Notre mission, toujours vous informer
Accueil » Dossiers » Centrafrique: appui aérien français à l'opération de la force de l'ONU à Bambari
Centrafrique: appui aérien français à l'opération de la force de l'ONU à Bambari

 

11/01/2019  AFP

Deux avions de chasse français venus du Tchad ont survolé vendredi Bambari, apportant un appui aérien à la force de l'ONU qui tente de reprendre le contrôle de cette ville du centre de la République centrafricaine en proie à des attaques d'un groupe rebelle, a déclaré l'armée française.

Deux Mirage 2000 français ont effectué vendredi à Bambari un "show of force" - un passage à très basse altitude -, a dit à l'AFP le porte-parole de l'état-major des armées françaises, le colonel Patrik Steiger.

"Il y a eu une opération au sol de la Minusca (la mission armée de l'ONU en Centrafrique) sur Bambari pour en reprendre le contrôle" et "nous avons apporté un appui aérien", précise le colonel Steiger.

Depuis jeudi, cette ville de plus de 40.000 habitants est le théâtre d'attaques impliquant le groupe rebelle de l'Union pour la paix en Centrafrique (UPC) d'Ali Darass.

L'opération des Casques bleus lancée jeudi a permis "la destruction de moyens létaux et le démantèlement de barricades contrôlées par l'UPC", a indiqué vendredi un communiqué de la Minusca. De nouveaux combats ont eu lieu vendredi matin à Bambari, selon une source onusienne.

Le gouvernement avait pourtant annoncé la veille sur les réseaux sociaux que la ville avait été "libérée par les forces conjointes" de l'armée centrafricaine et de la Minusca.

Les affrontements à Bambari ont causé la mort de deux policiers jeudi, selon le porte-parole du gouvernement centrafricain Ange-Maxime Kazagui.

L'ONG Médecins sans frontières (MSF), qui avait pris en charge trente "blessés par balles" jeudi, a dit avoir admis cinq blessés supplémentaires à l'hôpital vendredi, dont un est décédé.

Un bilan plus lourd a été évoqué dans la presse locale.

Depuis la mi-2018, des membres de groupes armés tentent de revenir dans Bambari, ville considérée comme stratégique par sa position géographique et riche en ressources.

La Centrafrique est ravagée par des combats entre des groupes armés qui se battent pour le contrôle des territoires et leurs ressources. Impuissant, l'Etat n'a de contrôle que sur une maigre partie du pays.

La France, ex-puissance coloniale, était intervenue entre 2013 et 2016 pour faire cesser les violences de la coalition rebelle de la Séléka et les représailles des milices antibalaka adverses.

L'intervention des avions français est relativement rare.

 

 

NDLR : Avec le criminel d'Ali Darass et ses bandits sanguinaires, les "show of force" aérien des Mirage seuls ne suffisent point. Il faut des frappes aériennes en bonne et due forme afin de les mettre hors d'état de nuire  pour que les préfectures de la Ouaka, la Basse-Kotto, la Haute-Kotto et le Mbomou puissent retrouver un peu de quiétude. Il faut neutraliser ces assassins hors la loi ou les capturer pour les remettre à la Cour pénale.

1 commentaire

S
Stop, il faut arrêtez de tourner autour du pot, comme si cela était impossible de former de pilotes de chasse centrafricaines et centrafricains.
Il suffit d'une volonté politique réelle de prendre la mesure de la gravité, des tueurs armés sur la population civile centrafricaine.
Une force de frappe la gravité, des tueurs armés sur la population civile centrafricaine.
Une force de frappe aérienne des FACA, peut se faire d'ici 5 ans par une formation soutenue et 1 investissement d'avion de guerre et/ou d'hélicoptère avec caméra de longue portée, pour une frappé ciblée à mi-distance entre 3 et 5 KM du point de la cible à atteindre.
Ce ne sera pas une formation de 2 à 3 personnes, mais au moins une vingtaine de personne. Et d'avoir à disposition 1 simulateur d'avions et d'hélicoptères avec options armées pour faire les exercices de tirs en attendant que la R.C.A se procure de ces appareils en très bonne occasion fonctionnelle (car on est conscient de la situation économico-financière pour ne pas se procurer des appareils neufs), mais des appareils qui peuvent bien remplir des missions de frappe.

Stop, il faut arrêter de penser que cela n'est pas à notre portée, mais il faut y penser et arrêter d'avoir la pensée médiocre ou encore de se sous-estimer.
Ceci est faisable et réalisable pour former de pilotes d'avions de guerre et des pilotes d'hélicoptère de guerre :

* formation des pilotes d'avions de guerre
* formation des pilotes d'hélicoptères de guerre
* 2 simulateurs avions de guerre et hélicoptères de guerre
* formations des mécaniciens d'avions et d'hélicoptères
* formations des techniciens de maintenance de ces appareils (d'avions et d'hélicoptères)
des hangars sécurisées dans 1 grand rayon, interdit au public pour mettre ces appareils à l'abri

Oui cela demande 1 budget pour tous ces postes cités ci-dessus :

La R.C.A possède du diamant, de l'or, des billes de bois……

C'est 1 projet à longue portée et à refaire pour des générations des promo tous les 5 ans à 10 ans, c'est ainsi que l'on se constitue une base aérienne militaire de défense et de frappe (on doit penser comme le font les chinois).
» lire la suite

Mon commentaire

Dans la même catégorie
Monsieur le Ministre, cher collègue, Dans le cadre de l’organisation de la Journée mondiale de l’alimentation (JMA) 2018 qui devrait se » ...la suite
En Centrafrique, la Minusca, la Mission de l'ONU, a lancé le jeudi 10 janvier une offensive pour tenter de reprendre le contrôle de la ville de Bamb » ...la suite
Les récents événements sur le continent africain (influence croissante de la Chine au Soudan et ailleurs, tentative d'intervention américaine aux » ...la suite
Contrariés par le déploiement des Forces armées centrafricaines [FACA] dans des régions où ils tirent profit de l’exploitation des ressour » ...la suite
Les autorités russes ont rejeté aujourd'hui les conclusions d'une enquête liant l'assassinat en Centrafrique de trois journalistes russes avec le g » ...la suite
Le chef d'état-major des forces armées centrafricaines a suivi une formation en Russie, dont l'influence est grandissante dans ce pays ravagé par d » ...la suite
La mission conjointe ONU-UA-CEEAC est arrivée ce mardi 08 janvier dans la capitale pour réaffirmer son engagement au processus du dialogue entre le » ...la suite
Les économistes divergent sur les causes du sous-développement de ce pays situé au coeur de l’Afrique. L’hebdomadaire allemand Die Zeit s’est » ...la suite
De hauts responsables de l’ONU, de l’Union africaine (UA), de la Communauté économique des États de l’Afrique centrale (CEEAC) et de la sous- » ...la suite
Issue de la réunion de plusieurs territoires durant la période coloniale française, l’Oubangui-Chari devient la République centrafricaine indép » ...la suite