Notre mission, toujours vous informer
Accueil » Politique » RCA : L’opposition démocratique exige la démission du Gouvernement
RCA : L’opposition démocratique exige la démission du Gouvernement

 

https://www.radiondekeluka.org lundi 26 novembre 2018 13:48

 

Les Partis politiques de l'opposition démocratique ont haussé le ton ce 26 novembre sur la tuerie de masse à Alindao dans la préfecture de la Basse Kotto. Ils ont exigé la démission du Gouvernement de Simplice Mathieu Sarandji, en réaction au carnage de la ville de Alindao mi novembre. Ces partis politiques ont appelé à l’observation d'une ville morte de 3 jours à partir du 1er décembre.

Les leaders des Partis politiques ont des griefs à l’endroit du Gouvernement et de la Minusca. « Le peuple est désemparé. Nous, partis politiques et organisations de la société civile, condamnons avec fermeté toutes les tueries sur l’ensemble du territoire. Nous réclamons le retrait des contingents Pakistanais et Mauritaniens de la Minusca. Nous exigeons la démission sans délai du Gouvernement Sarandji, tout en consacrant la feuille de route de l’Union Africaine, unique voie de sortie de crise », a déclaré Ferdinand Alexandre Nguendet, président du RPR, le Rassemblement pour la République, un membre du collectif.

Une approche légitime soutenue par Joseph Béndounga, président du Mouvement démocratique pour la renaissance et l'évolution de Centrafrique (MDREC). Ce leader politique a appelé au boycott du défilé du 1er décembre. « Tous les habitants dans les zones sous contrôle des rebelles souffrent. Dans ce contexte, comment voulez vous qu’on fasse le  défilé ? », s'est-il interrogé souhaitant « que personne ne fasse le défilé le 1er décembre ».

La semaine dernière, le Mouvement Initiative de Transformation par Action (ITA) de Dominique Yandoka a demandé la démission du Gouvernement Simplice Mathieu Sarandji. pour son incapacité à protéger la population civile

Ces prises de position interviennent après l’interpellation du Premier ministre à l'Assemblée Nationale sur les événements dramatiques de la ville de Alindao. Interpellation au cours de laquelle, le chef de Gouvernement a rendu responsable la Minusca dans la non protection des populations civiles.      

 

0 commentaire

Soyez la première personne à vous exprimer !

Mon commentaire

Dans la même catégorie
Les élections présidentielle et législatives auront lieu fin décembre 2020 en Centrafrique, pays d'Afrique centrale miné par la guerre depuis 201 » ...la suite
Depuis l’indépendance, tous les présidents centrafricains ont été congédiés sans ménagement (1). Le président Touadera échappera-t-il à ce » ...la suite
Dans un entretien accordé à France 24, le président de la République centrafricaine, Faustin-Archange Touadéra, se dit confiant dans l'applicatio » ...la suite
Le président de la République, Faustin Archange Touadera a lancé, jeudi à Bangui, la consultation populaire nationale, un mécanisme de suivi et » ...la suite
Le secrétaire général du KNK Bertin Béa a dans un conférence de presse accusé le régime de Faustin Archange Touadera de mettre en branle la mac » ...la suite
L’accord de paix entre les groupes armés et l'exécutif, signé en février dernier, était au centre des discussions du Conseil de cabinet, le 7 m » ...la suite
Il lui aura fallu soixante jours pour passer son grand oral devant le Parlement centrafricain. Ce lundi 29 avril, Firmin Ngrebada, le Premier ministre » ...la suite
La Présidence de la république centrafricaine a rappelé que l'accord de paix conclu à Karthoum en février avec les groupes armés était soumis » ...la suite
Les députés ont adopté ce 23 avril avec amendement la loi portant code électoral de la République Centrafricaine. 126 députés sur 140 ont donn » ...la suite
Ce jour 23 Avril 2019, n’est pas comme les autres jours d’activité parlementaire, car aujourd’hui nous sommes en face du destin du peuple centr » ...la suite