Notre mission, toujours vous informer
Accueil » Société » Nouvelles nationales sur RJDH
Nouvelles nationales sur RJDH

Centrafrique : Le gouvernement engage des discussions avec les groupes armés

BANGUI, 10 mars 2019 (RJDH)---Le gouvernement tente de désamorcer la crise qui secoue l’exécutif. Des informations RJDH font état des discussions engagées pour tenter de calmer les groupes armés qui contestent depuis le 03 mars, la nouvelle équipe gouvernementale. 

Les discussions avec les groupes armés, selon nos sources, seraient portées par le Premier Ministre Firmin Ngrebada. Les principaux responsables des 14 groupes armés sont contactés par le Premier Ministre qui discute avec eux sur les revendications qu’ils ont exprimées depuis la publication de la nouvelle équipe gouvernementale le 03 mars dernier.
Les discussions avancent, selon un ministre maintenu à son poste par le nouveau premier ministre, « le gouvernement ne veut pas attendre le 18 mars pour commencer à parler avec les uns et les autres. Tous les groupes armés ont été contactés et tout se passe bien en général », explique t-il avant de noter que seul la position du mouvement 3R est radicale, « ce groupe insiste toujours sur deux places au gouvernement et non des places à la primature ».

L’accord de Khartoum obtenu après d’âpres discussions, est menacé depuis la publication du premier gouvernement post Khartoum. Plusieurs groupes armés ont dénoncé la configuration de l’équipe tout en menaçant de se retirer du processus.

Conformément à l’article 34, l’Union Africaine qui est à l’initiative de l’accord, a appelé à la retenue tout en convoquant une réunion d’urgence à Addis-Abeba, le 18 mars prochain. Cette rencontre pourrait amener le Premier Ministre et le chef de l’Etat à revoir la configuration actuelle du gouvernement./

Vianney Ingasso

 

Centrafrique : La SUCAF en attente de la signature d’un protocole d’accord pour augmenter sa production à 10.000 tonnes 

BANGUI, le 10 Mars 2019(RJDH)----Face à l’importation frauduleuse du sucre en République Centrafricaine, la Sucrerie Africaine de Centrafrique (SUCAF-Centrafrique) mène depuis janvier 2019 des discussions avec le gouvernement pour lutter contre cette pratique dans le pays. Ces discussions selon Martin Akem, Directeur général de la SUCAF-Centrafrique devront permettre à la signature d’un protocole d’accord de partenariat entre le gouvernement et la SUCAF afin d’augmenter la productivité de cette société confrontée à d’énormes difficultés de relance ces derniers temps.

La Sucrerie Africaine de Centrafrique (SUCAF-Centrafrique) peine à se relever depuis un certain temps en République Centrafricaine. Elle est confrontée à d’énormes difficultés notamment, l’importation frauduleuse des sucres du le Soudan, du Maroc et avec des prix déloyaux.  Le protocole d’accord de partenariat entre cette société et le gouvernement était arrivé à termes depuis le 25  novembre 2018. Ce protocole d’accord permet à la Sucaf d’avoir le monopole du marché en matière de production du sucre blond dans le pays. L’absence de ce cadre juridique selon le Directeur général Martin Akem, ouvre la voie à des sucres en provenance du Soudan, du Maroc et bien d’autres. Cet afflux rend difficile la production de la Sucaf depuis ces derniers temps et amène cette société à entamer des discussions avec le gouvernement afin de signer un nouveau partenariat et de relancer ses activités.  

Martin Akem, Directeur général de la SUCAF-Centrafrique, déplore les conditions dans lesquelles vit cette société dans le pays après l’expiration de ce partenariat avec le gouvernement, « c’est depuis le mois d’aout 2018 jusqu’aujourd’hui que nous continuons les discussions en ce qui concerne le protocole d’accord avec le gouvernement centrafricain. Je pense que les autorités compétentes se sont rendues compte de la réalité sur le marché. Le sac de 50 kg du sucre soudanais se vend à Bambari entre 25.000 à 27.000 francs. A Bangui les sucres du Maroc, du Soudan etc…. se vendent frauduleusement entre 31.000 à 33.000 francs » explique-t-il.

« Or, la Sucaf vend son produit à 34.700 francs. Avec ces prix, la Sucaf ne peut pas, ou carrément elle va à la fermeture. Le gouvernement est obligé d’aider la Sucaf à faire face à ses fraudes. Je suis convaincu que les autorités vont le faire. Car, si ce protocole n’est pas signé, j’avoue que c’est la fin de la Sucaf –Centrafrique », a fait savoir le Directeur général.

La Sucaf envisage cette année d’augmenter sa production qui aujourd’hui tourne autour de 5.300 tonnes à plus de 10.000 tonnes à conditions que des compromis soient trouvés entre les deux parties.

La SUCAF-Centrafrique a été créée en 2003, suite à la privatisation de la SOGESCA, (la Société de Gestion des Sucreries Centrafricaines).   Avec son site à Ngakobo, à environ 460 kilomètres de Bangui dans la préfecture de la Ouaka sur un domaine de 5.137 ha, la Sucaf compte aujourd’hui 12.00 employés./

Judicaël Yongo.

1 commentaire

S
Ces groupes armés ont fait que des désolations par des tueries en R.C.A et de l'influence extérieure qui les manipule comme des pions. Ils veulent avoir des postes dont ils étaient incapables d'être compétents dans le gouvernement de transition de DJOTODIA. C'est ce qu'on appelle avoir les yeux plus gros que son le gouvernement de transition de DJOTODIA. C'est ce qu'on appelle avoir les yeux plus gros que son ventre. Vous avez démontré vos limites en 10 mois, nous ne sommes pas dans 1 gouvernement de transition pour que vous espérez 1 poste de ceci de cela, un 1er vice de ceci, un 2ième vice de cela. Là vous rêvez beaucoup. NOUS NE SOMMES PAS DANS 1 GOUVERNEMENT DE TRANSITION.
Et si vraiment vous pensez œuvrer dans le sens vrai de construire le pays, devenez 1 parti politique après votre intégration dans le gouvernement issu de l'élection présidentielle légale par les urnes. Ensuite faites des propositions de projet contre projet dans les partis politiques, puis c’est aux centrafricains de choisir qui sont ceux qui sont susceptibles de pouvoir gouverner avec efficacité (c'est à dire travailler pour la cité, dans une cité il y a des personnes qui y vivent).
Le passage des groupes armés vers le parti politique est inévitable, c’est ce que vous devriez savoir, si vous n’avez pas encore pensé à cela, maintenant vous êtes au courant et avisés.
» lire la suite

Mon commentaire

Dans la même catégorie
A l'arrivée du convoi humanitaire chargé de vaccins, une clameur jaillit de la foule réunie sur la place de l'église évangélique, à Mingala, un » ...la suite
Le Conseil des administrateurs de la Banque mondiale a approuvé, ce 17 mai dernier, un don de l’Association Internationale de Développement (IDA) » ...la suite
Une forte section de militaires des Forces armées centrafricaine (FACA), composée d'une centaine d'hommes, est arrivée samedi dans la ville centraf » ...la suite
Dirigeants et habitants s’en remettent à la religion dans ce pays en proie à la misère et où une guerre confessionnelle a explosé il y a six an » ...la suite
Le parti Kwa na kwa de l’ancien président, François Bozizé monte au créneau pour dénoncer le harcèlement du régime actuel par rapport à la p » ...la suite
32 femmes, toutes membres de 16 associations féminines, se rendront, à partir du 13 mai 2019, dans les 16 préfectures du pays. Leur objectif : sens » ...la suite
La Chambre préliminaire II de la Cour Pénale Internationale (CPI) a décidé ce 15 Mai 2019 de reporter le début de l'audience de confirmation des » ...la suite
Les greffiers centrafricains ne décolèrent pas et continuent d'exiger du gouvernement le payement de leurs indemnités de salaire de 7 mois. Ces gre » ...la suite
24h après le communiqué du Conseil national de défense et de sécurité (CNDS) du FPRC de Abdoulaye Issene s’opposant au déploiement des FACA » ...la suite
Les usagers du tronçon Pétévo-Bimbo se plaignent de la dégradation très avancée de cette route. Cette avenue devient de plus en plus impraticabl » ...la suite