Notre mission, toujours vous informer
Accueil » Société » Centrafrique : Le Commandant de Brigade de Bocaranga au nord agressé par les 3R
Centrafrique : Le Commandant de Brigade de Bocaranga au nord agressé par les 3R

 

PAR AUGUSTE BATI-KALAMET LE 27 DÉCEMBRE 2018

 

BOCARANGA, 27 Décembre 2018 (RJDH) — Le commandant de brigade de Bocaranga au nord du pays a été agressé par le chef rebelle Sidiki du mouvement 3R hier 26 décembre dans la localité. Selon des sources locales, une dispute entre les éleveurs peulhs et les agriculteurs était à l’origine de ce drame. Il a été agressé au moment de son intervention selon une source de la brigade de Bocaranga.

Selon les informations RJDH, les faits se sont produits le mercredi 26 décembre après la dévastation du champ d’un habitant du village sur l’axe Bouar par les bétails d’un éleveur proche de Sidiki du mouvement 3R, la semaine dernière. La revendication du cultivateur a occasionné des représailles des éléments des 3R.

« Il a été agressé par le chef rebelle alors qu’il intervenait pour apporter secours aux peulhs afin de les évacuer à l’hôpital pour des soins médicaux », a témoigné la source.

Après la discussion opposant les deux éleveurs et cultivateurs, selon les témoignages d’un habitant de la région, des échanges de tirs ont eu lieu et des personnes sont grièvement blessées, « des échanges des tirs se sont succédés occasionnant des blessés du camp des peulhs. Les blessés ont été conduits au centre de santé de Bocaranga pour des soins par le chef rebelle Sidiki. Ce dernier s’est rendu à la brigade de la gendarmerie et a agressé le commandant de brigade après une dispute », a ajouté une autre source dans la ville.

Cet acte s’est produit pendant que le chef rebelle Sidiki, renforce son équipe et en matériels. Plusieurs mouvements des groupes rebelles, confie un habitant au RJDH, « sont observés sur les axes de Koui, Bocaranga ».


Depuis le lundi 3 décembre, Sidiki, chef rebelle des 3R à Bocaranga, s’est opposé au redéploiement des FACA dans cette région du nord.

 

Centrafrique : L’OIM lance un projet d’installation des lampadaires dans la ville de Bangassou

 

PAR VICTOR KOMAS LE 27 DÉCEMBRE 2018

 

BANGASSOU, le 27 Décembre 2018 (RJDH)—-L’Organisation Internationale des Migrants(OIM) a lancé ce mercredi 26 décembre le projet d’installation des lampadaires dans la ville de Bangassou. Un projet d’éclairage pour renouer aux activités commerciales dans la ville après le retour à la stabilité.

Ce projet d’éclairage lancé ce 26 décembre en présence des autorités de Bangassou va durer deux mois et a pour cahier de charge, l’installation de neufs lampadaires au centre commercial, aux carrefours de la ville et les gares routières de Bangassou.

Ce projet s’inscrit dans le cadre de la réduction des violences communautaires et la promotion des activités de la cohésion sociale dans la ville qui renoue avec ses activités nocturnes après un dur moment des violences.

Selon Jean Richard chef du sous bureau de l’OIM de Bangassou, les lampes ont une garantie de trois ans. « C’est prévu pour 15 installations dans le cadre du projet, et c’est compte tenue de l’enveloppe allouée que nous avons réduit le nombre à neufs lampadaires et ces lampes ont une durée de trois ans », confie le chef du sous bureau de l’OIM de Bangassou.

La cérémonie s’était déroulée en présence de madame le préfet de Mbomou Pierrette Benguere et le président de la délégation spéciale de la ville de Bangassou Théophile Demba qui ont profité de l’occasion pour demander à la population de protéger ces lampadaires.


Le montant pour ce projet est estimé environ neuf millions de francs CFA selon une source proche de l’OIM.

1 commentaire

N
UNE BONNE IDEE MAIS TRES INSUFFISANTE CAR UNE GRANDE VILLE COMME BANGASSOU, DE TOKOYO AU CENTRE VILLE; DU CENTRE VILLE A MALEKO ET BANGUI-VILLE ETC, QUE NEUF (9) LAMPADAIRES INSTALLES ET EN DES POINTS TOTALEMENT SEPARES ? MAIS CELA N'A PAS VRAIMENT D'IMPACT DISSUASIF POUR LA SECURITE DE LA POPULATION VIVANT DANS LE NOI? MAIS CELA N'A PAS VRAIMENT D'IMPACT DISSUASIF POUR LA SECURITE DE LA POPULATION VIVANT DANS LE NOIR. EN PLUS CES LAMPADAIRES ONT SEULEMENT UNE DUREE DE VIE DE 3 ANS, APRES QUOI ILS SONT TOUS MORTS; RESULTAT: 9 MILLIONS DE FRANCS CFA ENTERRES AU BOUT DE CETTE DUREE. IL N'Y A AUCUNE PREVISION DE RENOUVELLEMENT DU PROJET AU BOUT DE TROIS ANS. RESTE AUSSI A SAVOIR QUI VA ASSURER LEUR ENTRETIEN PERIODIQUE POUR UN BON FONCTIONNEMENT (VERIFICATION DE L'ETAT DE CHARGE DES ACCUMULATEURS, NETTOYAGE DES PANNEAUX SOLAIRES, REMPLACEMENT DES POTEAUX ENDOMMAGES ETC.) » lire la suite

Mon commentaire

Dans la même catégorie
PK5. Un nom qui claque depuis trop longtemps comme l’enclenchement d’une arme automatique. Le quartier, il est vrai, a vécu des heures terribles » ...la suite
Première réunion ce mercredi 17 juillet du comité stratégique de pilotage de la mise en place des unités spéciales mixtes de sécurité en Centr » ...la suite
Le député de Ngaoundaye Bernard Dillah, président de la commission d'enquête parlementaire est très remonté contre l'exploitation de l'or par le » ...la suite
Les policiers centrafricains sont montés au créneau pour dénoncer une décision des autorités de Bangui confiant la délivrance des documents admi » ...la suite
Des combats ont eu lieu ce dimanche 14 juillet dans la ville de Am Dafok, à l’extrême Nord-Est du pays, à la frontière avec le Soudan, entre deu » ...la suite
L’option prise par plusieurs ONG et partenaires dont l’Onu d’orienter les Centrafricains vers le maraîchage pour qu’ils n’aient plus à all » ...la suite
Des élus de la nation ont été corrompus par des entreprises chinoises engagées dans l’exploitation de l’or. C’est la conclusion d’une enqu » ...la suite
Les éléments du Front démocratique du peuple centrafricain (FDPC) éligibles au DDRR “ont été complètement désarmés”, a déclaré Kenn » ...la suite
Le Gouvernement centrafricain sollicite le soutien de la France afin de plaider pour la levée totale de l’embargo infligé à la RCA par le Conseil » ...la suite
Des compagnies minières chinoises responsables « d'un désastre écologique dans la région de Bozoum » au nord-ouest de Bangui, c'est ce que déno » ...la suite