Notre mission, toujours vous informer
Accueil » Dossiers » Respect de l'accord de paix en Centrafrique: l'UA a écouté tous les signataires
Respect de l'accord de paix en Centrafrique: l'UA a écouté tous les signataires

Centrafrique : 11 groupes armés exigent la démission du Premier ministre

 

Par  Le Figaro avec AFP Publié le 19/03/2019 à 17:10

 

Onze des quatorze groupes armés signataires de l'accord de paix centrafricain ont exigé la démission du premier ministre Firmin Ngrebada et souhaitent «discuter directement avec le Président de la république», selon un communiqué reçu mardi par l'AFP.

«Firmin Ngrebada n'est plus crédible, il ne fait donc plus office d'interlocuteur pour la suite du processus et doit être remplacé aux fonctions de Premier ministre», précise le communiqué signé lundi par onze des quatorze groupes armés présents à Addis Abeba où se tient une réunion de suivi de l'accord de paix sous l'égide de l'Union africaine (UA).

 

 

Respect de l'accord de paix en Centrafrique: l'UA a écouté tous les signataires

 

 http://www.aps.dz  Mardi, 19 Mars 2019 18:12

 

ADDIS ABEBA - L'Union africaine (UA) a affirmé mardi avoir consulté tous les signataires de l'accord de paix centrafricain à Addis Abeba, où se déroule depuis lundi une réunion de suivi de l'accord, mis à mal après l'annonce début mars du nouveau gouvernement, a déclaré  l'organisation.

"Après les consultations initiales avec tous les signataires de l'accord de paix  (...), j'ai de nouveau rencontré le Premier ministre pour échanger les points de vues sur les moyens d'accélérer la mise en oeuvre de l'accord de paix", a écrit mardi sur Twitter, Smaïl Chergui, commissaire à la Paix et à la sécurité de l'UA et principal médiateur de cette réunion.

Cette réunion de suivi a été convoquée par l'UA le 6 mars, après l'annonce du nouveau gouvernement centrafricain issu de l'accord, jugé insuffisamment "inclusif" par la majorité des groupes armés présents à Khartoum (première réunion).

La plupart d'entre eux ont alors appelé à un remaniement ministériel, affirmant toutefois ne pas se désolidariser du texte signé le 6 février et censé ramener la stabilité dans ce pays en guerre depuis 2013.

A la table de réunion, les quatorze groupes armés ont répondu présent ainsi que le gouvernement centrafricain, représenté par le Premier ministre, Firmin Ngrebada.

"Nous y allons sans a priori, dans la sérénité", a déclaré mardi aux médias, Ange Maxime Kazagui, porte-parole du gouvernement.

"Je crois qu'il est dans l'intérêt de tout le monde de faire des compromis nécessaires pour que nous puissions arriver à un gouvernement qui soit (...) fonctionnel", avait déclaré, avant l'ouverture de la réunion lundi, M. Chergui sur les ondes d'une radio internationale.

"L'inclusivité ne concerne pas que le gouvernement. Il y a d'autres institutions de l'Etat tant au niveau national que local, et ailleurs. Donc à mon avis, on arrivera à une solution", avait-il ajouté.

Cet accord de paix, soutenu par tous les partenaires de Bangui et préparé depuis 2017 par l'Union africaine, est le huitième signé depuis le début de la crise.

Aucun des précédents accords n'a abouti à un retour de la stabilité, pas plus que la présence de la Mission de paix des Nations Unies (Minusca), déployée en 2014 et forte de 11000 Casques bleus.

Il est à noter que l'Organisation des Nations unies (ONU), à travers sa mission de paix en Centrafrique, la Minusca, a salué mercredi dernier dans un communiqué rendu public la tenue de la réunion de consultations des parties signataires de l'Accord politique pour la paix et la réconciliation en République centrafricaine, en encourageant les parties à faire preuve du même esprit de dialogue et de consensus qui a prévalu lors des pourparlers à Khartoum.

Le porte-parole de la Minusca, Vladimir Monteiro, a réitéré dans le même communiqué  l'engagement de l'ONU, notamment à travers la Minusca, à travailler avec toutes les parties concernées pour la mise en œuvre de l'accord de paix.

 

 

Centrafrique: l’UA tente de relancer l’accord de paix signé en février à Khartoum

 

http://www.aps.dz   Mardi, 19 Mars 2019 12:43

 

ADDIS-ABEBA - Les représentants des 14 groupes armés centrafricains qui ont signé en février dernier un accord de paix à Khartoum, tiennent depuis lundi une réunion au siège de l'Union africaine, à Addis-Abeba, pour tenter de relancer cet accord et faire revenir les signataires à la table de discussions.

Le commissaire à la Paix et à la Sécurité de l'Union africaine (UA), Smaïl Chergui, qui a reçu les 14 acteurs centrafricains, voit dans ses rencontres un "point d'étape", destiné à mettre réellement en œuvre l'accord de paix du 5 février.

Le 5 février dernier, un accord de paix a été signé à Khartoum au Soudan entre les factions centrafricaines. C'est le huitième depuis 2013 et l'éclatement du conflit en République centrafricaine

Fin février, un nouveau Premier ministre a été nommé avec un gouvernement, mais il ne satisfait pas toutes les parties.

Après cette nomination, certains groupes armés ont claqué la porte, dans la capitale éthiopienne, et l’objectif de cette rencontre à Addis-Abeba est de les faire revenir à la table de discussions.

Selon des médias, le principal enjeu est de régler le désaccord qui oppose certains groupes armés au pouvoir centrafricain concernant la nouvelle équipe gouvernementale.

Pour rappel, cinq des 14 groupes armés signataires de l'accord de Khartoum ont désavoué le nouveau gouvernement pas assez inclusif selon eux.

D'après une source très proche du dossier, certains responsables de ces groupes insistent pour être nommés à des postes de ministres.

Le problème, explique cette même source, c'est leur statut juridique, certains d'entre eux sont poursuivis par la Cour pénale internationale ou par des tribunaux centrafricains.

 

Règlement inclusif et construction de l'unité nationale

 

Le commissaire à la Paix et à la sécurité de l'UA et médiateur du dialogue centrafricain, Smaïl Chergui, a affirmé qu'il existe encore d'autres solutions pour construire l'unité nationale sur fond d'appels aux concertations inclusives et la contribution de toutes la parties au fonctionnement des institutions de l’Etat tant au niveau national que local.

  1. Chergui a indiqué qu’il est dans "l’intérêt de tout le monde de faire des compromis nécessaires pour que nous puissions arriver à un gouvernement qui soit aussi fonctionnel et qu’on puisse réellement démarrer maintenant les autres questions qui sont incluses dans l’accord".

Dans ce contexte, des projets de textes sur la décentralisation sont soumis à l'Assemblée nationale, qui les examinera dans les prochains jours.

"Donc on voit bien qu’il y a une très bonne disponibilité de part et d’autre pour faire avancer les choses", a indiqué M. Chergui, alors que les observateurs avertissent qu'il n'est absolument pas question de revenir sur les termes de l'accord conclu début février. C'est d'ailleurs une des raisons pour lesquelles le siège de l'Union africaine à Addis-Abeba a été choisi pour tenir cette réunion.

Toutefois, plusieurs sources indiquent que le véritable travail, entre tous les interlocuteurs, devrait débuter ce mardi. Il s'agira très probablement de revoir la composition du gouvernement, de trouver un terrain d'entente afin que tous les mouvements armés s'en satisfassent.

L'ensemble des 14 milices est représenté à Addis-Abeba confirme l'UA, de quoi faire espérer que le huitième accord de paix signé en 5 ans, soit le bon. Un accord soutenu par l'ONU et la Communauté des Etats de l'Afrique centrale.

 

 

Centrafrique, la difficile conciliation d’Addis-Abeba

 

https://mondafrique.com   By  Aza Boukhris 19 mars 2019

 

L’Union Africaine est au chevet de l’Accord de Paix et de Réconciliation de Khartoum, signé à Bangui le 6 février 2019 entre le pouvoir centrafricain et les groupes armés et qui est aujourd’hui en panne.

Les parties contractantes de l’accord de Khartoum ne lisent pas le document de la même façon et contestent la version qui n’est pas la leur. A partir du 18 mars 2019, l’Union africaine pourra-telle arrondir les angles et sauver l’Accord ?  Déjà bien chiffonné, ce document pourrait bien être jeté dans la corbeille à papiers, comme les sept précédents accords.


L’Accord de Khartoum maltraité

La nomination du Gouvernement de Firmin Ngrebada est loin de satisfaire les quatorze  groupes armés signataires de l’accord ainsi que les nombreux partis politiques qui comptent, hors évidemment le mouvement « Coeurs Unis » du président Touadera et de son fidèle allié Martin Ziguele avec son parti le MLPC, créé par feu Ange-Félix Patasse.  De nombreux représentants de la société civile se sont aussi élevés contre cette nouvelle mascarade du président Touadera et de son fidèle conseiller spécial, « le Chegue » Gouandjika.


En reprenant, à leur poste et selon le même ordre protocolaire, les vingt-et-uns ministres du précédent gouvernement, celui de Mathieu SimpliceSarandji, les groupes armés estiment avoir été dupés. Leurs représentants au gouvernement auraient été marginalisés à des postes non régaliens. Seuls cinq groupes armés y étaient représentés pour six postes ministériels. D’ores et déjà le FPRC de Nourredine Adam, l’UPC de Ali Darassa, le MPC de Al-Katim se sont retirés du gouvernement. D’autres ont renoncé à l’accord de Khartoum et à sa conciliation, comme le FDPC d’Abdoulaye Miskine, le protégé du président congolais, Denis Sassou-Nguesso.

Des partis politiques ont aussi quitté le gouvernement, et non des moindres, comme le KNK de l’ancien président Bozize, furieux contre le président Touadera, son ancien Premier ministre et l’URCA d’Anicet-Georges Dologuele, le challenger du second tour de l’élection présidentielle de 2016. 

 
La réaction des groupes armés ne s’est donc naturellement pas fait attendre. Des combats sont, à nouveau, signalés et un blocus du corridor vital Bangui-frontière camerounaise menace d’asphyxier Bangui. La plupart des régions de l’arrière-pays vivent déjà en quasi autarcie et dans le dénuement.

« Addis-Abeba » pourra-t-il sauver « Khartoum »

En application de l’article 34 de l’Accord de Khartoum, certaines Parties se retrouvent donc à Addis-Abeba au siège de l’Union africaine. Il est peu probable que le Premier ministre et le Président Touadera acceptent de modifier en leur défaveur la composition du Gouvernement avec des postes régaliens offerts à des rebelles repentis.

En l’absence de toute politique de justice transitionnelle, en dehors de quelques colloques et discours de circonstances, on peut se demander si les Centrafricains s’accommoderaient aussi facilement d’une telle institutionnalisation de l’impunité.

De leur côté, les mouvements rebelles sont-ils vraiment prêts pour lâcher la proie pour l’ombre ? Un poste de ministre de l’Élevage vaut-il l’abandon de la taxation des transhumances et le vol des zébus ? Un poste irréel de modernisation de l’Administration voire même de la décentralisation viendrait-il satisfaire les comzones qui n’ont de comptes à rendre à personne ? Des postes de conseillers placardisés à la présidence, à la primature, des préfets, des directeurs sans moyens financiers et des responsables d’institutions cosmétiques seront-ils la dernière proposition de Bangui ?

Sahle-Word Zewde pourrait être de bons conseils

Les membres des délégations présentes à Addis-Abeba et les conciliateurs de l’Union africaine auraient peut-être intérêt à prendre conseil auprès de la présidence éthiopienne. Sahle-Work Zewde est Présidente de la République démocratique et fédérale d’Éthiopie depuis octobre 2018. Cette éminente personnalité était auparavant la Représentante du Secrétaire général de l’Onu auprès de l’Union africaine, après avoir été la Directrice de l’Office des Nations unies à Nairobi en 2011. Cette diplomate hors pair, d’une intégrité qui force le respect n’a-t’elle pas été une remarquable Représentante spéciale du Secrétaire général de l’ONU à Bangui de juin  2009 à mars 2011 ?

Cheffe du Bureau Intégré des Nations Unies pour la Centrafrique (BINUCA), le prédécesseur de la MINUSCA, madame Sahle-Work Zewde connaît toute la problématique de la crise centrafricaine et évidemment tout le personnel politique centrafricain et notamment le président Touadera et son Premier ministre. Durant son séjour centrafricain, elle a aussi pu rencontrer les chefs rebelles signataires de l’Accord de Khartoum. Il serait dommage de se passer de ses conseils aux uns et aux autres.

Mais n’est-il pas déjà trop tard ?

 

 

A Addis-Abeba, la réunion sur la paix en RCA fait des mécontents

 

https://www.dw.com 19.03.2019

 

Certains acteurs centrafricains dont le KNK n'ont pas été invités à la réunion de suivi de l'accord de paix de Khartoum ouverte ce lundi à Addis-Abeba. L'Union africaine rencontre le gouvernement et des groupes armés.

Christian Guenebem : "Déjà à Khartoum le parti n'avait qu'un statut d'observateur. Aujourd'hui, nous ne sommes pas conviés"

Rien n'avait encore filtré ce lundi (18.03.) de la première journée des discussions à Addis Abeba pour sauver l'accord de paix de Khartoum. L'accord avait été signé le 6 février entre le gouvernement et les groupes armés qui occupent une large partie du territoire.

La formation d'un nouveau gouvernement, où les groupes armés mais aussi des partis politiques se sentent sous représentés, a jeté le doute sur l'application de l'accord piloté par l'Union africaine. C'est donc cette organisation qui a décidé de rassembler des représentants du gouvernement et ceux des groupes armés. Le hic, c'est que les partis politiques à l'instar du Kwa Na Kwa de l'ex-président François Bozizé ne sont pas invités à Addis-Abeba.

Le KNK et d'autres formations politiques ont pourtant publié une déclaration commune manifestant leur volonté de prendre part à ces discussions de trois jours. Selon Christian Guenebem, porte-parole du parti, ce n'est pas par faute d'être disponible que le parti est absent à Addis-Abeba.

L'homme politique regrette que le Kwa Na Kwa se soit  juste vu accorder à Khartoum, "un statut d'observateur" qui lui enlève le droit de prendre la parole dans le processus. "Aujourd'hui, nous ne sommes pas conviés", déplore-t-il. 

Réunion de tous les espoirs

"Nous pensons qu'une réunion comme celle d'Addis Abeba et qui est une réunion d'évaluation de la mise en oeuvre, devrait pouvoir permettre à ce que les corrections nécessaires soient apportées afin que le nouvel Exécutif puisse s'atteler rapidement aux tâches urgentes qui sont les siennes", souhaite Christian Guenebem.

La République centrafricaine sera bientôt dotée d'ici à 2021 d'un centre pour le dialogue interreligieux. Trois leaders religieux centrafricains représentants les musulmans, les évangélistes et les catholiques étaient invités à Berlin la semaine dernière et ils en ont profité pour plaider en faveur de la construction de ce centre à Bangui, soutenue par l'ONG allemande House Of One.

Un concours d'architecture aura lieu en 2020 pour retenir un plan de construction de l'édifice.

2 commentaires

S

Si la problématique des 14 groupes armés, est de devenir MINISTRE, c'est que ces groupes armés n'ont pas compris l'expérience récréative, anarchique, désordonnée de DJOTODIA et son groupe Séléka dans l'exercice du pouvoir, qui s'est soldé par 1 renvoi pur et simple de DJOTODIA et les Séléka par la exercice du pouvoir, qui s'est soldé par 1 renvoi pur et simple de DJOTODIA et les Séléka par la CEMAC, pour INCOMPETENCES PROFESSIONNELLES et INSTABILITE SECURITAIRE de la sous région de l'Afrique Centrale. Vous pouvez vous en enquérir du pourquoi de votre départ auprès d'un responsable cadre de la CEMAC d'une autre nationalité différente, d'un cadre de nationalité centrafricaine, car on ne doit pas parler avec légèreté.

Maintenant si vous persistez que votre finalité actuelle c'est d'être ministre, alors vous avez mis la barre très haute en surestimant votre capacité réelle de production sur le terrain ministériel de façon efficiente, car malheureusement de vous dire que la donne actuelle est dans la dynamique d'avancement réelle du travail visible par les centrafricains et non 1 travail invisible.
La théorie du travail INVISIBLE ne tient plus la route et cela est valable pour tous les exécutifs que pour les législatifs on ne peut plus :
Se la couler douce en catimini,
Ni vu, ni connu
On continue les mauvais résultats, non et non.
Nous sommes dans une phase de transpiration, de création, de mise en œuvre, de réalisation de projet à voir par tous.
Avez-vous vu l'Ethiopie il y a 20 ans en arrière et celle d'aujourd'hui ? Alors posez-vous les vraies questions de base !!!!

Acceptez de voir la réalité en face, il n'y a pas que le poste de ministre où l'on peut se faire talentueux, il y a des postes en tant que directeur, où vous pouvez être responsable, pour faire avancer ce pourquoi vous dirigez, pour avancer le pays. La surestimation par rapport à sa valeur réelle tant au niveau national qu'international dan les échanges risquent d'être un retour de boomerang qui peut vous faire des tournis et perdre l'équilibre dans la responsabilité d'1 poste. L'exemple de l'équipe de DJOTODIA est 1 cas typique d'école, à prendre en considération pour ne pas se faire avoir.
Il y a 1 cas d'un ancien collègue avec qui, nous avons commencé l'Ecole primaire aux Castors, dont mon oncle paternel était Directeur de l'Ecole Castors. Et avec ce collègue on s'est retrouvé au lycée, ensuite il a continué à l'université de Bangui et a fait quelques stages à l'étranger en gestion des RH, puis est devenu Directeur, puis ministre plusieurs fois dans le même secteur d'activité, car il a la compétence réelle pour gérer les situations complexes sur le terrain et il avait appris la base de sa compétence professionnelle sur le terrain et cela ne s'improvise pas, c'est une réalité dont vous devriez en être conscient, il n'y aura pas de temps à l'amateurisme. Cela est aussi valable pour tous ceux qui veulent embrasser 1 poste ministériel qu'ils viennent de la société civile, des forces vives de la nation, des partis politiques, on vous demande de donner 1 résultat positif de travail.

1) Maintenant la situation de l'impunité de certains de ces groupes armés qui ont fait des exactions et ne peuvent se passer des exactions et autres comportement de bandits de grande rue, l'impunité gratuite ne peut passer dans la gorge des centrafricains.

2) Lorsqu'1 groupe armé a intégré 1 poste ou 1e fonction quelconque dans 1 gouvernement légal issu de l'élection présidentielle par les urnes, l'Assemblée Nationale Centrafricaine, va devoir prendre acte de l'intégration de ce groupe armé dans le gouvernement, de facto comme 1 parti politique, et que l’immunité ne fonctionne pas pour les situations de crimes contre l’humanité à travers les différentes exactions.

3) Que les auteurs des exactions ne pensent pas que tout est absout, que les centrafricains ont passé l’éponge et essuie les méfaits criminels exercés sur les populations civiles, non la justice nationale et internationale continuent de travailler sur les justiciables.
» lire la suite
S

Si la problématique des 14 groupes armés, est de devenir MINISTRE, c'est que ces groupes armés n'ont pas compris l'expérience récréative, anarchique, désordonnée de DJOTODIA et son groupe Séléka dans l'exercice du pouvoir, qui s'est soldé par 1 renvoi pur et simple de DJOTODIA et les Séléka par la exercice du pouvoir, qui s'est soldé par 1 renvoi pur et simple de DJOTODIA et les Séléka par la CEMAC, pour INCOMPETENCES PROFESSIONNELLES et INSTABILITE SECURITAIRE de la sous région de l'Afrique Centrale. Vous pouvez vous en enquérir du pourquoi de votre départ auprès d'un responsable cadre de la CEMAC d'une autre nationalité différente, d'un cadre de nationalité centrafricaine, car on ne doit pas parler avec légèreté.

Maintenant si vous persistez que votre finalité actuelle c'est d'être ministre, alors vous avez mis la barre très haute en surestimant votre capacité réelle de production sur le terrain ministériel de façon efficiente, car malheureusement de vous dire que la donne actuelle est dans la dynamique d'avancement réelle du travail visible par les centrafricains et non 1 travail invisible.
La théorie du travail INVISIBLE ne tient plus la route et cela est valable pour tous les exécutifs que pour les législatifs on ne peut plus :
Se la couler douce en catimini,
Ni vu, ni connu
On continue les mauvais résultats, non et non.
Nous sommes dans une phase de transpiration, de création, de mise en œuvre, de réalisation de projet à voir par tous.
Avez-vous vu l'Ethiopie il y a 20 ans en arrière et celle d'aujourd'hui ? Alors posez-vous les vraies questions de base !!!!

Acceptez de voir la réalité en face, il n'y a pas que le poste de ministre où l'on peut se faire talentueux, il y a des postes en tant que directeur, où vous pouvez être responsable, pour faire avancer ce pourquoi vous dirigez, pour avancer le pays. La surestimation par rapport à sa valeur réelle tant au niveau national qu'international dan les échanges risquent d'être un retour de boomerang qui peut vous faire des tournis et perdre l'équilibre dans la responsabilité d'1 poste. L'exemple de l'équipe de DJOTODIA est 1 cas typique d'école, à prendre en considération pour ne pas se faire avoir.
Il y a 1 cas d'un ancien collègue avec qui, nous avons commencé l'Ecole primaire aux Castors, dont mon oncle paternel était Directeur de l'Ecole Castors. Et avec ce collègue on s'est retrouvé au lycée, ensuite il a continué à l'université de Bangui et a fait quelques stages à l'étranger en gestion des RH, puis est devenu Directeur, puis ministre plusieurs fois dans le même secteur d'activité, car il a la compétence réelle pour gérer les situations complexes sur le terrain et il avait appris la base de sa compétence professionnelle sur le terrain et cela ne s'improvise pas, c'est une réalité dont vous devriez en être conscient, il n'y aura pas de temps à l'amateurisme. Cela est aussi valable pour tous ceux qui veulent embrasser 1 poste ministériel qu'ils viennent de la société civile, des forces vives de la nation, des partis politiques, on vous demande de donner 1 résultat positif de travail.

1) Maintenant la situation de l'impunité de certains de ces groupes armés qui ont fait des exactions et ne peuvent se passer des exactions et autres comportement de bandits de grande rue, l'impunité gratuite ne peut passer dans la gorge des centrafricains.

2) Lorsqu'1 groupe armé a intégré 1 poste ou 1e fonction quelconque dans 1 gouvernement légal issu de l'élection présidentielle par les urnes, l'Assemblée Nationale Centrafricaine, va devoir prendre acte de l'intégration de ce groupe armé dans le gouvernement, de facto comme 1 parti politique, et que l’immunité ne fonctionne pas pour les situations de crimes contre l’humanité à travers les différentes exactions.

3) Que les auteurs des exactions ne pensent pas que tout est absout, que les centrafricains ont passé l’éponge et essuie les méfaits criminels exercés sur les populations civiles, non la justice nationale et internationale continuent de travailler sur les justiciables.
» lire la suite

Mon commentaire

Dans la même catégorie
L’audience de confirmation des charges dans l’affaire le procureur contre Alfred Yékatom Rombhot et Patrice Edouard Ngaïssona démarre ce jeudi » ...la suite
L’audience de confirmation des charges dans l’affaire le procureur contre Alfred Yékatom Rombhot et Patrice Edouard Ngaïssona démarre ce jeudi » ...la suite
Un «godobe», enfant des rues en République centrafricaine, raconte ses rapports avec les militaires de l'opération Sangaris. Qu'est-ce que fair » ...la suite
Les affrontements entre groupes armés se poursuivent en Centrafrique. 24 miliciens ont été tués au nord-est de la Centrafrique, dans des combats e » ...la suite
L'assouplissement de l'embargo de l'ONU sur les armes à destination de la Centrafrique est une victoire symbolique pour le régime de Bangui. Mais il » ...la suite
L’Accord de Khartoum, signé le 6 février 2019, semble être sur le point de rejoindre les sept précédents accords de paix qui n’ont jamais pu » ...la suite
Une vingtaine de personnes dont un civil, ont perdu la vie dans les combats entre deux groupes armés dans l’extrême nord-est de la Centrafrique d » ...la suite
(Ecofin Hebdo) vendredi, 13 septembre 2019 10:58 - Chassé du pouvoir en 2013 par les rebelles de la Séléka et abandonné par ses pairs, l’ex-pré » ...la suite
Le chantier de Kolo situé à 25 Km de Mingala dans la Basse-Kotto a été assiégé ce 3 septembre 2019 par des combattants de l’UPC de Ali Darrass » ...la suite
Le président congolais Denis Sassou-Nguesso était reçu mardi 3 septembre à l’Élysée pour un déjeuner de travail avec le président Macron. S » ...la suite