Notre mission, toujours vous informer
Accueil » Economie » RCA: le trafic de diamants finance toujours les groupes armés
RCA: le trafic de diamants finance toujours les groupes armés

Par RFI Publié le 03-01-2019 Modifié le 03-01-2019 à 05:12

En Centrafrique, le trafic de diamants continue de financer les groupes armés. C'est une des conclusions du rapport du groupe d'experts des Nations unies sur la Centrafrique, qui a été rendu public le 31 décembre. En dépit de la levée partielle des sanctions du processus de Kimberley, un système mondial de certification des diamants, la RCA n’a exporté qu'un peu plus de 9 000 carats de diamants entre janvier et septembre 2018. Pourtant, la production un an plus tôt était estimée à 330 000 carats.  Un manque important de liquidités et surtout les lourdeurs du processus de certification poussent les professionnels du secteur à se tourner vers le marché noir.

« Les diamants centrafricains sortent par le Cameroun, le Tchad, le Soudan et même la RDC », explique Romain Esmenjaud, coordonnateur du groupe d'experts de l'ONU. « L'aéroport de Bangui est aussi une porte de sortie. Les contrôles y sont encore insuffisants », conclut-il. Ces diamants de contrebande proviennent de l'est du pays, encore sanctionné par le processus de Kimberley, mais aussi des régions de l'ouest, comme la Mambere Kadei, qui bénéficient pourtant de la levée partielle du blocus, depuis 2015.

Cette mesure a redonné un coup de fouet à l'exportation des diamants centrafricains en 2016 et 2017. Mais le processus de Kimberley est lourd et met beaucoup de temps à certifier les diamants. Un délai trop long pour les bureaux d'achat comme la Sodiam, qui finissent par mettre la clef sous la porte. Livrés à eux-mêmes, mineurs et collecteurs de diamants se tournent donc vers le marché noir. 

« Il faut impérativement revoir le processus de Kimberley qui n'est plus du tout adapté à la réalité centrafricaine, explique Léopold Mboli Fatran, ministre des Mines centrafricain. Aujourd'huiles exportations de diamants profitent plus aux trafiquants et aux groupes armés qu'à la Centrafrique. »

0 commentaire

Soyez la première personne à vous exprimer !

Mon commentaire

Dans la même catégorie
Importations illégales des euros et dollars, ouvertures frauduleuses des comptes en devises, fonctionnement à découvert chez les correspondants…s » ...la suite
“Désastre écologique”, “fleuve pollué”, “santé publique menacée” : une commission d’enquête parlementaire en Centrafrique recomman » ...la suite
Des camionneurs camerounais, exaspérés des frais d’escorte qu’ils paient sur les convois Bangui-Garoua Boulaï, demandent la levée de ces charg » ...la suite
C’est l’un des préoccupations qui était au centre des échanges ce 1 juillet au cours de la rencontre entre Président de la République, Fausti » ...la suite
La République centrafricaine bénéficiera d’un nouveau financement de 31,7 millions $ de la part du FMI pour financer son programme réformes. C » ...la suite
La capitale centrafricaine est frappée par une pénurie de produits pétroliers depuis une semaine aujourd’hui. A Bangui, la plupart des station » ...la suite
Le ministre centrafricain de l’Energie Herbert Gontran Djono Ahaba a réagi à travers un communiqué ce samedi soir, face à la rareté des hydroca » ...la suite
[Africa Diligence] C’est un lieu commun de dire que la République centrafricaine est riche en ressources forestières. 15 % de son territoire est c » ...la suite
C’est l’un des secteurs ciblés par les financements promis à la République centrafricaine, dans le cadre de la visite effectuée par le présid » ...la suite
Le docteur Akinwumi Adessina, Président de la banque africaine de développement (BAD) a effectué une visite officielle ce samedi et dimanche 12 ma » ...la suite