Notre mission, toujours vous informer
Accueil » Dossiers » Centrafrique : quand la France oriente désormais sa stratégie de déstabilisation à travers ses médias
Centrafrique : quand la France oriente désormais sa stratégie de déstabilisation à travers ses médias

 

 

https://www.moroccomail.fr  Rédaction février 19, 2019

 

Bangui, le 14 février 19

 

Les accords de paix de Bangui signé avec les leaders des groupes rebelles ont pu enfin, donner la possibilité à la paix de se restaurer en RCA. Les rebelles conformément aux dispositions de l’Accord, se préparent à quitter les villes occupées et d’enterrer définitivement les armes. Les experts considèrent que si tout évolue à la vitesse constatée aujourd’hui, la République va très bientôt cesser d’être un pays en guerre et toutes ses ressources naturelles vont être servir exclusivement au profit de son développement, comme l’a déclaré constamment le président Faustin-Archange Touadéra.

Aujourd’hui, c’est la Russie qui l’appui. C’est elle qui a aidé à organiser les négociations à Khartoum, le lieu où l’accord entre le gouvernement et les groupes armés a été conclu. Aussi à ce moment précis, les instructeurs russes sont entrain de former les FACA pour que l’Armée centrafricaine puisse lutter contre le terrorisme sur le territoire du pays à travers ses propres moyens.

Outre de cet appui, la Russie a déjà remis 1500 pièces d’armes à la police nationale et à l’Armée du pays. En tout, les Russes envisagent de doter notre pays avec 6000 pièces d’armes, mais l’ONU est entrain de bloquer toutes les livraisons d’armes aux FACA, pour que la MINUSCA puisse continuer de rester dans la région pour cacher les activités des colonisateurs blancs qui sont en train de voler les ressources minières.

La France qui ne supporte pas les relations entre la Russie et la RCA, est contre cette alliance qui est en train de porter des fruits de façon bilatérale et rétablir les anciennes relations. Le problème principal est que la coopération des deux Etats aura un effet négatif pour les intérêts de Paris.

C’est pour ça que certains médias centrafricains et les médias français diffusent de la fausse information et de la provocation non seulement sur la coopération du gouvernement de la République avec les Russes, mais aussi sur les FACA et les instructeurs russes. Les messages, comme le dernier, de la part des médias français apparaissent trop souvent pour être vrai. Ils n’ont pas de corpus d’évidence. C’est pour cela que le peuple centrafricain n’a ni l’envie, ni de raisons de leur faire confiance, en plus que pendant les dernières années de violence et de guerre il y’avait de centaines ou même des milliers de message de ce genre.

Regardons ce qu’écrivent les colonisateurs blancs. A base de leurs accusations, ils ont pris le rapport de l’ONU où il est dit que le 11 janvier à côté de l’administration de Bambari a été enlevé un homme agé de 38 ans par 2 de nos soldats – ils voulaient lui poser des questions sur ses liens avec les groupes rebelles. Pour cela, comme il est dit dans le document, ils l’ont amené dans la base militaire où se logent les instructeurs russes. Où est-il possible d’amener un prisonnier que chez les Russes ? Bizarre, mais la suite est encore plus intéressante.

Dans le rapport de l’ONU, il est dit qu’après l’interrogatoire l’homme a été déplacé dans un autre endroit où il était battu par plus de 10 soldats des FACA à l’aide des barre de fer, était coupé avec des couteaux et même s’est fait l’auriculaire coupé. La victime a était détenue avec ses mains et pieds attachés jusqu’au 16 janvier. Plus tard, quand les gendarmes ont reçu l’info sur ce cas, le « prisonnier » a était laissé libre et la MINUSCA a commencé l’enquête du crime commis contre la victime. Presque 1 mois est déjà passé et les onusiens n’ont pas encore démontré des résultats de l’enquête. Cela prouve que l’histoire est prolongée et gommée pour ne pas démontré qu’elle a été complètement inventé.

Et les faits les plus intéressants. Dans les médias français, il est dit que l’homme a été pris non par nos soldats, mais par des civils. Outre de cela, selon leur version, la victime a été torturée, battue et coupée pendants tous les 5 jours, et non que le premier jour, comme il est dit dans le rapport de l’ONU. Selon leur version ce n’était pas les FACA, mais les militaires russes. Cela est une sérieuse accusation envers la Russie qui est aujourd’hui en train d’aider la RCA.

Les colonisateurs nous mentent tellement qu’ils n’arrivent plus à s’entendre entre eux. Les uns (l’ONU) accusent nos soldats, les autres (les médias français) accusent les instructeurs russes. Mais les preuves ne sont pas là pour ni l’une, ni l’autre version. Et c’est pour cela qu’il n’y a pas de confiance pour de l’info comme celle-ci. Les Français et l’ONU essayent toujours de nous tromper, les Centrafricains.

C’est parce qu’ils ne veulent pas quitter notre territoire. Aujourd’hui les accords de Khartoum sont en vigueur et cela va certainement gêner les colonisateurs. C’est pour cela qu’ils commencent à publier des articles de provocations qu’on en attend encore beaucoup le temps le plus proche. Pourquoi l’ONU et les médias français ont attendu un mois avant de publier le dossier ? Au lieu de le partager dès que c’était connu ? Tout cela est la manipulation. Ne les faites pas confiance. Ne laisser pas les colonisateurs blancs nous tromper.

 

0 commentaire

Soyez la première personne à vous exprimer !

Mon commentaire

Dans la même catégorie
L’audience de confirmation des charges dans l’affaire le procureur contre Alfred Yékatom Rombhot et Patrice Edouard Ngaïssona démarre ce jeudi » ...la suite
L’audience de confirmation des charges dans l’affaire le procureur contre Alfred Yékatom Rombhot et Patrice Edouard Ngaïssona démarre ce jeudi » ...la suite
Un «godobe», enfant des rues en République centrafricaine, raconte ses rapports avec les militaires de l'opération Sangaris. Qu'est-ce que fair » ...la suite
Les affrontements entre groupes armés se poursuivent en Centrafrique. 24 miliciens ont été tués au nord-est de la Centrafrique, dans des combats e » ...la suite
L'assouplissement de l'embargo de l'ONU sur les armes à destination de la Centrafrique est une victoire symbolique pour le régime de Bangui. Mais il » ...la suite
L’Accord de Khartoum, signé le 6 février 2019, semble être sur le point de rejoindre les sept précédents accords de paix qui n’ont jamais pu » ...la suite
Une vingtaine de personnes dont un civil, ont perdu la vie dans les combats entre deux groupes armés dans l’extrême nord-est de la Centrafrique d » ...la suite
(Ecofin Hebdo) vendredi, 13 septembre 2019 10:58 - Chassé du pouvoir en 2013 par les rebelles de la Séléka et abandonné par ses pairs, l’ex-pré » ...la suite
Le chantier de Kolo situé à 25 Km de Mingala dans la Basse-Kotto a été assiégé ce 3 septembre 2019 par des combattants de l’UPC de Ali Darrass » ...la suite
Le président congolais Denis Sassou-Nguesso était reçu mardi 3 septembre à l’Élysée pour un déjeuner de travail avec le président Macron. S » ...la suite