Notre mission, toujours vous informer
Accueil » Dossiers » RCA : derrière les groupes armés se cachent les diamants de sang
RCA : derrière les groupes armés se cachent les diamants de sang

 

https://www.dw.com 03.01.2019

 

Sur une production de 330 000 carats de diamants entre janvier et septembre 2018, la RCA n’en a exporté et contrôlé qu'un peu plus de 9 000. Un manque à gagner qui finance les groupes armés selon l’ONU.

Selon un groupe d'experts de l'ONU, le trafic de diamants continue à financer les groupes armés en Centrafrique. Un constat partagé par Crescent Beninga , porte-parole du groupe de travail de la société civile :

"Les groupes armés ne reçoivent plus seulement l’argent des commerçants de diamant mais ils deviennent aussi des acteurs. Et pour moi, cette conclusion de l’Onu n’est pas surprenante."

Les groupes armés rejettent de leur côté les accusations des experts onusiens. Le Colonel Djouma Narkoyo, un ancien chef militaire de l’ex-rébellion Seleka, avance comme raison le manque de moyens techniques et financiers nécessaires leur permettant l’exploitation du diamant :

"Le travail du diamant se fait avec de l’argent. Où est-ce que ces groupes vont trouver cet argent pour l’exploiter et financer leurs mouvements ? Ce sont des mensonges."

 

La société civile confirme les accusations

 

Crescent Beninga n'est pas surpris par ce démenti auquel il ne croit pas.

"Ce qu'il dit est de bonne guerre. C’est une guerre de communication et il ne peut pas l’avouer. C’est un argument qui tient du point de vue logistique et technique mais le fait de contrôler ces zones leur donne l’opportunité d’avoir un regard sur tout ce qui se fait. Et à partir de là, les groupes armés sont aussi un acteur dans ce commerce."

Les autorités centrafricaines demandent que le processus de Kimberley censé lutter contre les diamants de sang soit revu parce que jugé trop lourd. Comme il met beaucoup de temps à certifier les diamants, certains se tournent vers le marché noir.

Selon Crescent Beninga , "cela impacte effectivement sur le processus et ça débouche sur ce que nous décrions tous : le commerce illicite et illégal de ces pierres précieuses."

Les chiffres évoqués dans le rapport des Nations unies sont en tous cas révélateurs. Les exportations de pierres précieuses profitent plus aux trafiquants et aux groupes armés qu'à la caisse de l’Etat centrafricain.

0 commentaire

Soyez la première personne à vous exprimer !

Mon commentaire

Dans la même catégorie
Onze des quatorze groupes armés signataires de l'accord de paix centrafricain ont exigé la démission du premier ministre Firmin Ngrebada et souhait » ...la suite
Placé sous contrôle judiciaire depuis novembre 2018, le député de Mongoumba Thierry Georges Vackat est provisoirement suspendu de ses fonctions de » ...la suite
Les parties prenantes aux pourparlers de Khartoum sont déjà arrivées à Addis-Abeba conformément à l'article 34 dudit accord. Les représentant » ...la suite
Ce lundi s'ouvre à Addis-Abeba, en Ethiopie, une réunion de suivi de l'accord de paix centrafricain signé à Khartoum le 6 février 2018. Les 14 gr » ...la suite
Une politique dictée par les pays du Golfe · En intervenant pour défendre le régime tchadien et en soutenant l'offensive récente du maréchal Kha » ...la suite
Des avocats accrédités par la CPI auditionnent depuis samedi des victimes de la guerre en RCA. Des auditions initiées par la CPI suite aux plaintes » ...la suite
(B2) La signature de l'accord de paix en République centrafricaine ne doit pas faire oublier que la situation reste grave dans le pays. C'est le mess » ...la suite
En Centrafrique, le nouveau gouvernement nommé dimanche ne fait pas l’unanimité. Les démissions s’enchaînent et déjà certains groupes armés » ...la suite
L'Union africaine (UA) a appelé au "calme et à la retenue" en Centrafrique après la formation d'un nouveau gouvernement à la suite de l'accord de » ...la suite
Conformément aux engagements pris le 6 février par les autorités de Centrafrique et les principaux groupes rebelles, le président Faustin Archange » ...la suite