Notre mission, toujours vous informer
Accueil » Politique » Centrafrique : Martin Ziguélé dresse le bilan des points forts et des faiblesses du MLPC en 40 ans d’existence
Centrafrique : Martin Ziguélé dresse le bilan des points forts et des faiblesses du MLPC en 40 ans d’existence

 



BANGUI, 25 janvier 2019(RJDH)---Le Président du Mouvement de Libération du Peuple Centrafricain(MLPC), Martin Ziguélé rassure sur le rajeunissement du parti en préparant la relève et l’insertion des jeunes dans tous les échelons des décisions du MLPC. Position exprimée au cours d’une interview inclusive accordée au RJDH à l’occasion du 40ème anniversaire de son parti le 22 février 2019.

RJDH : Bonjour Président, le parti MLPC a aujourd’hui 40 ans, un âge de pleine maturité. Pourriez-vous dresser un bilan révélant les points forts et les faiblesses des activités du parti en 40 ans d’existence?

MZ : Le MPLC  a été créé dans le cadre de la lutte que les élèves et les étudiants, c'est-à-dire la jeunesse centrafricaine, a déclenchée en 1979 contre l’Empereur Bokassa parce qu’il avait décrété le port obligatoire des tenues scolaires alors que les fonctionnaires, c'est-à-dire les parents de ces élèves, n’étaient  pas payés et c’est dans cette ambiance de terreur et de répression que le MLPC est né avec un objectif qui était considéré comme fou à l’époque c'est-à-dire de renverser l’Empereur et de restaurer la République . Le MLPC a réussi cet objectif puis que finalement en 1979 l’Empire a été aboli et la République est née.

Mais le deuxième objectif du MLPC c’était de conquérir le pouvoir et d’instaurer la véritable démocratie en Centrafrique et puis le troisième objectif c’est de permettre à ce pays qui regorge de ressources de nourrir les Centrafricains convenablement et c’était la théorie de MLPC, le sous-sol nourrit le sol et le sol nourrit l’homme. Nous y sommes parvenus après 14 ans de lutte en 1993 et c’est là le MLPC une fois au pouvoir a effectivement posé comme premier acte la relecture totale de la Constitution parce que la Constitution du parti unique qui était en vigueur jusque-là et qui restreignait les libertés et le nombre des institutions a été abolie et il a été mis en place une Constitution qui fait éclore la liberté individuelle et collective et permettre l’expression populaire et la mise place des certaines institutions comme le Haut Conseil de la Communication qui a permis aujourd’hui d’avoir plusieurs radios privées, plusieurs télévisions privées et des journaux privés.

N’oublions  pas qu’avant c’était la pensée unique de tout ce qui n’était pas permis. Cela pouvait entraîner pour son auteur la prison  ou une situation désagréable. Donc tout cela a disparu sous le MLPC parce que le MLPC avait amené la liberté. Là où la gestion du MLPC a été difficile, c’est sur le plan économique pour une raison simple. Trois ans avant les élections de 1993 ce pays vivait une période d’années blanches et il y avait deux années de grèves au niveau de la fonction publique.

Quand le MLPC est arrivé au pouvoir, il a remis la population et l’administration au travail. Malheureusement en janvier 1994 c’est-à-dire 3 mois après la prise de fonction du Président Patassé, c’était la dévaluation du franc CFA et cette dévaluation n’avait pas été préparée, comme je disais, l’administration était en grève depuis 2 ans plus 3 années blanches et donc les difficultés économiques étaient multipliées et les institutions financières et tous les créanciers exigeaient le payement de la dette avant d’assister le pays sur le plan économique et c’est là où apparut les premiers arriérés de salaire qui a servi comme le terreau à l’irrédentisme militaire avec des mutineries etc…qui ont fragilisé le régime du MLPC et sur le plan économique.

 Après notre chute en 2003, le MPLC n’a pas baissé le bras et a continué à se battre pour les mêmes objectifs du départ c’est-à-dire l’accession au pouvoir, pour la liberté et puis travailler pour le bien-être du pays et de sa population.          

RJDH : L’anniversaire placé sous le thème «République, démocratie et paix» n’est un thème anodin. Pourquoi ce thème?

MZ : La République parce que nous sommes battus pour la République. Vous savez que c’est en allant installer le drapeau de la République Centrafricaine à Berberati qu’à son retour, l’avion du Président Boganda s’est écrasé dans la Lobaye et qu’il était décédé. Donc il est mort pour la République et notre engagement premier c’était la restauration de la République.

Pourquoi la paix ? C’est parce que sans elle, on ne peut rien faire et la réconciliation, parce que le MLPC est une grande famille. Il y’a eu des périodes dans l’histoire du parti où la lecture différente est apparue où des situations nouvelles ont favorisé un certain nombre d’absences des camarades et nous pensons que pour avancer et surtout pour offrir aux Centrafricains  des raisons d’espérer, il faut que le MLPC soit uni dont la réconciliation  est au centre de notre démarche.
   
RJDH : Qu’en est-il aujourd’hui du rajeunissement du parti ?

MZ : Nous avons programmé de commencer dès lundi le 25 au 27 février 2019 la session ordinaire du conseil politique national du MLPC qui ne s’est pas réuni depuis novembre 2014 et l’objectif est clair, c’est de revoir le parti dans ses méthodes, dans ses organisations et ses fonctionnements etc… Pour préparer la relève et l’insertion des jeunes dans tous les échelons des décisions du MLPC, parce que le parti a 40 ans et pour les 40 ans à venir, il faut qu’aujourd’hui les jeunes soient à la commande pour conduire le parti vers la nouvelle lutte. 

RJDH : Depuis quelque temps, le MLPC ne fait que tenir des réunions du Conseil Politique National(CPN) en lieu et place du Congrès proprement dit. N’est-ce pas un sujet de frustration pour vos camarades membres laissés en rade?

MZ : Non cela ne peut pas être un sujet de frustration. Le MLPC a été créé en 1979, son premier congrès a eu lieu en 1995 c’est-à-dire le premier Congrès a eu lieu 16 ans après sa création et après il y’a le deuxième Congrès en 2004 et le troisième en 2007. C’est vrai que depuis 2007 nous n’avons fait que des congrès extraordinaires mais après la réunion politique du conseil national qui aura lieu au courant de cette semaine, on fixera la date du 4ème  Congrès dénommé « Congrès de l’unité ».

RJDH : En dehors du bureau politique qui fonctionne, qu’en est-il des organes tels que le Conseil des sages, la commission de contrôle de l’arbitrage?

MZ : Tous les organes du parti fonctionnent. Le président du conseil des sages est Dobozendi que nous venions de perdre il y’a un mois. La Commission du contrôle de l’arbitrage fonctionne normalement elle aura d’abord à rendre son rapport lors de la session du conseil politique national au début de cette semaine. L’objectif de la session que nous venons de convoquer c’est de renforcer ces organes en cooptant des jeunes pour qu’ils entrent dans ces organes statutaires et apprendre en faisant comme disent les Anglais learn by doing pour que demain ils soient capable de gérer le MLPC.

RJDH : Président Martin Ziguélé, merci !

MZ : C’est à moi de vous remercier.


Propos recueillis par Jefferson Cyrille Yapende

 

ALLOCUTION DU PRESIDENT MARTIN ZIGUELE

A L’OUVERTURE DE LA SESSION DU CONSEIL NATIONAL POLITIQUE

DU MOUVEMENT DE LIBERATION DU PEUPLE CENTRAFRICAIN (MLPC)

 

BANGUI, LE 25 FEVRIER 2019

----------------

 

Excellences Messieurs les Ambassadeurs

Messieurs les Représentants des Organisations internationales

Distingués Leaders des Partis politiques

Honorables Députés

Camarades Conseillers Politiques Nationaux

Camarades Membres du Bureau Politique

Camarades Membres des Bureaux Nationaux MLFC et MLJC

Camarades Responsables Fédéraux,

Camarades Cadres du Parti

Camarades Militantes et Militants

Chers Invités

 

A la suite de la commémoration historique des 40 ans de l’existence de notre cher Parti ce vendredi 22 février à la Place Marabéna, nous voici réunis ce jour en session ordinaire du Conseil Politique National(CPN), la première depuis celle de novembre 2014, afin de nous pencher sur les grands problèmes intéressant la vie du Mouvement de Libération du Peuple Centrafricain (MLPC).

A la mémoire de tous ceux de nos camarades qui nous ont quittés ces dernières années ainsi que des compatriotes violemment et brutalement fauchés lors de cette longue et inutile crise, je vous demande de vous lever et d’observer respectueusement avec moi une minute de silence……..

Je vous remercie.

A cette occasion solennelle, je suis particulièrement heureux de souhaiter la cordiale bienvenue parmi nous à mes chers amis et frères, leaders des Partis politiques ainsi qu’aux vaillants militants du MLPC de l’arrière-pays qui ont bravé moult obstacles au péril de leur vie, pour être présents et prendre part à cette importante session. C’est aussi pour moi un plaisir et un honneur de vous revoir massivement après plusieurs années où il ne nous a pas été possible de réunir une session ordinaire du Conseil Politique National, car comme je viens de le dire, la dernière ayant eu lieu en novembre 2014. Cet empêchement lié à certaines contingences politiques et sécuritaires n’a pas ébranlé le Parti et encore moins démobilisé nos bases qui demeurent solides et soudées malgré toutes les tentatives de déstabilisation et de liquidation de notre formation politique.

La preuve est qu’aujourd’hui, nous sommes réunis pour cette présente session du CPN au cours de laquelle, nous aurons à débattre de l’ordre du jour suivant :

  1. Examen et adoption du rapport moral, politique et financier du Bureau Politique ;
  2. Intervention des CPN et présentation des rapports succincts des activités de leurs fédérations ;
  3. Mise en place des groupes thématiques autour des questions politiques et organisationnelles
  4. Restitutions des travaux des groupes thématiques ;
  5. Rapport des dernières élections législatives et présidentielles ;
  6. Enjeux des prochaines élections générales et perspectives d’avenir ;
  7. Fixation de la date du prochain Congrès ;
  8. Résolutions et recommandations ;
  9. Divers.

 

Camarades,

Comme vous le savez, le Conseil Politique National est une instance législative du Parti. Dans l’intervalle de deux congrès, il est convoqué pour prendre les grandes décisions nécessaires à la vie du Parti. La présente session s’inscrit dans cette droite ligne. Elle vient dans l’ordre chronologique après le Conclave des 17 et 18 décembre 2016 mais aussi de l’importante tournée que j’ai personnellement conduite dans quatre(4) Fédérations de l’Ouest et du Sud de notre pays à savoir, la Nana-Mambéré, la Mambéré Kadeï, la Sangha-Mbaéré et la Lobaye.

Les résolutions du CPN de 2009, 2011 et 2014,  les recommandations du Conclave des 17 et 18 Décembre 2016 et les principales leçons tirées de la tournée du 10 au 23 Août 2018 concourent toutes et principalement au fonctionnement efficient du Parti et à une participation efficace et responsable aux élections.

Après les élections de 2015 et 2016 qui sont déjà passées, mais surtout avant les prochaines de 2021, la présente session se tient à un moment charnière capitale pour le MLPC.

Camarades Militantes et Militants

Il s’agit pour nous, au cours de la présente session, de faire preuve de responsabilité et d’assigner des objectifs très précis à toutes les structures dirigeantes du Parti en vue des batailles futures.

A ce propos, je voudrais rappeler ce que je disais à l’occasion du 40ème anniversaire de notre cher et envié Parti : « Le MLPC, parti de lutte et parti des luttes, doit évoluer et s'adapter au nouveau contexte de notre pays et de notre démocratie. La session du  Conseil Politique National du Parti qui suivra la célébration de ce 40ème anniversaire du 25 au 27 février 2019 s'est fixée des objectifs ambitieux: elle fera le point des évolutions nécessaires, notamment la relecture de nos textes de base , le renforcement des structures dirigeantes, la réorganisation spatiale du Parti et la recherche de l'unité et de la réconciliation , afin de reconstituer la grande famille du MLPC pour continuer efficacement la mission des Pères Fondateurs du Parti ».

Mais il convient de rappeler que nous ne partons pas de rien. Souvenons-nous surtout des douze Recommandations du Conclave et des principales leçons que vous, Délégués des Fédérations vous avez tirées sur le terrain qui est le vôtre.

Honorables Députés

Camarades Conseillers Politiques Nationaux

Camarades Membres du Bureau Politique

Camarades Membres des Bureaux Nationaux MLFC et MLJC

Camarades Responsables Fédéraux,

Camarades Cadres du Parti

Camarades Militantes et Militants

L’exercice auquel nous sommes appelés à nous soumettre est un examen sans complaisance de la situation de notre Parti, dont le moins qu’on puisse dire est que certains de ses organes dorment d’un profond sommeil. Le présent Conseil Politique National doit sonner la fin de cette léthargie et remettre chaque cadre, chaque militant devant ses responsabilités. La survie du Parti en dépend pour une très large part, il faut le savoir.

Les comportements qui sont de nature à plomber le Parti et à terme à le saborder doivent fermement combattus et corrigés par de mesures idoines, dans le strict respect des textes du Parti. L’essentiel étant la survie du Parti, l’efficacité de ses actions et les résultats qu’il obtient.

Je voudrais attirer l’attention de chaque militant sur le phénomène suivant :

A l’approche de chaque élection, les adversaires du MLPC rivalisent d’ingéniosité pour la lui faire perdre en dehors des urnes par la manipulation, l’intoxication et la désinformation de l’opinion nationale.

Le MLPC ne saurait constituer de tout temps la victime expiatoire résignée d’un péché qu’il n’a pas commis et dont il ignore les auteurs ainsi que les tenants et aboutissants.

A cet effet, une riposte appropriée sera désormais réservée aux manipulateurs friands de cet exercice et contre lesquels des poursuites judiciaires seront également réservées. J’en appelle avec insistance à la vigilance de chaque instant de tous les militants et militantes du MLPC pour une veille déterminée afin qu’ils soient identifiés.

La présente session se tient au lendemain des négociations entre le Gouvernement et les groupes armés. L’espoir est donc permis de croire qu’un coup d’arrêt sera désormais mis aux tueries de masse de nos compatriotes, aux actes de violence crapuleuse et à l’insécurité entretenue pour en faire une économie de la rébellion, au détriment des populations du monde rurale qui en ont assez de payer le prix fort. A cet effet, j’en appelle au strict respect des engagements, volontairement et librement pris par les uns et les autres, pour que le processus du retour à la paix soit amorcé et traduit dans la vie quotidienne de chacun de nos compatriotes.

Je ne saurais terminer mes propos sans féliciter le Comité Préparatoire de la présente assise dont l’implication et la disponibilité entières des membres ont permis la tenue de ladite assise. Que chacun de ses membres soit remercié pour son engagement militant.

Je déclare ouverts les travaux du Conseil Politique National 2019. Pleins succès à nos travaux.

Vive le MLPC

Je vous remercie

0 commentaire

Soyez la première personne à vous exprimer !

Mon commentaire

Dans la même catégorie
Son avenir politique se joue peut-être au cours des négociations qui se sont ouvertes à Addis-Abeba pour tenter de sauver l’Accord de paix signé » ...la suite
Les Présidents Félix Antoine Tshilombo et Faustin-Archange Touadera se sont entretenus en tête-à-tête lundi, à la Cité de l’Union africaine. » ...la suite
Le 8 mars 2019, la CRPS de Me Nicolas TIANGAYE, le RPR de Ferdinand Alexandre NGUENDET et le MDREC de Joseph BENDOUNGA avait rendu publique une "Déc » ...la suite
L’Assemblée nationale centrafricaine a ouvert sa session ordinaire 2019 le 1er mars 2019. Cette session devra tabler sur des textes favorisant la m » ...la suite
La route d’approvisionnement du Cameroun était toujours coupée samedi par le groupe armé FDPC en contestation. Au cours de cette semaine, une diz » ...la suite
Le Groupe de Travail de la Société Civile (GTSC) a dénoncé dans une conférence de presse ce 5 février à Bangui, le caractère non inclusif du G » ...la suite
Le gouvernement dirigé par Firmin Ngrébada continue d'être critiqué par les parties signataires de l'accord de paix promulgué le 6 février à Ba » ...la suite
Après le remaniement ministériel, censé symboliser la mise en œuvre de l'accord de Khartoum conclu le mois dernier entre groupes rebelles et autor » ...la suite
L’Église catholique « contribue » à la « construction de la nation » centrafricaine, ont affirmé le pape François et le président Faustin-A » ...la suite
Le nouvel homme, locataire de la Primature, Firmin Ngrebada, qui a officiellement pris ses fonctions hier 28 Février 2019 dispose d’un nombre incal » ...la suite