Notre mission, toujours vous informer
Accueil » Société » Bambari : Médecins Sans Frontières fait le bilan de ses activités
Bambari : Médecins Sans Frontières fait le bilan de ses activités

 

 

Bangui, le 14 janvier 2019

 

Malgré la détérioration de la sécurité suite aux combats survenus la semaine dernière dans la ville de Bambari, l’organisation médicale Médecins Sans Frontières reste présente dans la ville et au plus proche de la population afin de garantir l’accès aux soins des plus vulnérables.

 

En 2018, en collaboration étroite avec le Ministère de la Santé et de la Population, MSF a admis en pédiatrie 2.310 enfants, et plus de 28.550 de moins de 5 ans ont été soignés contre le paludisme. Dans la même période, MSF a pris en charge 1.182 enfants souffrant de la malnutrition sévère dans cette région du Centre-Est de la République Centrafricaine. A l’hôpital

Régional Universitaire de Bambari, MSF appui également le service de la chirurgie. L’année dernière, plus de 260 mamans ont pu accoucher par césarienne et 693 patients nécessitant une opération chirurgicale d’urgence ont été pris en charge. Enfin dans la lutte continue contre le paludisme, plus de 53.000 patients ont pu être soigné dans les « points palu » et les structures sanitaires du Ministère de la Santé implémentés à travers toute la ville de Bambari et ses environs.

 

« La semaine dernière nos équipes ont continué de travailler dans des conditions de sécurité extrêmement difficiles avec des crépitements d’armes à proximité de l’hôpital » souligne

Colette Gadenne, Chef de Mission de MSF. « Lors de ces affrontements armés, la population civile paie le lourd prix de ce conflit. C’est le cas de cette dame qui a été blessé par une balle à la tête alors qu’elle était présente dans l’enceinte de l’hôpital mais aussi ce jeune homme handicapé que les équipes médicales sont allées récupérer dans son quartier après avoir été touché par une balle perdue » déplore, émue, la Chef de Mission. Lors des combats de jeudi et vendredi dernier, le Ministère de Santé Publique en collaboration avec MSF ont pris en charge une trentaine de blessés par balles.

 

Médecins Sans Frontières salue le travail du personnel médical de l’hôpital universitaire régional et du centre de santé de Kidjigra qui pendant cette situation difficile ont poursuivi de travailler pour apporter l’assistance humanitaire à la population de Bambari. « Les médecins et les infirmiers de MSF et du Ministère de la Santé ont continué de travailler malgré le danger immédiat assurant les tours de salle en pédiatrie face à des mamans terrorisées par les tirs incessants » rappelle Franz Boettcher le coordinateur des activités MSF à Bambari.

 

« Nous rappelons à toutes les parties prenantes au conflit leur devoir de respect envers les populations civiles, les malades, le personnel et les structures médicales, y compris les services de référence, les ambulances et les avions » ajoute Colette Gadenne.

 

Présente à Bambari depuis avril 2014, Médecins Sans Frontières travaille selon les principes d’impartialité, de neutralité et d’indépendance. Cela signifie que ses équipes offrent des soins médicaux gratuits à tous, indépendamment de leur origine, de leur religion ou de leur idéologie politique. Aussi, MSF ne prend jamais part aux conflits et travaille dans des structures neutres où les armes et les violences ne devraient jamais avoir leur place. MSF gère 12 projets en République Centrafricaine.

 

Pour toute demande d’interview, veuillez contacter

Mack Alix Mushitsi

Responsable communication, 72.07.69.95 msff-bangui-presse@msf.org

Fidèle Ngombou

Chargé de la communication, 75.11.59.81 msf-bangui-comofficer@barcelona.msf.org

 

0 commentaire

Soyez la première personne à vous exprimer !

Mon commentaire

Dans la même catégorie
PK5. Un nom qui claque depuis trop longtemps comme l’enclenchement d’une arme automatique. Le quartier, il est vrai, a vécu des heures terribles » ...la suite
Première réunion ce mercredi 17 juillet du comité stratégique de pilotage de la mise en place des unités spéciales mixtes de sécurité en Centr » ...la suite
Le député de Ngaoundaye Bernard Dillah, président de la commission d'enquête parlementaire est très remonté contre l'exploitation de l'or par le » ...la suite
Les policiers centrafricains sont montés au créneau pour dénoncer une décision des autorités de Bangui confiant la délivrance des documents admi » ...la suite
Des combats ont eu lieu ce dimanche 14 juillet dans la ville de Am Dafok, à l’extrême Nord-Est du pays, à la frontière avec le Soudan, entre deu » ...la suite
L’option prise par plusieurs ONG et partenaires dont l’Onu d’orienter les Centrafricains vers le maraîchage pour qu’ils n’aient plus à all » ...la suite
Des élus de la nation ont été corrompus par des entreprises chinoises engagées dans l’exploitation de l’or. C’est la conclusion d’une enqu » ...la suite
Les éléments du Front démocratique du peuple centrafricain (FDPC) éligibles au DDRR “ont été complètement désarmés”, a déclaré Kenn » ...la suite
Le Gouvernement centrafricain sollicite le soutien de la France afin de plaider pour la levée totale de l’embargo infligé à la RCA par le Conseil » ...la suite
Des compagnies minières chinoises responsables « d'un désastre écologique dans la région de Bozoum » au nord-ouest de Bangui, c'est ce que déno » ...la suite