Notre mission, toujours vous informer
Accueil » Dossiers » CENTRAFRIQUE : LE PRÉSIDENT DE LA FÉDÉRATION DEVANT LA CPI
CENTRAFRIQUE : LE PRÉSIDENT DE LA FÉDÉRATION DEVANT LA CPI

 

La justice française a ordonné la remise à la CPI de Patrice-Edouard Ngaïssona, président de la fédération centrafricaine de football et accusé de crimes de guerre et crime contre l'humanité.

 

http://www.onzemondial.com  01/01/2019par Rodrigue Assossou

 

Egalement ancien ministre des Sports et membre du comité exécutif de la Confédération africaine de football, Patrice-Edouard Ngaïssona est surtout chef d'une faction anti-balaka, milice d'auto-défense chrétienne qui mène une lutte armée contre les Seleka depuis 2013. 

La cour d’appel de Paris a donné, lundi 31 janvier, son feu vert à la remise à la CPI, basée à La Haye aux Pays-Bas, du dirigeant du football africain. Visé par un mandat d’arrêt de la CPI, M. Ngaïssona, 51 ans, est soupçonné d’avoir commis ou aidé à commettre des crimes de guerre et crimes contre l’humanité dans l’ouest de la République centrafricaine entre septembre 2013 et décembre 2014. La CPI annonce également dans un communiqué qu'il y a des « motifs raisonnables » de croire qu’une « attaque généralisée et systématique a été perpétrée par les anti-balaka contre la population civile musulmane et quiconque semblait soutenir la Séléka ».

Dans le viseur de l'ONU depuis 2014

Interpellé le 12 décembre dernier Ngaïssona faisait cependant l'objet d'un intérêt particulier de la justice international depuis plusieurs années. En 2014, une vaste opération de l’armée française pour l’appréhender dans son fief de Boy-Rabe, quartier du nord de Bangui, avait échoué. Il a bien été incarcéré au début des années 2000 pour enrichissement illicite, mais semblait passer entre les mailles de tous les filets depuis.

Cité à plusieurs reprises dans des rapports de l'ONU suite aux massacres de populations musulmanes à la suite de la chute de l'éphémère Michel Djotodia, issu de la Séléka, à la tête du pays en 2014, ce chef de la milice Anti-balaka s'était défendu le 19 décembre dernier devant la chambre d'instruction de la cours d'appel, affirmant être "un porte parole qui a amené la paix en Centrafrique et non un chef de guerre.". Il a d'ailleurs assuré aux magistrats qu'il n'était pas sur le sol Centrafricain aux dates des crimes lui étant reprochés. 

 

 

Ngaïssona, patron du football, sera remis à la CPI

 

https://www.petitbleu.fr  01/01/2019 à 03:57 / Modifié le 01/01/2019 à 10:22

 

La cour d'appel de Paris a donné hier son feu vert à la remise à la Cour pénale internationale, basée à La Haye, de Patrice-Edouard Ngaïssona, un ex-chef de milice centrafricaine et figure des autorités du football africain.

Visé par un mandat d'arrêt de la CPI, M. Ngaïssona, 51 ans, est soupçonné d'avoir commis ou aidé à commettre des crimes de guerre et crimes contre l'humanité dans l'ouest de la République Centrafricaine entre septembre 2013 et décembre 2014.

Il avait été interpellé en France le 12 décembre et écroué dans la prison de Fleury-Mérogis (Essonne). C'est le deuxième suspect à être arrêté dans le cadre de l'enquête de la CPI en Centrafrique. «J'étais un porte-parole qui a amené la paix en Centrafrique et non un chef de guerre», avait déclaré le 19 décembre devant la chambre de l'instruction de la cour d'appel M. Ngaïssona. Il avait affirmé par ailleurs qu'il n'était «pas au pays» au moment des faits qui lui sont reprochés.

Malgré un lourd passif dans son pays à la tête des milices antibalaka, M. Ngaïssona, qui fut un éphémère ministre des Sports en 2013, avait été élu en février 2018 au comité exécutif de la Confédération africaine de football (CAF). Il est aussi président de la Fédération centrafricaine de football.

0 commentaire

Soyez la première personne à vous exprimer !

Mon commentaire

Dans la même catégorie
La France, partenaire traditionnel du Niger, enregistre de sérieux revers, autant sur le plan industriel qu’en matière de coopération militaire » ...la suite
La région mène une nouvelle phase de désarmement des groupes armés, mais les massacres de Koundjili et Lemouna en mai ont fragilisé les progrès. » ...la suite
Le ministre Burkinabé de la Défense, Mounima Sheriff Sy, estime que l’opération du G5 Sahel, initiée par la France pour créer une force africai » ...la suite
Centrafrique : nouvelle manifestation à Bambari contre les soldats mauritaniens de la Minusca. Dans la matinée du dimanche 2 juin 2019, les jeune » ...la suite
Les éléments armés du mouvement rebelle RJ (Révolution-Justice) d'Armel Ningatouloum Sayo opérant dans l'extrême nord-ouest et l'ouest de la Ré » ...la suite
Alors que le 8e accord de paix signé entre les autorités de Bangui et 14 groupes armés traine dans son exécution, un quinzième groupe armé issu » ...la suite
Le groupe armé 3R, responsable de tueries ayant entraîné la mort de plus de 50 civils dans l'ouest de la Centrafrique la semaine dernière, a promi » ...la suite
Les récents événements tragiques en Centrafrique montrent que l’Accord de Khartoum est miné par les concessions accordées aux groupes rebelles. » ...la suite
Une semaine après l’assassinat de 32 personnes par le groupe armé des 3R, les habitants des villages de Lemouna et Koundjili vivent dans la peur. » ...la suite
L’Afrique. Panthéon des guerres d’influence entre puissances mondiales. Dans cette lutte à l’influence, la Russie a choisi l’expertise sécu » ...la suite