Notre mission, toujours vous informer
Accueil » Point de vue » « Nous souhaitons consolider et poursuivre nos relations avec la Russie »: ministre Sylvie Baipo Temon
« Nous souhaitons consolider et poursuivre nos relations avec la Russie »: ministre Sylvie Baipo Temon

Interview exclusive : « Nous souhaitons consolider et poursuivre nos relations avec la Russie », déclare la ministre Sylvie Baipo Temon

 

Bangui, Centrafrique 2019-02-14 (ADV) — En marge des pourparlers de Khartoum entre le gouvernement et les 14 groupes armés, l’ADV a pu avoir une interview exclusive avec Sylvie Baipo Temon, ministre des Affaires étrangères de la République centrafricaine, qui s’est prononcée sur les défis actuels de la diplomatie centrafricaine et la présence russe qui agasse certaines puissances occidentales. Pour la ministre, il y’a suffisamment de la place pour mener un partenariat qui soit mutuellement bénéfique. Elle souhaite que cette relation avec la Fédération de Russie soit consolidée.

ADV : Bonjour madame la ministre

Sylvie Baipo Temon : Bonjour

 

ADV : Madame la Ministre, vous êtes nommée ministre des Affaires étrangères au moment où la diplomatie centrafricaine a plusieurs défis à relever. Dites-nous dans quel état avez-vous retrouvé la diplomatie de la RCA ?

Sylvie Baipo Temon : La diplomatie centrafricaine a besoin aujourd’hui de reprendre toute sa place et d’être à la hauteur d’un certain nombre de challenges. Actuellement, nous sommes à une période des défis que nous devons relever. Donc, la diplomatie centrafricaine doit être suffisamment dynamique et offensive pour pouvoir relever ces défis.

 

ADV : Justement, aujourd’hui la RCA enregistre une offensive diplomatie, notamment la relation très étroite et stratégique avec la Fédération de Russie. Comment comptez-vous gérer le dossier RCA-Russie face à la France qui considère que la RCA est son « pré-carré » ?

Sylvie Baipo Temon : Comment je compte gérer ce dossier Centrafrique-Russie ? Mais nous le ferons comme tout autre dossier, dans le cadre d’un partenariat pour lequel le bénéfice doit être mutuel. Je voulais en profiter pour attirer l’attention des médias en général sur le fait de ne pas alimenter un débat qui n’a pas lieu d’être dans la mesure où la République centrafricaine est dans une démarche de développement de ses relations et son partenariat, qui sont nécessaires sans exclusions. La Fédération de Russie, ayant répondue à ce certain moment à l’appel de la République centrafricaine dans le cadre de l’offensive et de la dynamisation de sa diplomatie, alors, nous souhaitons consolider, développer et poursuivre les relations bilatérales et multilatérales afin de pouvoir donner une autre ère à la Centrafrique.

ADV : Madame la ministre, qu’est-ce que vous pensez de la déclaration faites par le ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian sur le fait que la présence russe en Centrafrique n’est pas la bienvenue et qu’elle est indésirable ?

Sylvie Baipo Temon : Il n’a pas lieu de débat sur la présence russe en Centrafrique parce que la Russie est présente dans le pays depuis très longtemps. La Centrafrique a besoin d’un appui, du soutien de ses partenaires extérieurs que ça soit de la sous-région ou au niveau international. Elle a lancé un appel, la Fédération de Russie a répondu présente et d’autres pays aussi. Donc, il y’a suffisamment de place en Centrafrique pour mener un partenariat qui soit mutuellement bénéfique.

ADV : Les députés de la nation ont voté le 13 décembre 2018, le projet de loi portant sur la ratification de l’Accord de défense signé entre les ministères de la Défense Nationale et de la Reconstruction de l’Armée centrafricaine et celui de la Fédération de Russie. Est-ce un pas dans la redynamisation de la coopération entre la RCA et la Russie ?

Sylvie Baipo Temon : La ratification de cet accord va dans un processus normal parce que c’est à l’Assemblée nationale d’étudier le type de relation avec un pays quelconque. Donc, les élus de la nation ont juste exercé leur droit de revue de cet accord et nous en sommes arrivés à la ratification. Donc les représentants du peuple ont pris le soin d’étudier ce qui est favorable à la République centrafricaine.

ADV : La ville de Khartoum, capitale du Soudan a abrité du 24 janvier au 5 février le dialogue initié par l’Union africaine, entre le gouvernement et les groupes armés. Est-ce un signe de la bonne santé des relations avec ce pays, le Soudan voisin ?

Sylvie Baipo Temon : Justement le fait d’avoir eu la proposition du Soudan pour abriter ce dialogue, nous permet et nous ouvre aussi la voie à assoir une stabilité et un engagement dans nos relations et surtout au niveau de la sous-région.

ADV : Un grand défi aussi vous attend, notamment la question de la levée de l’embargo, imposé depuis 2013 par le Conseil de Sécurité de l’ONU sur l’importation des armes à destination de la Centrafrique. Quel sera votre apport dans le sens de la levée totale ?

Sylvie Baipo Temon : Mon apport sera de porter haut et fort les voix de la République centrafricaine auprès de ces instances et d’avoir un plaidoyer conséquent pour qu’enfin obtenir la levée totale de l’embargo sur l’importation des armes en Centrafrique. Le défi en Centrafrique aujourd’hui est de reconstruire une armée qui soit républicaine, professionnelle surtout avec les moyens pour pouvoir opérer.

ADV : Economiste de formation, vous devriez gérer un terrain aussi difficile qui est la diplomatie. Madame le ministre quels seront les autres axes qui vous attendent ?

Sylvie Baipo Temon : Dans le cadre de ma fonction, la chose la plus importante est de faire de mon département la vitrine de notre pays. C’est une tâche qui nécessite un certain nombre de défis. Les axes sont nombreux mais derrière cela, il faut vendre l’image positive de la République centrafricaine. En tant qu’économiste, nous sommes dans une solidarité gouvernementale, si le besoin se fait sentir, je ne manquerais pas de contribuer pour le bien du pays.

ADV : Madame le ministre merci

Sylvie Baipo Temon : C’est à moi de vous remercier.

 

© Bur-csa – A.H – N.A / De notre correspondante régionale Vanessa Ngadi Kwa et notre correspondant régional Fridolin Ngoulou – African Daily Voice (ADV) – Retrouvez-nous sur Twitter : @ADVinfo_fr

0 commentaire

Soyez la première personne à vous exprimer !

Mon commentaire

Dans la même catégorie
Mondafrique – Quel bilan faites-vous des dix ans de pouvoir d’Ali Bongo ? JGNA – « Le peuple Gabonais, en se prononçant massivement en » ...la suite
Aux abois, le Président élu des Centrafricains Touadéra semble faire feu de tout bois en ce moment : voyage éclair au nord-est de la RCA, milices » ...la suite
Suite aux graves accusations portées par l’ancien Président de l’Assemblée nationale, Abdou Karim Meckassoua, contre le Président du Conseil d » ...la suite
"La Centrafrique est gouvernée à 80% par les groupes armés" Abdou Karim Meckassoua, Ministre sous la présidence de François Bozizé pendant 6 » ...la suite
Soixante (60) ans après les indépendances et près de trois décennies- toute une génération pour ainsi dire- d’errements, en politique de pilot » ...la suite
Un régime politique qui laisse massacrer sa jeunesse n’a pas d’avenir . Museler l’opposition démocratique n’est pas une solution à la crise » ...la suite
La situation de notre pays avant l’Accord de Paix À la suite du retour à la démocratie et au multipartisme consacré par les élections group » ...la suite
Après avoir fait le constat- plutôt amer- suivi d’un diagnostic sérieux de l’état de délabrement- un état de délabrement marqué par la dé » ...la suite
Après le massacre de civils dans le nord-ouest de la Centrafrique par des membres d’un groupe rebelle, les inquiétudes sur la survie de l’accord » ...la suite
L’échec et la catastrophe annoncés de la politique sans vision ni cap de Touadéra s’étalent jour après jour sous nos yeux , devenus secs à » ...la suite