Notre mission, toujours vous informer
Accueil » Afrique Centrale & la CEMAC » Les coulisses de la visite du président français au Tchad
Les coulisses de la visite du président français au Tchad

Lu pour vous 

 

https://www.alwihdainfo.com  Alwihda Info | Par Djimet Wiche Wahili - 20 Décembre 2018 modifié le 21 Décembre 2018 - 13:51

 

La France entend renforcer Idriss Déby pour diluer l’influence russe en Centrafrique et au Soudan.

 

Le président français, Emmanuel Macron effectuera du 22 au 23 décembre une visite officielle au Tchad où il va s’entretenir avec son homologue Idriss Deby Itno sur des questions brulantes liées à la situation politique, économique et sécuritaire du pays. Les deux dirigeants se pencheront sur la menace d’instabilité qui prévaut dans la sous-région, d’après une source officielle. 

La montée en puissance de la Russie en RCA et au Soudan 


La première visite du président Emmanuel Macron en Afrique centrale, depuis son élection à la présidence de la république française, vise d’une part à saluer l’engagement du Tchad dans la lutte contre le terrorisme au Sahel et d’autre part à impliquer de nouveau le Tchad et le Congo dans la crise centrafricaine pour diluer un peu l’influence grandissante de la Russie en RCA et au Soudan. La présence russe inquièterait sérieusement Pari



Emmanuel Macron a choisi de consacrer sa première visite en Afrique Centrale au Tchad, au détriment du Congo et du Gabon dont les deux dirigeants, à savoir Ali Bongo Ondimba et Denis Sassou Nguesso, ne sont pas du tout appréciés par l’actuel locataire du palais de l’Elysée. Il préfère renouveler sa confiance au président Idriss Deby Itno que la France continue de considérer comme un acteur qui joue un rôle déterminant dans la lutte contre les terroristes de Boko Haram dans le bassin du Lac Tchad. 



Les présidents Idriss Deby Itno et Emmanuel Macron devraient s’entretenir dimanche 23 décembre à la présidence de la république du Tchad sur la situation en RCA avec la montée en puissance de la Russie, la lutte contre Boko Haram dans le bassin du Lac-Tchad, la morosité économique et le veto américain ayant bloqué le projet de financement du G5 Sahel présenté par la France devant le conseil de sécurité des Nations-Unies. 



L'instabilité dans la région du Tibesti et l'insécurité au nord 



Après leur tête à tête, les deux hommes d’Etat feront une déclaration conjointe à la presse nationale et internationale. Les autorités françaises s’inquiètent de la détérioration du climat sécuritaire dans la région du Tibesti et la présence de rebelles tchadiens dans la partie méridionale de la Libye. Cette présence est perçue par les français comme une menace pour la stabilité du Tchad, apprend-t-on auprès d’une source française. 



Le président français Emmanuel Macron, lors de son entretien avec le président Idriss Deby Itno, lui exprimera son soutien total dans le conflit qui oppose l’armée régulière tchadienne et le comité d’auto-défense de Miski, selon cette même source. Depuis le déclenchement de ce conflit dans le massif du Tibesti, la France continue d’apporter un soutien en logistique, renseignement militaire, carburant et acheminement de matériel militaire à Faya Largeau qui sert de base arrière de l’armée pour les opérations militaires dans le Tibesti. 

Les français ont joué un rôle très important dans le rapatriement des blessés des combats de Miski, de Faya vers N’Djamena. Un autre soutien manifesté par les autorités françaises à l’égard de leur allié inconditionnel est le déblocage de 40 millions d’euros. Ce soutien financier s’inscrit dans le cadre de l’accord signé entre le Tchad et le Fonds Monétaire Internationale pour structurer la dette du Tchad à l’égard de Glencore, et surtout renforcer le régime du président Idriss Deby Itno pour contrecarrer les velléités russes en RCA et au Soudan, selon un journaliste contacté par Alwihda Info. 



Les autorités françaises exprimeront leur inquiétude aux autorités tchadiennes sur l’augmentation du budget de la défense en 2019 alors que le prix du baril de pétrole est en chute. 



Cette visite officielle du président français va être sanctionnée par un déjeuner entre les deux chefs d’Etat. Le président français devrait aussi rencontrer, dans la journée de dimanche 23 décembre à la maison de la Femme, des femmes leaders avec qui, il devra échanger sur les diverses problématiques liées à leur développement. 

L'opération Barkhane 


Au cours de la journée du samedi 22 décembre, Emmanuel Macron devra consacrer sa visite à l'aspect militaire. Va-t-il se comporter comme un hôte en terrain conquis au Tchad comme il l’a fait lors de sa première visite au Mali ? Macron avait préféré rencontrer prioritairement les militaires français présents sur place à son arrivée, avant de recevoir plus tard son homologue malien, foulant allègrement aux pieds la tradition africaine. Rien n’est moins sûr mais tout porte à croire qu’on pourrait s’attendre à une telle surprise lors de la visite du président français au Tchad où il pourrait éviter sciemment d’être reçu à l’aéroport Hassan Djamous par le président tchadien, Idriss Deby Itno. 

Le président Macron passera le soir du 22 décembre avec les soldats français de l’opération Barkhane pour anticiper la célébration de la fête de Noël. Cela s’inscrit dans le cadre de la politique traditionnelle de chefs d’Etats français, avec des repas préparés par un cuisinier de l’Elysée. Emmanuel Macron rencontrera les chefs de détachements européens qui travaillent dans l’opération Barkhane et ensuite des officiers tchadiens. 


Il visitera également la garnison militaire du Groupement Anti-terroriste (PCI) où un général français basé à N’Djamena fera la présentation du détachement au président, selon une source officielle française. 


Aucune rencontre n’a officiellement été annoncée entre le président français et l’opposition démocratique tchadienne. Toutefois, le président français pourrait recevoir 5 chefs de partis d’opposition, notamment les challengers de Deby aux dernières élections présidentielles de 2016, selon une source au sein de l'opposition tchadienne.

 

 

DJIMET WICHE WAHILI

 

Journaliste, directeur de publication. Tél : +(235) 66304389 E-mail : djimetwiche@gmail.com En savoir plus sur cet auteur

1 commentaire

S
Idriss Deby et la France n'ont pas encore compris que la colonisation est terminée. Si à eux 2 ont la capacité de faire partir les russes, ils n'ont qu'à essayer.
*
Les centrafricains ont accepté la réactivation de la coopération centrafricano-russe qui datait des années 60-70 à l'époque de Jeanactivation de la coopération centrafricano-russe qui datait des années 60-70 à l'époque de Jean BEDEL-BOKASSA. Les russes ne sont pas arrivés en R.C.A en 2018, il faut qu'on se le dise.

La France qui depuis fort longtemps, appliquait la politique de Wait and See et activiste pour des opérations de décapitation de certains régimes par des opérations militaires aéro-héliportées, s'est vue distancée par son propre système de Wait and See, par rapport aux russes pragmatiques dans un esprit gagnant/gagnant :
car 50 ans de coopération centrafricano- française, sans une vraie réelle coopération effective visible et pratique.
Alors une certaine effervescence de la France pour réactiver, sa coopération dormante de Wait and See, dont l'opinion centrafricaine a réagi froidement et timidement, car le désengagement prématuré de la France par rapport à la mission des forces Sangaris en R.C.A n'était pas compris et pas accepté par les centrafricains et que la R.C.A n'a pas non plus chercher à faire une demande non plus dans ce sens, alors nous avons survécu aux assauts des groupes armés qui tuent et brulent la population centrafricaine. Donc le semblant empressement de la France auprès des affaires étrangères centrafricaines est qualifié par certains centrafricains d'hypocrisie, et que les centrafricains doivent se tourner vers d'autres pays pour une coopération 50/50.

N'oublions pas que les danses de DEBY du Tchad auprès de la France, se comprend, car c'est la France qui lui a sauvé la mise de peu de quelques mètres du palais présidentiel tchadien, par l'interposition des chars français face aux opposants tchadiens qui avaient coordonné une attaque simultanée pour prendre DEBY. Donc c'est normal que DEBY fasse le boulot ou job qu'on lui dit de faire. Mais malheureusement pour DEBY les donne ont changé en R.C.A, la R.C.A doit s'occuper de ses propres problèmes et son indépendance sur tous les points de vue, que cela déplaise, les systèmes des téléphones rouges sont finis : à chacun sa route, à chacun son chemin, à chacun son destin.
Macron a aussi son problème avec les "Gilets jaunes" français qui vont le torpiller pour qu'il puisse comprendre leurs pouvoirs d'achats, dont ces français ne savent pas trop bien comment cela est financé. S'ils savaient qu'ils doivent une certaine existence relativement meilleure, c'est grâce aux africains francophones des anciennes colonies liées à la monnaie CFA (dont la démonstration du mécanisme sera longue à expliquer).

DEBY doit plus s'occuper des tchadiens vivant au Tchad avec leurs opposants, pour que ce pays qui est le Tchad puisse retrouver la participation de tous aux efforts de développement avec les opposants politiques (bref ce n'est pas 1 problème centrafricain, mais plus 1 problème entre tchadien et que la R.C.A n'est pas un prétexte pour DEBY de venir foutre la merde par des désœuvrés).

Oui les russes, les chinois vont restés en R.C.A pour aider aux développements réels et vrais de ce pays bantous. Non on veut pas vos prétextes de déstabilisation, garder cela pour vous.
» lire la suite

Mon commentaire

Dans la même catégorie
Les relations de la Guinée Équatoriale avec la Centrafrique et le Tchad ont connu une année 2018 mouvementée. En 2019, les crispations semblent s » ...la suite
Le département de la sécurité extérieure de Guinée équatoriale a informé ce samedi la population que le leader du parti politique Convergence p » ...la suite
L’ONG britannique « Environmental Investigation Agency INC »vient de mettre à jour une filière « criminelle » du commerce international d » ...la suite
Pour en apprendre plus sur les durées et les formalités nécessaires au passage des frontières pour les biens et les personnes dans la zone CEMAC, » ...la suite
Des milliers de personnes à travers le Soudan ont rejoint la nouvelle manifestation contre le gouvernement. Des images en ligne montrent des manifest » ...la suite
Selon de nombreux écrits, l’amitié entre la Chine et l’Afrique remonte à plusieurs siècles. Les premiers contacts directs par voie terrestre r » ...la suite
Après une attaque de Boko Haram dans le sud-ouest du pays, le président Idriss Déby a procédé à plusieurs changements à la tête de l’apparei » ...la suite
La 14e Conférence des chefs d’Etats de la Communauté Economique et Monétaire de l’Afrique Centrale (CEMAC) s’est achevée ce 24 mars 2019 à » ...la suite
Le président Faustin-Archange Touadéra de la Centrafrique est attendu à Kinshasa, ce lundi 18 mars, pour un tête-à-tête avec son homologue congo » ...la suite
Des centaines de camions bloqués dans l’est du Cameroun par des rebelles centrafricains dans la ville de Garoua-Boulaï à l’Est du Cameroun, dep » ...la suite