Notre mission, toujours vous informer
Accueil » Dossiers » Centrafrique : la promotion des rebelles fait débat
Centrafrique : la promotion des rebelles fait débat

Lu pour vous

 

https://www.cameroon-tribune.cm  Par Sainclair MEZING  29 Mars 2019 12:19

 

L’entrée des mouvements armés au sein de l’appareil étatique n’est pas du goût de l’opposition et de la société civile

 

Le président centrafricain vient de signer trois décrets portant nomination de personnalités dans son cabinet. Le premier rappelle aux affaires son ancien Premier ministre, Simplice Mathieu Sarandji, débarqué il y a quelques semaines au profit de Firmin Ngredaba, qui devient ministre d’Etat, conseiller spécial à la présidence de la République.

Alors que le deuxième texte porte Madame Senga née Renazou Diane Prisca au poste de conseiller en matière de Genre et des Affaires sociales à la présidence de la République. Le troisième décret quant à lui fait d’Aboulkassim Algoni, coordonnateur politique du mouvement patriotique pour la Centra frique (MPC) de Mahamat Alkatim, conseiller spécial. Plusieurs autres responsables des groupes armés sont également promus.

Mais, ces promotions intervenues quelques jours seulement après celles au sein des Services du Premier et dans certains départements ministériels sont loin de faire l’unanimité au sein de l’opinion. Pour Jean-Serge Bokassa, ancien ministre de l’Administration du territoire et coordonnateur principal d’un cercle de réflexion politique opposé au pouvoir, cette large ouverture accordée aux mouvements armés est loin de convaincre.

«Le choix de Touadera de nommer les groupes armés ne respecte pas la Constitution. Ce choix est une compromission», souligne-t-il. «Ce gouvernement n’est pas inclusif en ce sens qu’il n’est pas représentatif des forces politiques et sociales du pays», dénonce Me Nicolas Tiangaye, ancien Premier ministre et président de la Convention républicaine pour le progrès social (CRPS).

Quant à Gervais Lakosso, coordonnateur du groupe de travail de la société civile sur la crise centrafricaine, plusieurs auteurs présumés des crimes, aujourd’hui promus, pourraient se soustraire de la justice. Le régime centrafricain semble plutôt serein, d’autant plus que le chef de l’Etat a fait savoir qu’il est hors de questions que la signature de l’accord de paix de Khartoum soit synonyme d’impunité.

 

1 commentaire

je joins ma voix à tous les centrafricains qui disent non à l'entrer des rebelles dans le gouvernement centrafricain. Je pense que Mr Touadéra voyant son mandat tiré à sa fin et de ne pas été capable de ramener la paix en RCA, a imaginé cette solution pour faire croire aux centrafricains qu'il a ramené la paix paix en RCA, a imaginé cette solution pour faire croire aux centrafricains qu'il a ramené la paix. mais nous ne sommes pas dupes . je pense que même s'il revenait pour un deuxième mandat, il serait incapable de ramener la paix en Centrafrique. il n'est pas rigoureux et est incapable de prendre de bonnes directives pour la RCA, s'il aime vraiment la RCA, qu'il se contente de finir son mandat et de laisser la place à celui qui serait destiné à cela. » lire la suite

Mon commentaire

Dans la même catégorie
L’audience de confirmation des charges dans l’affaire le procureur contre Alfred Yékatom Rombhot et Patrice Edouard Ngaïssona démarre ce jeudi » ...la suite
L’audience de confirmation des charges dans l’affaire le procureur contre Alfred Yékatom Rombhot et Patrice Edouard Ngaïssona démarre ce jeudi » ...la suite
Un «godobe», enfant des rues en République centrafricaine, raconte ses rapports avec les militaires de l'opération Sangaris. Qu'est-ce que fair » ...la suite
Les affrontements entre groupes armés se poursuivent en Centrafrique. 24 miliciens ont été tués au nord-est de la Centrafrique, dans des combats e » ...la suite
L'assouplissement de l'embargo de l'ONU sur les armes à destination de la Centrafrique est une victoire symbolique pour le régime de Bangui. Mais il » ...la suite
L’Accord de Khartoum, signé le 6 février 2019, semble être sur le point de rejoindre les sept précédents accords de paix qui n’ont jamais pu » ...la suite
Une vingtaine de personnes dont un civil, ont perdu la vie dans les combats entre deux groupes armés dans l’extrême nord-est de la Centrafrique d » ...la suite
(Ecofin Hebdo) vendredi, 13 septembre 2019 10:58 - Chassé du pouvoir en 2013 par les rebelles de la Séléka et abandonné par ses pairs, l’ex-pré » ...la suite
Le chantier de Kolo situé à 25 Km de Mingala dans la Basse-Kotto a été assiégé ce 3 septembre 2019 par des combattants de l’UPC de Ali Darrass » ...la suite
Le président congolais Denis Sassou-Nguesso était reçu mardi 3 septembre à l’Élysée pour un déjeuner de travail avec le président Macron. S » ...la suite