Notre mission, toujours vous informer
Accueil » Société » RCA: à Obo, les Faca bien seules face à la situation sécuritaire dégradée
RCA: à Obo, les Faca bien seules face à la situation sécuritaire dégradée

 

Par RFI Publié le 10-04-2019 Modifié le 10-04-2019 à 10:30

 

À Obo, plusieurs évènements ont secoué la préfecture du Haut-Mbomou ces derniers mois. Le meurtre du seul gendarme présent dans la ville – un commandant de brigade – a beaucoup choqué. En plus, un certain nombre de meurtres ont eu lieu aussi en périphérie de la ville il y a quelques semaines. Des enquêtes sont en cours. Ici à Obo, seuls une compagnie de forces armées centrafricaines et un détachement du bataillon marocain des forces des Nations unies sont présents. Mais les autorités se veulent rassurantes.

Le lieutenant Alexis Benayang-Nzapa-Honyoro est le commandant de la base Faca à Obo. Il a pris la relève il y a un mois environ.

« On fait des patrouilles en véhicule dans la ville, et un peu hors de la ville, explique-t-il. Des patrouilles conjointes avec la Minusca. Dès qu’il y a des rumeurs, on se précipite sur les lieux pour rassurer la population. Notre mission, c’est de protéger la population et leurs biens. »

C’est une des seules compagnies déployées sur le territoire. « On n’est pas formés pour rester à Bangui. Nous sommes là pour la défense du territoire centrafricain. »

À la suite des derniers meurtres, beaucoup craignent les manipulations confessionnelles. Il est compliqué de déterminer qui sont les auteurs des crimes à Obo. Car la LRA, très longtemps active dans la zone, a changé de mode opératoire, explique le préfet Judes Ngayoko : « Ils se sont divisés en petits groupes et c’est comme ça qu'ils agissent ; selon notre expérience, depuis que je suis ici, ils ont changé de mécanisme. Maintenant, ils ne tuent pas mais ils cherchent de quoi manger et ils font transporter ce qu'ils volent par les prisonniers. Une fois arrivés au point de chute, ils les relâchent. Mais ils sont là toujours. Ils sillonnent la localité. »

Pas de policiers, pas de gendarmes à Obo… Difficile d’enrayer en plus la délinquance et le banditisme ici où il n’y a ni tribunal, ni prison.

 

1 commentaire

N
Obo-Là-Obo ! Obo-Ndè-Zémio-Ndè ! QUI VEUT DIRE: ICI C'EST OBO ET OBO N'EST PAS ZEMIO. C'EST UN OISEAU MYSTERIEUX ET INVISIBLE QUI VOUS ANNONCE VOTRE ARRIVEE A OBO. IL VOUS CHANTE CETTE CHANSON DES VOTRE ARRIVEE A OBO. IL VOUS AVERTI DE PRENDRE SOIN DE VOUS ET DE FAIRE ATTENTION EN TOUTES CHOSES. GARE AUX HOMMEOBO. IL VOUS AVERTI DE PRENDRE SOIN DE VOUS ET DE FAIRE ATTENTION EN TOUTES CHOSES. GARE AUX HOMMES GALANTS OU AUX PERVERS SEXUELS. LES FEMMES ZANDES SONT TRES BELLES ET DOUCES. MÊME MARIEES, ELLES VOUS DIRONT TOUJOURS QU'ELLES SONT CELIBATAIRES ET ELLES ATTIRENT. CONSEILS AUX HOMMES QUI ARRIVENT POUR LA PREMIERE FOIS A OBO: FAITES ATTENTION A CES FEMMES MARIEES. GARDEZ FERMEMENT DANS VOS PANTALONS VOS ENGINS. NE TOMBEZ PAS DANS LE PIEGE ADULTERIEN AVEC CES FEMMES "MARIEES-CELIBATAIRES" CAR CELA PEUT VOUS COÛTER TRES CHER. LES REGLEMENTS DE COMPTE POUR ADULTERE SE FONT DANS L'EAU (RIVIERE OU FLEUVE) PAR LES BAWANDES (TALINGBI). A OBO, POUR PUNIR, ON MET UN COQ OU UN BOEUF VIVANT DANS LE VENTRE DU FAUTIF. LE COQ CHANTERA OU LE BOEUF BEUGLERA CHAQUE FOIS. MAIS LORSQUE CE DERNIER ECOUTERA LE CHANT DU COQ OU LE BEUGLEMENT, CE SERA SON DERNIER JOUR DE VIE SUR TERRE. CECI SE PASSE A OBO. Obo-Là-Obo ! Obo-Ndè-Zémio-Ndè ! VOILA ENCORE DANS CETTE LOCALITE MYSTERIEUSE LA POPULATION VIT AVEC LA PEUR AU VENTRE: IL N'A PAS DE POLICIERS, PAS DE GENDARMES, PAS DE TRIBUNAL, PAS DE PRISON. LES BANDITS ET LES MERCENAIRES DEAMBULENT DANS LA NATURE ET COMMETTENT LEURS FORFAITS SANS S'INQUITER. » lire la suite

Mon commentaire

Dans la même catégorie
Une perte d’environ 5milliards est enregistrée la semaine dernière par l’Etat centrafricain suite à l’insécurité provoquée sur l’axe Bo » ...la suite
Une perte d’environ 5milliards est enregistrée la semaine dernière par l’Etat centrafricain suite à l’insécurité provoquée sur l’axe Bo » ...la suite
Dans son message de Pâques en date du 16 avril 2019, intitulé « En route avec le Christ », Mgr Nestor Désiré Nongo Aziagbia, sma, évêque de Bo » ...la suite
Plusieurs associations des victimes centrafricaines ne partagent pas entièrement le contenu de l’accord de paix de Khartoum signé à Bangui le 06 » ...la suite
Les éléments du FDPC de Martin Koumatamadji alias Abdoulaye Miskine ont brulé lundi 22 avril aux environs de 18 heures au village Boré deux gros v » ...la suite
Reporters Sans Frontières a actualisé ce jeudi 18 avril 2019 son classement 2019 sur la liberté de la presse dans le monde. Sur 189 pays, la Répub » ...la suite
Reporters Sans Frontières a actualisé ce jeudi 18 avril 2019 son classement 2019 sur la liberté de la presse dans le monde. Sur 189 pays, la Répub » ...la suite
Ali Darassa, chef de l'un des groupes armés de Centrafrique, vient d'être investi par l'ONU et Bangui comme autorité militaire à Bambari, ville st » ...la suite
Le Directeur Général de la police centrafricaine, Colonel Bienvenu Zokoué, a donné ce 17 avril un autre son de cloche au sujet de l’affaire des » ...la suite