Notre mission, toujours vous informer
Accueil » Dossiers » RCA : derrière les groupes armés se cachent les diamants de sang
RCA : derrière les groupes armés se cachent les diamants de sang

 

https://www.dw.com 03.01.2019

 

Sur une production de 330 000 carats de diamants entre janvier et septembre 2018, la RCA n’en a exporté et contrôlé qu'un peu plus de 9 000. Un manque à gagner qui finance les groupes armés selon l’ONU.

Selon un groupe d'experts de l'ONU, le trafic de diamants continue à financer les groupes armés en Centrafrique. Un constat partagé par Crescent Beninga , porte-parole du groupe de travail de la société civile :

"Les groupes armés ne reçoivent plus seulement l’argent des commerçants de diamant mais ils deviennent aussi des acteurs. Et pour moi, cette conclusion de l’Onu n’est pas surprenante."

Les groupes armés rejettent de leur côté les accusations des experts onusiens. Le Colonel Djouma Narkoyo, un ancien chef militaire de l’ex-rébellion Seleka, avance comme raison le manque de moyens techniques et financiers nécessaires leur permettant l’exploitation du diamant :

"Le travail du diamant se fait avec de l’argent. Où est-ce que ces groupes vont trouver cet argent pour l’exploiter et financer leurs mouvements ? Ce sont des mensonges."

 

La société civile confirme les accusations

 

Crescent Beninga n'est pas surpris par ce démenti auquel il ne croit pas.

"Ce qu'il dit est de bonne guerre. C’est une guerre de communication et il ne peut pas l’avouer. C’est un argument qui tient du point de vue logistique et technique mais le fait de contrôler ces zones leur donne l’opportunité d’avoir un regard sur tout ce qui se fait. Et à partir de là, les groupes armés sont aussi un acteur dans ce commerce."

Les autorités centrafricaines demandent que le processus de Kimberley censé lutter contre les diamants de sang soit revu parce que jugé trop lourd. Comme il met beaucoup de temps à certifier les diamants, certains se tournent vers le marché noir.

Selon Crescent Beninga , "cela impacte effectivement sur le processus et ça débouche sur ce que nous décrions tous : le commerce illicite et illégal de ces pierres précieuses."

Les chiffres évoqués dans le rapport des Nations unies sont en tous cas révélateurs. Les exportations de pierres précieuses profitent plus aux trafiquants et aux groupes armés qu'à la caisse de l’Etat centrafricain.

0 commentaire

Soyez la première personne à vous exprimer !

Mon commentaire

Dans la même catégorie
En Centrafrique, le gouvernement réagit au rapport de l'ONG Human Rights Watch sur le massacre, il y a deux mois, de plus de 30 civils dans la régio » ...la suite
Toujours en procès pour les violences du 1er mai 2018, Alexandre Benalla, l’ex-adjoint au chef de cabinet du Président de la République, se consi » ...la suite
(Rappel) – Des crimes et autres graves violations des droits humains ont été commis et continuent de l’être par l’ex-président François BOZ » ...la suite
Le Conseil européen des Affaires étrangères prévu lundi à Bruxelles, abordera, à l’initiative de la France, plusieurs points africains, partic » ...la suite
Mankeur Ndiaye, Représentant spécial du Secrétaire général pour la République centrafricaine (RCA) et Chef de la Mission multidimensionnelle int » ...la suite
La France a pris pour la deuxième fois depuis 2016 le commandement de la mission européenne EUTM-RCA. Le général Eric Peltier remplace le portugai » ...la suite
La Centrafrique recevait vendredi 12 juillet la visite de Federica Mogherini, Haute représentante de l'Union européenne pour les Affaires étrangèr » ...la suite
A côté des nombreux progrès réalisés par les émissaires et autres agents des Nations unies pour un retour définitif de la paix en Centrafrique, » ...la suite
Dans la foulée de la nomination en juin 2019 du nouvel Ambassadeur de Russie au Mali est signé, en marge du Forum militaire et technique, un Accord » ...la suite
« 300 soldats détachés, le réarmement par des pros des postes clés, un budget revu à la hausse pour l’antenne locale de l’AFD : ce retour a » ...la suite