Notre mission, toujours vous informer
Accueil » Afrique Centrale & la CEMAC » Mal aimé par les Gabonais, le groupe français Véolia quitte finalement le Gabon
Mal aimé par les Gabonais, le groupe français Véolia quitte finalement le Gabon

 

 

2019-02-20

 

Douala, Cameroun (ADV) – Le groupe français Véolia qui détenait un monopole de fait de distribution de l’eau et de l’électricité au Gabon depuis 1997, va finalement quitter le Gabon, et ce, par la petite porte, rapporte le site local Gabon actu.

Selon un communiqué acté en fin de journée du lundi 18 février 2019, le groupe quitte définitivement le Gabon suite à un règlement amiable du contentieux qui l’opposait à l’État, indiquent des sources locales.

Après 20 ans de présence sur le sol gabonais, et au terme de tumultueux règlements judiciaires, de polémiques et de controverses, le groupe français et l’État gabonais se sont finalement engagés à renoncer réciproquement à toute action judiciaire liée aux conditions de résiliation de la concession, précisent ces mêmes sources.

Pour rappel, le 16 février 2018, l’État gabonais avait brutalement décidé de mettre fin à la concession de Véolia. De façon unilatérale, le gouvernement avait réquisitionné l’entreprise pour une durée d’un an pour des raisons de continuité du service public, indique Gabon actu.

À l’origine de la colère du gouvernement, des plaintes des usagers sur la mauvaise qualité de services, dont la pénurie permanente d’eau dans plusieurs quartiers, les délestages d’électricité et les surfacturations. Le groupe Véolia fâché par cette expulsion manu militari, avait décidé de saisir le Centre international pour le règlement des différends relatifs aux investissements (CIRDI). L’accord conclu lundi met ainsi fin à cette procédure, Véolia ayant finalement jeté l’éponge.

 

© Bur-csa – A.H – N.W / De notre correspondante régionale Vanessa Ngadi Kwa – African Daily Voice (ADV) – Retrouvez-nous sur Twitter : @ADVinfo_fr

 

 

Après 20 ans de présence, Veolia quitte le Gabon par la petite porte

 

Par RFI Publié le 20-02-2019 Modifié le 20-02-2019 à 09:55

 

Le groupe français Veolia quitte définitivement le Gabon, un an après la rupture unilatérale du gouvernement du contrat qui les liait. Le 16 février 2018, les autorités gabonaises avaient réquisitionné les locaux de Veolia, qui détient 51% des parts dans la SEEG, la Société d’énergie et d’eau du Gabon. Une action judiciaire a démarré en mars dernier devant le Cirdi, le Centre international pour le règlement des différends relatifs aux investissements. Les deux parties ont donc trouvé un terrain d’entente mardi 19 février, avant le terme de l’action judiciaire.

Après vingt ans de présence, Veolia quitte le Gabon par la petite porte. Majoritaire dans la Société d’énergie et d’eau du Gabon, le groupe français va céder la totalité de ses parts à l’Etat gabonais. Aucune des deux parties n’a dévoilé le montant que Libreville va payer à Veolia.

Spécialiste de la distribution d’eau et de l’assainissement, Veolia Africa s’occupait aussi de la distribution d’électricité et en avait le monopole. Les récriminations des usagers face aux nombreuses coupures d’eau et d’électricité ont été à l’origine de la rupture unilatérale du contrat qui liait l’Etat gabonais à l’entreprise française il y a un an, mais pas seulement.

La SEEG va redevenir publique

Ils ont multiplié les interventions dans les médias et les accusations mutuelles, sur fond de désaccord sur le montant d'investissements de chacune des parties. Les autorités gabonaises ont même accusé Veolia d’avoir causé des dégâts à l’environnement autour de la totalité des sites exploités par sa désormais ex-filiale locale.

Des accusations que Veolia a toujours rejetées. Avec le départ du groupe privé français, la Société d’énergie et d’eau du Gabon redevient entièrement publique.

1 commentaire

N
POUR BOIRE DE L'EAU CHEZ SOI, DOIT-ON ATTENDRE QUE CELA SOIT PRODUIT ET FOURNI PAR UN ETRANGER ? C'EST LA TRISTE NOUVELLE AU GABON CAR C'EST VEOLIA QUI DEPUIS 1997 (22 ANS) DONNE L'EAU A BOIRE AUX GABONAIS. C'EST VRAIMENT MALHEUREUX QUE LES AFRICAINS N'ARRIVENT PAS A SE PRENDRE EN CHARGE EUX MÊMES. SI MAINTENANT VEOLIT MALHEUREUX QUE LES AFRICAINS N'ARRIVENT PAS A SE PRENDRE EN CHARGE EUX MÊMES. SI MAINTENANT VEOLIA QUITTE GABON, IL EST TEMPS QUE LE PAYS MONTRE SA GRANDEUR EN METTANT EN PLACE UNE SOCIETE D'ETAT POUR REMPLACER VEOLIA ET FOURNIR L'EAU AUX GABONAIS. » lire la suite

Mon commentaire

Dans la même catégorie
Le président Faustin-Archange Touadéra de la Centrafrique est attendu à Kinshasa, ce lundi 18 mars, pour un tête-à-tête avec son homologue congo » ...la suite
Des centaines de camions bloqués dans l’est du Cameroun par des rebelles centrafricains dans la ville de Garoua-Boulaï à l’Est du Cameroun, dep » ...la suite
Au Tchad, la localité de Goré, au sud du pays, a reçu il y a quelques jours la visite d’une délégation centrafricaine. Une visite qui fait suit » ...la suite
Les frappes de l'armée française au Tchad contre l'UFR contredisent la volonté affichée par le président Emmanuel Macron, de mettre fin à la Fra » ...la suite
Depuis le début de cette année 2019, les conditions d’exportation du bois au port de Douala, la capitale économique camerounaise, vont en s’am » ...la suite
L'orchestration par l'état-major Français des frappes contre une colonne de pickups au Nord du Tchad a surpris plus d'un Africain, à commencer par » ...la suite
L’intervention de la France pour porter secours d’Idriss Déby, attaqué par les rebelles armés du Nord du pays, révèle la fragilité du régim » ...la suite
Beaucoup a été dit et écrit sur l’écrasante responsabilité, la propension et la manière dont le président tchadien Idriss DEBY ITNO a coutum » ...la suite
L’ONG SWISSAID vient de publier un rapport où elle s'intéresse de près au secteur tchadien du pétrole, notamment aux activités de la multinatio » ...la suite
Les avions de chasse français auraient conduit une « vingtaine de frappes » et détruit autant de véhicules, au risque de faire apparaître Paris » ...la suite