Notre mission, toujours vous informer
Accueil » Dossiers » Le gouvernement inclusif post Khartoum toujours attendu
Le gouvernement inclusif post Khartoum toujours attendu

 

 

https://www.radiondekeluka.org  lundi 18 février 2019 13:00

 

Négocié à Khartoum et signé à Bangui le 6 février 2019, le gouvernement inclusif est un engagement des pouvoirs publics. C'est aussi la conséquence directe de la signature d'entente entre le gouvernement et les 14 groupes armés n'est pas toujours connu deux semaines après.

Deux semaines après la signature de l'accord de paix et de réconciliation de Khartoum entre le gouvernement et les groupes armés, le gouvernement inclusif n'est pas toujours connu. Le FPRC boude et appelle à la mise en place du comité de suivi de l'accord.

Si des avancées sont enregistrées dans la mise en oeuvre de l'accord en son article 11 à savoir la création de la Commission inclusive, le gouvernement dit inclusif prévu par l'article 21 tarde lui à se mettre en place. L'article 21 de cet Accord stipule que Le président de la République chef de l'Etat, s'engage à mettre en place immédiatement après la signature du présent Accord un gouvernement inclusif ".

Le retard enregistré dans l'application de cette disposition n'est pas du gout du FPRC. Dans un communiqué de presse du 17 février, ces leaders appellent au respect et à un mécanisme de suivi, invitant les acteurs  à bannir les vielles pratiques destructives et à cultiver la paix afin de faciliter l’application progressive de l’accord de Khartoum".

 Le FPRC demande aux garants de l’accord de Khartoum de mettre le jalon pour relancer la mise en œuvre effective du comité de suivi prévu dans la disposition VI article 30 afin de concrétiser l’accord". Selon le communiqué.

Pour formaliser l'article 21, le premier ministre Mathieu Sarandji devrait d'abord remettre sa démission et celui de son gouvernement au chef de l'Etat. Ce qui n'est pas encore le cas aujourd'hui et l'opposition s'en mêle. Me Nicolas Tiangaye, président de la Convention Républicaine du progrès social (CRPS) a indiqué à Radio Ndeke Luka que le retard dans la nomination du gouvernement inclusif constitue d'ores et déjà une violation de l'accord.

Les autorités de Bangui n'ont pas souhaité se prononcer sur les allégations selon lesquelles Simplice Mathieu Sarandji bloquerait à lui seul l'accord de Khartoum en refusant de démissionner. Le président de la République multiplie de son côté les contacts. La semaine dernière, il a consulté les sages de la Cour Constitutionnelle à accompagner l'accord de paix paraphé à Khartoum et signé à Bangui par toutes les parties.

 

 

L'accord de Khartoum, un pas vers la paix mais contient des irrégularités selon Me Nicolas Tiangaye

 

https://www.radiondekeluka.org   lundi 18 février 2019 06:27

 

L'ancien Premier ministre et membre de l'opposition démocratique estime que ce 8ème accord constitue un espoir. Il souhaite que les parties signataires respectent leurs engagements pour asseoir la paix dans le pays. Me Nicolas Tiangaye relève une violation flagrante sur l'applicabilité de cet accord. La violation se situe au niveau de la mise en place d'un gouvernement inclusif dès la signature du document. Ce qui selon lui n'a pas été fait depuis le 6 février. Me Nicolas Tiangaye reste toutefois méfiant sur des dispositions contenues dans cet accord notamment la mise en place d'une brigade mixte et d'une commission inclusive sensée examiner tous les aspects liés à la crise centrafricaine et proposer des actions susceptibles d'être prise en compte.

 

0 commentaire

Soyez la première personne à vous exprimer !

Mon commentaire

Dans la même catégorie
Le chef rebelle centrafricain Abdoulaye Miskine et trois de ses compagnons, qui avaient été arrêtés au Tchad, ont été placés sous mandat de dé » ...la suite
Lorsqu’on parle des événements du 28 mai en République centrafricaine, il me revient à l’esprit deux évènements majeurs tant par leur gravit » ...la suite
Récit Colette Braeckman Lorsqu’un vieil homme courbé par les ans, la voix éteinte, le pas hésitant, comparaîtra bientôt devant la justice » ...la suite
Longtemps critiquée pour la lenteur de sa mise en place, la juridiction créée en 2015 est à l’origine de 18 arrestations au sein de groupes arm » ...la suite
La Cour pénale spéciale, cour hybride lancée officiellement en octobre 2018 pour juger les crimes graves commis sur le territoire centrafricain dep » ...la suite
Dans sa question adressée au Vice-premier ministre, ministre de l'intérieur, sécurité et affaires coutumières Gilbert Kankonde lors de la pléni » ...la suite
Rwanda, l’argent du génocide (1/3). Vingt-cinq ans après les événements, « Le Monde » revient sur le financement du processus génocidaire qui » ...la suite
L’ancien interprète du juge Jean Louis Brugière et proche de Patrick Balkany, Fabien Singaye, dont les réseaux sont puissants en Centrafrique, é » ...la suite
Depuis le déploiement du 1er pont aérien humanitaire entre le France et la République Centrafricaine le 8 mai 2020, de folles rumeurs circulent aut » ...la suite
Alors qu’on lui prédisait un cataclysme sanitaire, le continent africain a pour l’instant été relativement épargné par la pandémie de Covid- » ...la suite