Notre mission, toujours vous informer
Accueil » Afrique Centrale & la CEMAC » Centrafrique, l’armée d’Idriss Déby se concentre à la frontière
Centrafrique, l’armée d’Idriss Déby se concentre à la frontière

 

Lu pour vous 

 

https://mondafrique.com  By Nicolas Beau  6 février 2019

 

Près de 5000 militaires tchadiens se sont concentrés dans trois communes proches de la frontière entre le Tchad et la Centrafrique. Ce qui ne manque pas d’inquiéter les autorités de Bangui

A Bangui, capitale de la Centrafrique, le danger vient souvent du Nord où le Tchad n’a jamais hésité à déstabiliser son voisin centrafricain pour imposer ses commensaux à la tête de l’Etat. Or ces derniers jours, 4600 militaires tchadiens appartenant à des Groupements Tactique Inter Armes (GTIA) se sont massés sur trois communes proches de la Centrafrique: le premier rassemble 3000 hommes près de la commune de Sarh; le second mobilise 800 militaires à Moissala et le troisième, 800 hommes à nouveau à Gore.

Le général Daoud aux commandes

C’est le ministre de la Défense, le général Daoud, ex ambassadeur à Bangui, qui surveille ces vastes manoeuvres. Dans quel but? On craint à Bangui des raids de l’armée tchadienne sur les communes de Batangafo, Bossangoa ou Paoua qui saboteraient les accords qui viennent d’être signés au Soudan entre le gouvernement centrafricain et 14 groupes armés du Nord du Mali.

Rien n’indique en effet que le Tchad souhaite une normalisation de la situation en Centrafrique dont il ne soit pas le pivot. Idriss Déby n’avait d’ailleurs pas cru bon de se déplacer lui-même au Soudan pour participer à la rencontre de janvier 2019.

La France, alliée du Tchad

Le président Déby sait qu’il peut compter, dans ses sombres desseins, sur la France d’Emmanuel Macron. Début janvier, les Mirages français sont venus en effet à la rescousse des tchadiens dans les deux régions du Tibesti et de l’Ennedi. Depuis des lustres, l’armée tchadienne y combat les rebelles armés de l’Union des forces de la résistance (UFR). Lesquels ne sont pas des islamistes, encore moins des djihadistes, mais juste des opposants de toujours à la dictature d’Idriss Déby. Etait-ce le rôle de la France, alliée au Tchad dans la seule lutte contre le terrorisme? Pas vraiment…

C’est dire que la « realpolitik » d’Emmanuel Macron n’a rien à refuser à l’allié tchadien,. Et surtout pas s’il met à mal le pouvoir centrafricain sorti de l’orbite française pour s’allier avec les Russes, vécus désormais comme le concurrent numéro un de la France en Afrique.

 

1 commentaire

S
" Rien n’indique en effet que le Tchad souhaite une normalisation de la situation en Centrafrique dont il ne soit pas le pivot. Idriss Déby n’avait d’ailleurs pas cru bon de se déplacer lui-même au Soudan pour participer à la rencontre de janvier 2019." :

A chacun sa route, à chacun son cheminarticiper à la rencontre de janvier 2019." :

A chacun sa route, à chacun son chemin. La R.C.A doit gérer ses propres problèmes en tant que bantous. Les tchadiens entre eux doivent aussi à leurs niveaux résoudre leurs problèmes entre eux.
Maintenant si les anciennes stratégies du nord deviennent problèmes pour le nord, c'est le nord qui a semé ses mauvaises graines, qui ne sont pas le problème centrafricain.
Les étrangers fouteurs de troubles en R.C.A doivent rester au carreau chez eux et que nous centrafricains sommes des bantous, qu'il ne faut pas souvent venir nous déranger, car 1 seul jour suffira pour payer les trentaines d'années de merde causée par le nord.
Occupez-vous de votre propre problème interne chez vous, nous n'avons que faire de vous. Si vous reconnaissez à demi-mot que vous avez envoyé des maliens pour foutre la merde en R.C.A, nous n'avons pas besoin de ce maliens, car nous sommes des bantous et c'est assez limpide et clair.

"C’est le ministre de la Défense, le général Daoud, ex ambassadeur à Bangui, qui surveille ces vastes manoeuvres. Dans quel but? On craint à Bangui des raids de l’armée tchadienne sur les communes de Batangafo, Bossangoa ou Paoua qui saboteraient les accords qui viennent d’être signés au Soudan entre le gouvernement centrafricain et 14 groupes armés du Nord du Mali." :
Ces maliens dont vous faites références ne sont pas venus à la demande des centrafricains bantous, mais de ceux qui ont l'habitude de faire alliance avec le nord pour déstabiliser la R.C.A, donc voyez avec os intermédiaires que vous héberger au nord chez vous de gérer ce problème hors de la R.C.A, avant que l'arroseur se fasse arroser.
Et savoir gérer vos propres problèmes chez vous au nord, pas sur le terrain centrafricain bantou, oui nous en Centrafrique nous des bantous, c'est là la différentielle.
» lire la suite

Mon commentaire

Dans la même catégorie
Les années 2017-2019 pourraient entrer dans l’Histoire africaine comme celles qui auront vu la chute de despotes face à la révolte des peuples. » ...la suite
Les relations de la Guinée Équatoriale avec la Centrafrique et le Tchad ont connu une année 2018 mouvementée. En 2019, les crispations semblent s » ...la suite
Le département de la sécurité extérieure de Guinée équatoriale a informé ce samedi la population que le leader du parti politique Convergence p » ...la suite
L’ONG britannique « Environmental Investigation Agency INC »vient de mettre à jour une filière « criminelle » du commerce international d » ...la suite
Pour en apprendre plus sur les durées et les formalités nécessaires au passage des frontières pour les biens et les personnes dans la zone CEMAC, » ...la suite
Des milliers de personnes à travers le Soudan ont rejoint la nouvelle manifestation contre le gouvernement. Des images en ligne montrent des manifest » ...la suite
Selon de nombreux écrits, l’amitié entre la Chine et l’Afrique remonte à plusieurs siècles. Les premiers contacts directs par voie terrestre r » ...la suite
Après une attaque de Boko Haram dans le sud-ouest du pays, le président Idriss Déby a procédé à plusieurs changements à la tête de l’apparei » ...la suite
La 14e Conférence des chefs d’Etats de la Communauté Economique et Monétaire de l’Afrique Centrale (CEMAC) s’est achevée ce 24 mars 2019 à » ...la suite
Le président Faustin-Archange Touadéra de la Centrafrique est attendu à Kinshasa, ce lundi 18 mars, pour un tête-à-tête avec son homologue congo » ...la suite