Notre mission, toujours vous informer
Accueil » Economie » RCA: le trafic de diamants finance toujours les groupes armés
RCA: le trafic de diamants finance toujours les groupes armés

Par RFI Publié le 03-01-2019 Modifié le 03-01-2019 à 05:12

En Centrafrique, le trafic de diamants continue de financer les groupes armés. C'est une des conclusions du rapport du groupe d'experts des Nations unies sur la Centrafrique, qui a été rendu public le 31 décembre. En dépit de la levée partielle des sanctions du processus de Kimberley, un système mondial de certification des diamants, la RCA n’a exporté qu'un peu plus de 9 000 carats de diamants entre janvier et septembre 2018. Pourtant, la production un an plus tôt était estimée à 330 000 carats.  Un manque important de liquidités et surtout les lourdeurs du processus de certification poussent les professionnels du secteur à se tourner vers le marché noir.

« Les diamants centrafricains sortent par le Cameroun, le Tchad, le Soudan et même la RDC », explique Romain Esmenjaud, coordonnateur du groupe d'experts de l'ONU. « L'aéroport de Bangui est aussi une porte de sortie. Les contrôles y sont encore insuffisants », conclut-il. Ces diamants de contrebande proviennent de l'est du pays, encore sanctionné par le processus de Kimberley, mais aussi des régions de l'ouest, comme la Mambere Kadei, qui bénéficient pourtant de la levée partielle du blocus, depuis 2015.

Cette mesure a redonné un coup de fouet à l'exportation des diamants centrafricains en 2016 et 2017. Mais le processus de Kimberley est lourd et met beaucoup de temps à certifier les diamants. Un délai trop long pour les bureaux d'achat comme la Sodiam, qui finissent par mettre la clef sous la porte. Livrés à eux-mêmes, mineurs et collecteurs de diamants se tournent donc vers le marché noir. 

« Il faut impérativement revoir le processus de Kimberley qui n'est plus du tout adapté à la réalité centrafricaine, explique Léopold Mboli Fatran, ministre des Mines centrafricain. Aujourd'huiles exportations de diamants profitent plus aux trafiquants et aux groupes armés qu'à la Centrafrique. »

0 commentaire

Soyez la première personne à vous exprimer !

Mon commentaire

Dans la même catégorie
En visite à Anvers (Belgique), capitale mondiale du diamant, le chef de l’État Centrafricain Faustin-Archange Touadéra a fait plusieurs rencontre » ...la suite
Le gouvernement centrafricain a suspendu les activités de quatre sociétés minières chinoises installées à Bozoum, dans le nord-ouest de la Centr » ...la suite
La croissance économique en Centrafrique de 5,1% restera dynamique et stable en 2019. Une projection de la Banque des Etats de l’Afrique Centrale ( » ...la suite
Dans le souci d’accroitre la disponibilité de l’énergie électrique et répondre aux besoins en électricité de leurs populations, un protocol » ...la suite
La délégation de l’Union Européenne a annoncé le vendredi 15 mars, lors d’un point de presse, l’appui additionnel de son institution en vue » ...la suite
L'exportation du diamant brut a connu une chute vertigineuse en 2018. Ce qui n'est pas une bonne nouvelle pour la Centrafrique pays exportateur qui en » ...la suite
En Centrafrique, le ministre des mines annonce une chute considérable de la production du diamant dans le pays depuis la reprise des exportations en » ...la suite
Le ministre des Mines et de la Géologie, Léopold Mboli Fatrane, a pris, lundi 4 février 2019 à Bangui, un arrêté portant saisie conservatoire de » ...la suite
Soucieux du développement rural en République Centrafrique, le Représentant de l’Organisation des Nations-Unies pour l’Alimentation et l’Agri » ...la suite
Je voudrais tout d’abord remercier très sincèrement le Commissaire Paix et Sécurité de l’Union africaine, Monsieur Chergui et Monsieur le Secr » ...la suite