSCA fait en R.C.A ?????

Ce qui ont pris l'initiative de mettre l'embargo sur les armes des FACA ont échoué et que c'est une mauvaise décision non-responsable, car les civils paient gratos par leurs vies ôtées par les barbares. Mais puisque le cri du sang d'Abel arrive en Haut, l'ivresse de ce sang vous parlera.
» lire la suite

Mon commentaire

Dans la même catégorie
Onze des quatorze groupes armés signataires de l'accord de paix centrafricain ont exigé la démission du premier ministre Firmin Ngrebada et souhait » ...la suite
Placé sous contrôle judiciaire depuis novembre 2018, le député de Mongoumba Thierry Georges Vackat est provisoirement suspendu de ses fonctions de » ...la suite
Les parties prenantes aux pourparlers de Khartoum sont déjà arrivées à Addis-Abeba conformément à l'article 34 dudit accord. Les représentant » ...la suite
Ce lundi s'ouvre à Addis-Abeba, en Ethiopie, une réunion de suivi de l'accord de paix centrafricain signé à Khartoum le 6 février 2018. Les 14 gr » ...la suite
Une politique dictée par les pays du Golfe · En intervenant pour défendre le régime tchadien et en soutenant l'offensive récente du maréchal Kha » ...la suite
Des avocats accrédités par la CPI auditionnent depuis samedi des victimes de la guerre en RCA. Des auditions initiées par la CPI suite aux plaintes » ...la suite
(B2) La signature de l'accord de paix en République centrafricaine ne doit pas faire oublier que la situation reste grave dans le pays. C'est le mess » ...la suite
En Centrafrique, le nouveau gouvernement nommé dimanche ne fait pas l’unanimité. Les démissions s’enchaînent et déjà certains groupes armés » ...la suite
L'Union africaine (UA) a appelé au "calme et à la retenue" en Centrafrique après la formation d'un nouveau gouvernement à la suite de l'accord de » ...la suite
Conformément aux engagements pris le 6 février par les autorités de Centrafrique et les principaux groupes rebelles, le président Faustin Archange » ...la suite