Notre mission, toujours vous informer
Accueil » Dossiers » Le jeu du Kremlin en RCA: que cache la façade?
Le jeu du Kremlin en RCA: que cache la façade?

 

 

Publication: Eurasia Daily Monitor Volume: 16 Numéro: 7

Par: Sergey Sukhankin 23 janvier 2019 15:58 Age: 1 jour

(Source: The Defence Post)

 

La ministre de la Défense nationale de la République centrafricaine (RCA), Marie-Noëlle Koyara, a déclaré le 10 janvier qu'une base militaire russe pourrait bientôt être créée dans le pays (Business-gazeta.ru, 10 janvier 2019). Si tel était le cas, cette étape inaugurerait une phase qualitativement nouvelle de la politique de la Russie "de virer vers l'Afrique", avec une guerre en crise, une rupture économique et une instabilité politique.

La RCA deviendrait la nouvelle base géopolitique de la Russie et un point d'entrée sur le continent plus large. La Russie a commencé à manifester un intérêt considérable pour la RCA dès octobre 2017, lorsque le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, s'est entretenu à Sotchi avec le président du pays, Faustin-Archange Touadéra.

Et tout au long de 2018, Moscou a pris ses premières mesures concrètes pour consolider l'alliance naissante. Premièrement, il a augmenté son soutien militaire à la RCA avec une importante cargaison d'armes (RBC, 14 décembre 2018) et l'envoi de plusieurs instructeurs militaires (voir EDM, 30 avril 2018; 4 septembre 2018). Deuxièmement, la Russie a intensifié ses relations diplomatiques bilatérales et sa coopération militaire avec l'État africain.

En mai, le président Touadéra a participé au Forum économique international de Saint-Pétersbourg en tant qu'invité spécial de Vladimir Poutine (Kremlin.ru, 23 mai 2018), qui a été perçu à Paris comme un défi à l'influence française traditionnelle sur cette partie de l'Afrique ( France 24, 8 août 2018). Par la suite, en août, lors du forum technico-militaire international Armée-2018 (tenu à Kubinka), le ministre de la Défense, Sergei Shoigu, a signé un accord avec son homologue centrafricain sur le renforcement de la formation des forces centrafricaines par la Russie (RIA Novosti, 21 août , 2018).

L'aspect le plus controversé de la relation bilatérale est la question des soi-disant "instructeurs militaires" de la Russie, qui jouent un rôle de plus en plus important dans l'architecture de sécurité nationale de la RCA. Selon des sources russes, Moscou aurait officiellement envoyé 175 personnes en RCA et y aurait envoyé "plusieurs centaines de mercenaires ayant combattu dans le Donbass et en Syrie" (Novaïa Gazeta, 2 août 2018).

En effet, des photographies prises du président Touadéra le 15 août 2018, capturaient des images d'employés de Sewa Security Services - de facto une entreprise militaire privée russe (PMC) - et seraient, selon les rumeurs, une "branche" du plus célèbre groupe Wagner. Sewa Security Services serait étroitement liée à Lobaye Invest, une entreprise dirigée par Yevgeny Khodotov, qui aurait à son tour dirigé la sécurité du financier du groupe Wagner, Yevgeny Prigozhyn (Thebell.io, 15 août 2018).

Le membre du comité de la défense de la Douma (chambre basse du Parlement russe), Viacheslav Tetekin, a fait valoir qu'une base militaire russe en RCA pourrait devenir un précédent important et que d'autres pays africains pourraient faire de même. Il a déclaré ouvertement que la Russie était prête à démanteler la domination française dans cette partie de l'Afrique. "La France est membre d'un bloc adverse (...) nous n'avons aucune obligation envers Paris ... nous n'avons donc pas besoin de tenir compte de l'opinion française." Tetekin a ajouté que "les Chinois, qui travaillent aussi activement dans la région, ne représentent aucun danger pour la Russie" (Vpk-news.ru, 16 janvier 2019).

Leonid Nersiyan, commentateur politique du média ultra-conservateur russe Regnum, a déclaré que, malgré "la coopération militaire active" et "le groupe Wagner actif depuis longtemps en RCA ... la création d'une base militaire à part entière sera une étape extrêmement sérieuse nécessitant une analyse approfondie des risques et des opportunités. " Il a également noté qu '"en dehors d'une confrontation sérieuse avec la France ... les intérêts russes pourraient entrer en conflit avec les Chinois" (Regnum, 10 janvier 2019).

Il est fréquemment allégué que la Russie ne se préoccupe que de la RCA en raison des vastes ressources naturelles de ce pays, notamment des diamants, de l'or et de l'uranium (Inosmi.ru, 23 octobre 2018). Cependant, l'étendue réelle des gisements d'or et de diamants locaux n'est pas claire, ce qui soulève des doutes sur le potentiel économique réel. Plus vraisemblablement, la participation de la Russie à la RCA constitue une façade pour des actions d'une portée et d'une portée beaucoup plus grandes.

Compte tenu de son emplacement géostratégique (le "cœur" géographique du continent) et de l'intensification des activités menées par le Kremlin le long du périmètre Libye-Soudan du Sud-République démocratique du Congo-Ethiopie-Somalie-Yémen, le contrôle de la RCA est un élément indispensable d'étendre l'influence de la Russie dans toute l'Afrique de l'Est. En effet, un examen approfondi des débats intellectuels russes sur le continent révèle un intérêt croissant pour la Tanzanie, le Burundi, le Botswana et même l'Angola, où la Russie est déjà impliquée dans l'extraction de diamants et a pour ambition d'accroître sa part dans le développement des hydrocarbures (Valdaiclub.com 5 mars 2018).

Compte tenu de sa relative faiblesse économique, le rayonnement stratégique de la Russie dans la région repose sur deux piliers interdépendants: "l'exportation de sécurité" (eksport bezopasnosti) et l'asymétrie. Pris ensemble, ils représentent une synthèse des expériences de la Russie en Syrie et en Libye. Et cette approche a été clairement démontrée en RCA.

Le premier élément concerne le fait que la Russie continue de mettre l'accent sur la participation aux affaires locales "sur invitation du régime politique légitime" (YouTube, 19 décembre 2018). Dans le même temps, la Russie mêle diplomatie et menaces de force: tendre la main aux deux parties au conflit (factions chrétienne et musulmane), tout en faisant allusion à son potentiel militaire en prenant pour exemple l'opération menée en Syrie (Tsargrad.tv, 10 octobre 2018).

Ce dernier élément repose sur une combinaison de:


- "Affrontement de l'information": depuis plusieurs mois, la Russie a lancé une vaste campagne d'information anti-française qui dénigre et ridiculise les efforts français, mais "loue les initiatives de Moscou en matière de sécurité ainsi que la coopération" florissante "entre les deux pays. " Le prestige russe a augmenté de façon exponentielle, alors que les responsables français "ne sont plus invités à aucune des cérémonies officielles organisées à Bangui - un phénomène sans précédent depuis l'indépendance de la RCA", selon la presse russe (Inosmi.ru, 13 décembre 2018). .

Dans le même temps, la partie russe a eu recours à l'assassinat des trois journalistes d'investigation en République centrafricaine de l'été dernier (voir EDM, 2 octobre 2018): juste après le tragique incident, des journalistes de l'Agence fédérale de presse (étroitement liée) Internet Research Agency de Prighozin et qui aurait coopéré avec le groupe Wagner en Syrie) a effectué un voyage en RCA et présenté le pays comme une zone interdite aux observateurs occidentaux (Tsargrad.tv, 29 octobre 2018).

- Exploitation d'erreurs occidentales: la Russie oppose farouchement à l'opération massive Sangaris de la France et à une allocation inefficace de l'aide économique (la France fournirait 130 000 000 euros par an à la RCA - un tiers du PIB local) et à une date supposée décisive à Moscou et des actions concrètes (au moins à la surface). Le "retour de la Russie en Afrique" gagne clairement du terrain, et la RCA est un terrain d'essai de premier plan pour sa stratégie plus large.

0 commentaire

Soyez la première personne à vous exprimer !

Mon commentaire

Dans la même catégorie
Négocié à Khartoum et signé à Bangui le 6 février 2019, le gouvernement inclusif est un engagement des pouvoirs publics. C'est aussi la consé » ...la suite
Le Conseil de sécurité de l’ONU a exhorté mercredi, les parties au conflit en Centrafrique à appliquer «de bonne foi et sans retard» l’accor » ...la suite
En 2018, il y a eu une montée des violences en Centrafrique, selon un rapport de Human Rights Watch publié début février 2019 et dont APA a obtenu » ...la suite
On en sait un peu plus sur l'expulsion du Français Christophe Raineteau de Madagascar, ce consultant spécialisé sur l'Afrique accusé par Bangui d' » ...la suite
Le gouvernement centrafricain a confirmé lundi que l'accord de paix conclu entre le gouvernement et 14 groupes armés, dont la publication serait imm » ...la suite
Le texte, négocié sous l’égide de l’UA, prévoit notamment la levée des barrages synonymes de racket, et une commission Vérité et Réconcili » ...la suite
La République centrafricaine a obtenu un accord de paix entre les factions rebelles et le gouvernement, devant sortir le pays de près de sept année » ...la suite
Un accord de paix entre Bangui et les groupes armés contrôlant 80 % du territoire de la Centrafrique a pour objectif de mettre rapidement fin aux vi » ...la suite
La plus grande inconnue de l’heure reste la question des concessions faites par le Gouvernement de Faustin Archange Touadéra aux groupes armés. Un » ...la suite
L’accord, qui a été paraphé par l’ensemble des parties hier à Khartoum, au Soudan, est le résultat de 10 jours d’intenses négociations qui » ...la suite