Notre mission, toujours vous informer
Accueil » Dossiers » Journalistés tués en Centrafrique: la Russie dément tout lien
Journalistés tués en Centrafrique: la Russie dément tout lien

 

 

Par  Le Figaro.fr avec AFP  Mis à jour le 11/01/2019 à 17:51

 

Les autorités russes ont rejeté aujourd'hui les conclusions d'une enquête liant l'assassinat en Centrafrique de trois journalistes russes avec le groupe paramilitaire Wagner sur lesquels ils enquêtaient et son financier proche du Kremlin, assurant qu'ils avaient été victimes de bandits.

Le reporter de guerre Orkhan Djemal, le documentariste Alexandre Rastorgouïev et le caméraman Kirill Radtchenko ont été tués en juillet dernier par des hommes armés dans le nord de la Centrafrique. Financés par un média appartenant à l'opposant au Kremlin et oligarque en exil Mikhaïl Khodorkovski, ils enquêtaient sur les activités de mercenaires russes en Centrafrique, notamment le groupe Wagner, qui s'est surtout fait connaître en Syrie.

Les trois hommes ont été abattus par un «groupe d'hommes à la peau noire et parlant arabe» qui voulait les dépouiller et auquel ils ont résisté, a indiqué le Comité d'enquête russe, chargé des principales affaires, dans un communiqué, reprenant la version avancée depuis le départ par les autorités russes. Jeudi, une enquête du média «Dossier», également financé par Mikhaïl Khodorkovski, a soutenu que les trois hommes étaient suivis par un gendarme centrafricain en relation avec des Russes liés à un homme d'affaires réputé être le financier de Wagner ainsi qu'avec le conseiller militaire russe de la présidence centrafricaine.

Selon cette enquête, le chauffeur centrafricain des reporters, présent lors de leur mort, utilisait par ailleurs un faux nom et transmettait des informations au gendarme chargé de les suivre, a précisé Maxime Dbar, l'attaché de presse de Mikhaïl Khodorkovski. Ce chauffeur, poursuit cette source, leur avait été recommandé par un journaliste membre d'un média détenu par Evguéni Prigojine, un homme d'affaires proche du Kremlin qui financerait, selon des médias, le groupe de mercenaires Wagner.

Le Comité d'enquête a qualifié ces conclusions de tentative pour «justifier» l'envoi de reporters «sans protection» dans une zone particulièrement dangereuse. Depuis leur mort, officiels russes et médias pro-gouvernementaux ont remis en question le professionnalisme et la préparation des trois journalistes.

La Russie dispose officiellement d'instructeurs civils en Centrafrique, où elle exerce depuis quelques mois une influence grandissante. Des soldats centrafricains sont notamment formés par Moscou dans l'immense palais de Berengo, à 60 km à l'ouest de la capitale Bangui, une bâtisse où vivait Jean-Bedel Bokassa, président puis empereur de 1966 à 1979. Selon des sources occidentales, ces instructeurs, dont le nombre est sous-estimé, seraient des mercenaires étroitement liés à des sociétés minières russes. Vladimir Poutine a reconnu en décembre l'existence de mercenaires et affirmé qu'ils avaient "le droit de travailler" à l'étranger tant qu'ils respectaient la loi russe.

0 commentaire

Soyez la première personne à vous exprimer !

Mon commentaire

Dans la même catégorie
Onze des quatorze groupes armés signataires de l'accord de paix centrafricain ont exigé la démission du premier ministre Firmin Ngrebada et souhait » ...la suite
Placé sous contrôle judiciaire depuis novembre 2018, le député de Mongoumba Thierry Georges Vackat est provisoirement suspendu de ses fonctions de » ...la suite
Les parties prenantes aux pourparlers de Khartoum sont déjà arrivées à Addis-Abeba conformément à l'article 34 dudit accord. Les représentant » ...la suite
Ce lundi s'ouvre à Addis-Abeba, en Ethiopie, une réunion de suivi de l'accord de paix centrafricain signé à Khartoum le 6 février 2018. Les 14 gr » ...la suite
Une politique dictée par les pays du Golfe · En intervenant pour défendre le régime tchadien et en soutenant l'offensive récente du maréchal Kha » ...la suite
Des avocats accrédités par la CPI auditionnent depuis samedi des victimes de la guerre en RCA. Des auditions initiées par la CPI suite aux plaintes » ...la suite
(B2) La signature de l'accord de paix en République centrafricaine ne doit pas faire oublier que la situation reste grave dans le pays. C'est le mess » ...la suite
En Centrafrique, le nouveau gouvernement nommé dimanche ne fait pas l’unanimité. Les démissions s’enchaînent et déjà certains groupes armés » ...la suite
L'Union africaine (UA) a appelé au "calme et à la retenue" en Centrafrique après la formation d'un nouveau gouvernement à la suite de l'accord de » ...la suite
Conformément aux engagements pris le 6 février par les autorités de Centrafrique et les principaux groupes rebelles, le président Faustin Archange » ...la suite