Notre mission, toujours vous informer
Accueil » Dossiers » Affaire J. Bendounga gouvernement devant la Cour Constitutionnelle : le verdict attendu le 5 avril prochain
Affaire J. Bendounga gouvernement devant la Cour Constitutionnelle : le verdict attendu le 5 avril prochain

 

https://www.radiondekeluka.org mardi 2 avril 2019 13:25

 

Joseph Bendounga, président du Mouvement Démocratique pour la Renaissance et l’Evolution de Centrafrique (MDREC) a accusé le chef de l'Etat Faustin Archange Touadéra de violation de la loi fondamentale du pays. L'audience s'est tenue ce mardi 2 avril devant les juges de la Cour Constitutionnelle.

Les sages de la Cour Constitutionnelle, conduits par Marcel Ouaboué, Vice président de l’institution, sont appelés à statuer de façon contradictoire sur la plainte de Joseph Bendounga, président du MDREC. A l’origine, les dispositions de l’Accord de paix de Khartoum qui se heurtent à la Constitution. Joseph Bendounga étale ici les points de violations.

"Tout acte posé par chaque citoyen doit être en conformité avec la Constitution et le Président Touadéra a juré de la respecter. Malheureusement pour la République Centrafricaine, force est de constater que depuis que le président a pris ses fonctions, il a commencé à violer cette constitution. Il n'a pas respecté la loi sur la parité et a posé plusieurs actes contraires à la Constitution" a-t-il déclaré.

L’avocat d’Etat, Me Bizon étant absent du prétoire, la Cour a pris acte de son absence et met l’affaire en délibérée pour le 5 avril prochain. Une demie victoire pour Joseph Bendounga de demander à cette Cour de démettre le président Faustin Archange Touadéra.

"Nous déplorons que l'avocat de l'Etat ne soit pas là, il a fui le débat, parce qu'il n'a rien à dire des articles 23, 28, 38 de la Constitution violés par le Président de la République et par les rebelles sans oublier les articles 29 et 43. Devant cette situation, c'est la violation de son serment donc le parjure. Et s'il lui reste un brin d'honneur, il doit démissionner" a-t-il lancé.

Le président du MDREC n’est pas à sa première saisine des juridictions. En 2018, il a saisi le Conseil d’Etat aux fins d’annulation du décret nommant les membres des groupes armés au gouvernement. Le Conseil d’Etat l’a débouté de sa requête.

0 commentaire

Soyez la première personne à vous exprimer !

Mon commentaire

Dans la même catégorie
Le chef rebelle centrafricain Abdoulaye Miskine et trois de ses compagnons, qui avaient été arrêtés au Tchad, ont été placés sous mandat de dé » ...la suite
Lorsqu’on parle des événements du 28 mai en République centrafricaine, il me revient à l’esprit deux évènements majeurs tant par leur gravit » ...la suite
Récit Colette Braeckman Lorsqu’un vieil homme courbé par les ans, la voix éteinte, le pas hésitant, comparaîtra bientôt devant la justice » ...la suite
Longtemps critiquée pour la lenteur de sa mise en place, la juridiction créée en 2015 est à l’origine de 18 arrestations au sein de groupes arm » ...la suite
La Cour pénale spéciale, cour hybride lancée officiellement en octobre 2018 pour juger les crimes graves commis sur le territoire centrafricain dep » ...la suite
Dans sa question adressée au Vice-premier ministre, ministre de l'intérieur, sécurité et affaires coutumières Gilbert Kankonde lors de la pléni » ...la suite
Rwanda, l’argent du génocide (1/3). Vingt-cinq ans après les événements, « Le Monde » revient sur le financement du processus génocidaire qui » ...la suite
L’ancien interprète du juge Jean Louis Brugière et proche de Patrick Balkany, Fabien Singaye, dont les réseaux sont puissants en Centrafrique, é » ...la suite
Depuis le déploiement du 1er pont aérien humanitaire entre le France et la République Centrafricaine le 8 mai 2020, de folles rumeurs circulent aut » ...la suite
Alors qu’on lui prédisait un cataclysme sanitaire, le continent africain a pour l’instant été relativement épargné par la pandémie de Covid- » ...la suite