Notre mission, toujours vous informer
Accueil » Société » Le président de la fédération centrafricaine d’athlétisme demande la démission du président du CNOSCA condamné par la justice centrafricaine pour coups et blessures sur un citoyen.
Le président de la fédération centrafricaine d’athlétisme demande la démission du président du CNOSCA condamné par la justice centrafricaine pour coups et blessures sur un citoyen.

Le président de la fédération centrafricaine d’athlétisme demande la démission du président du CNOSCA condamné par la justice centrafricaine pour coups et blessures sur un citoyen. 

 

Bruno Konga, président de la Fédération Centrafricaine d’Athlétisme (FCAT) est monté au créneau ce dimanche 13 janvier 2019 pour demander la démission du président du CNOSCA (Comité National Olympique et Sportif Centrafricain) Gilles Gilbert Gresenguet, qui vient d’être condamné par la justice centrafricaine dans une affaire qui l’oppose avec son employé pour coups et blessures. Le délibéré est rendu public le 26 décembre 2018 où sieur Gresenguet est condamné à 3 mois avec sursis. 

 

Ce dossier remonte en 2013 où Gilles Gilbert Gresenguet alors président du CNOSCA élu en Juillet 2015 a battu  son employé, un handicapé, Pierre Kpayouwana. Il aura fallu 5 ans pour qu’une issue favorable soit trouvée à cette affaire pour coups et blessures sur une personne. 

 

Pour Bruno Konga, il est inadmissible que Gilles Gilbert Gresenguet puisse conduire la destinée du CNOSCA suite à sa condamnation, il doit rendre son tablier conformément aux dispositions de l’article 14 des statuts du CNOSCA sur la perte de qualité de membre du CNOSCA qui stipule : La qualité de membre du CNOSCA se perd : 

1- Par la dissolution de la fédération, du groupement ou de l’organisme représenté ;

2- Par démission ou décès ;

3- Par la condamnation à une peine afflictive ou infamante ;

4- Par radiation prononcée par l’assemblée générale sur proposition du Bureau Exécutif ;

- Alinéa c) pour une faute grave portant atteinte à l’honorabilité du CNOSCA ;

- Alinéa d) pour une infraction grave aux dispositions des statuts et règlement intérieur du CNOSCA

Ces dispositions sont tirées de la règle 59 de la charte Olympique et ne saurait être bafouées…

Le président de la FCAT, a saisi cette occasion pour exhorter chaque responsable des fédération nationales sportives à la solidarité à Patrice Edouard Ngaissona, président de la Fédération Centrafricaine de Football, arrêté par la CPI. 

Bruno Konga persiste et signe qu’il va saisir des autorités du pays et les instances internationales du sport sur ce dossier à savoir : le ministre centrafricain en charge des sports, l’ACNOA et le CIO. 

 

La rédaction de LANOCA publie l'intégralité des propos liminaires du président de la FCAT lu à l’occasion du point de presse de ce dimanche 13 janvier 2019 à l’INJS. 

 

Bonjour Mesdames et Messieurs, 

 

Nous vous remercions de votre présence à ce point de presse qui sera consacré à la situation qui prévaut au sein  du CNOSCA depuis le 26 décembre 2018.

Mais avant mon propos liminaire je tiens d’abord à formuler à votre endroit les vœux de la fédération Centrafricaine d’athlétisme de santé, de prospérité et surtout de plein succès dans votre mission.

Comme vous le savez, le  Comité National Olympique et Sportif Centrafricain (CNOSCA) est né de la volonté du Comité International Olympique à l’instar de la France, de la Grèce et des Etats Unis qui ont eu leur reconnaissance en 1894. Au fil des années, avec le développement du Mouvement Olympique, le nombre des Comités Nationaux Olympiques (CNO) a augmenté. On compte depuis 2013 au moins 204 CNOs.

La charte olympique et surtout  son texte d’application confient aux CNOs une mission, un rôle et une tâche, à savoir :

- Développer, promouvoir et protéger le Mouvement Olympique dans leur pays ;

-  Promouvoir les principes fondamentaux et les valeurs de l’olympisme, particulièrement dans le domaine du sport et de l’éducation ;

- Assurer le respect de la Charte Olympique ;

- Encourager le développement du sport de haut niveau et du sport pour tous ;

- Contribuer à la formation des cadres sportifs ; 

- Agir contre la discrimination,  la violence dans le sport ;

- Adopter le code anti-dopage.

Le milieu sportif  a connu des turbulences depuis l’arrivée à la tête du CNOSCA de monsieur Gresenguet en juillet 2015. A titre d’illustration ; il a crée des crises au sein de la famille sportive que personne ne pourra oublier telle que : Athlétisme, Handball, Lutte associée et de la Boxe.

Le CNOSCA a ce jour est dirigé par un condamné quelqu’un qui est sous le coup d’une sanction judiciaire. Comme vous le savez le milieu sportif est un milieu saint où on prône la tolérance et non encourager la violence. La question que nous  nous posons est de savoir pourquoi le président du CNOSCA n’a pas démissionné après le délibéré de son appel ; pourquoi le bureau exécutif du CNOSCA ne met-il pas en application l’article 14 des statuts du CNOSCA qui parle de la perte de qualité de membre ? Quel est l’impact de cette décision de justice sur l’image du Mouvement Olympique Centrafricain ? 

Les coups et blessures volontaires sont des délits et crimes prévus et punis par les dispositions des articles 163, 167 et 68 du code pénal centrafricain. C’est ce qui est reproché au président de CNOSCA donc la violence. Alors que la violence est  proscrite par la Charte Olympique.

Depuis 2013,  monsieur Gilles Gilbert Gresenguet avait des charges qui pesaient sur lui, et comme on dit dans un adage; quelle que soit la durée de la nuit, le jour apparaîtra.

Que dit alors l’article 14 des statuts du CNOSCA : La qualité de membre du CNOSCA se perd : 

5- Par la dissolution de la fédération, du groupement ou de l’organisme représenté ;

6- Par démission ou décès ;

7- Par la condamnation à une peine afflictive ou infamante ;

8- Par radiation prononcée par l’assemblée générale sur proposition du Bureau Exécutif ;

- Alinéa c) pour une faute grave portant atteinte à l’honorabilité du CNOSCA ;

- Alinéa d) pour une infraction grave aux dispositions des statuts et règlement intérieur du CNOSCA

Ces dispositions sont tirées de la règle 59 de la charte Olympique et ne saurait être bafouées.

En ce qui nous concerne, nous pensons qu’il est urgent de saisir le Ministre en charge de la Jeunesse et des Sports, l’ACNOA et le CIO à cet effet.

 

Je vous remercie

1 commentaire

S
C'est dommage qu'il aurait fallu attendre 5 ans (soit 60 mois), pour réagir d'une intention de démission de cette personne qui préside le CNOSCA.
Sans foi, ni loi, cela veut dire en terme vulgaire " je m'en fous de la morale, de l'éthique, "je fais ma loi", de surcroît sur une personne handicapée, le combus de la morale, de l'éthique, "je fais ma loi", de surcroît sur une personne handicapée, le comble est plein (pardon pour le pléonasme), voici le "demi-dieu". Hé oui cela existe. Mais si ces genres de personnes avaient fournies 1 effort de production, il y aurait 1 peu plus de considération et de respect pour autrui en face brefffff, that is question, c'est 1 problème d'éducation (puisqu'il y a 1 impact négatif par rapport à la moralité, à l'éthique et ce qui en suit……).

Revenons au CNOSCA, il va falloir mettre carte sur table et revoir le fonctionnement des règles et la manière de faire les votes pour élire 1 président de ce comité.
Il y a comme une odeur de désordre et des salades de toutes sortes. Si et seulement si, s'il y a existence d'une pratique mafieuse d'avoir les mêmes personnes composant ce bureau du CNOSCA, alors les règles de vote doivent changer et instaurer du 1 esprit nouveau. A moins que tous les membres du CNOSCA, sont tous d'1 commun accord officieux, de continuer dans ce système classique de l'élection du président et des membres du bureau. Donc dans ce cas il faut s'attendre à peu de résultats olympiques en R.C.A.

Faire une compétition olympique requiert d'une longue préparation, avec des entraînements réguliers et pas une préparation à la va vite à 1 mois des J.O, comme on a l'habitude de voir, alors que les subventions allouées par le Comité Olympique pour les compétiteurs devraient être largement suffisantes pour mettre à l'aise les sportifs qui vont représenter la R.C.A à l'international.

Continuez à pencher dans la mauvaise pente descendante et dangereuse, jusqu'à ce que cette phrase arrive dans votre bouche" si je savais…"; les autres ont déjà 20 longueurs d'avance.

Mais Monsieur Bruno Konga de la FCAT, est-il le seul représentant sportif de sa discipline en R.C.A ?

Où est le représentant sportif de la natation en R.C.A ?

Et les autres représentants des disciplines sportives où sont-ils ?

Aie !!!!! Il faut laisser les mauvaises habitudes qui ne font pas hisser vers le Nord les centrafricains.
Il y a une responsabilité collective des représentants des disciplines sportives, qui est en cause et cela est grave.

Comment voulez-vous que les jeunes pousses sportifs en R.C.A progressent ?

Posez-vous la question au fond de vous sans avoir honte, car c'est une réalité…..Breffff……...
» lire la suite

Mon commentaire

Dans la même catégorie
Les quatre sociétés chinoises suspendues par décisions du ministre des Mines, Léopold Mboli-Fatran, doivent reprendre leurs activités d'exploitat » ...la suite
Une perte d’environ 5milliards est enregistrée la semaine dernière par l’Etat centrafricain suite à l’insécurité provoquée sur l’axe Bo » ...la suite
Une perte d’environ 5milliards est enregistrée la semaine dernière par l’Etat centrafricain suite à l’insécurité provoquée sur l’axe Bo » ...la suite
Dans son message de Pâques en date du 16 avril 2019, intitulé « En route avec le Christ », Mgr Nestor Désiré Nongo Aziagbia, sma, évêque de Bo » ...la suite
Plusieurs associations des victimes centrafricaines ne partagent pas entièrement le contenu de l’accord de paix de Khartoum signé à Bangui le 06 » ...la suite
Les éléments du FDPC de Martin Koumatamadji alias Abdoulaye Miskine ont brulé lundi 22 avril aux environs de 18 heures au village Boré deux gros v » ...la suite
Reporters Sans Frontières a actualisé ce jeudi 18 avril 2019 son classement 2019 sur la liberté de la presse dans le monde. Sur 189 pays, la Répub » ...la suite
Reporters Sans Frontières a actualisé ce jeudi 18 avril 2019 son classement 2019 sur la liberté de la presse dans le monde. Sur 189 pays, la Répub » ...la suite
Ali Darassa, chef de l'un des groupes armés de Centrafrique, vient d'être investi par l'ONU et Bangui comme autorité militaire à Bambari, ville st » ...la suite