Notre mission, toujours vous informer
Accueil » Dossiers » Centrafrique: critères onusiens pour une levée de l'embargo sur les armes
Centrafrique: critères onusiens pour une levée de l'embargo sur les armes

 

Le Conseil de sécurité de l'ONU a adopté mardi à l'unanimité une déclaration établissant des critères vers une possible levée d'ici la fin de l'année de l'embargo sur les armes imposé à la Centrafrique depuis 2013.

Cette levée est demandée depuis longtemps par la Centrafrique qui affirme que l'embargo l'empêche de lutter efficacement contre les groupes armés toujours actifs dans la majeure partie du pays.

Les critères vont de la nécessité de progrès dans la mise en oeuvre du programme gouvernemental de désarmement et de réintégration d'anciens combattants, à l'établissement d'un protocole pour la collecte et la destruction d'armes pour éviter leur dissémination, en passant notamment par la création d'un document de planification détaillant les besoins en matière de gestion des armes et des munitions.

En fonction des avancées réalisées dans ces domaines, "le Conseil de sécurité est prêt à revoir l'embargo sur les armes imposé au gouvernement centrafricain via une suspension ou une levée progressive de ses mesures", précise la déclaration rédigée par la France.

Un rapport est demandé à cet égard à la Centrafrique fin juin. Sur cette base, le secrétaire général de l'ONU devra ensuite remettre une évaluation des progrès au Conseil fin juillet. Le Conseil de sécurité décidera au plus tard le 30 septembre d'alléger ou non l'embargo sur les armes, précise la déclaration.

Selon une source diplomatique, une éventuelle levée de l'embargo, qui ne concernera que certains types d'armes, pourrait se traduire à l'avenir par l'obligation pour le gouvernement centrafricain d'une notification à l'ONU lors de ses acquisitions ou réceptions de dons.

Depuis 2013, l'embargo sur les armes est total mais a bénéficié depuis 2017 de quelques exemptions accordées par l'ONU, notamment à la Russie et à la France, pour équiper des unités de l'armée centrafricaine en voie de reconstitution.

L'ONU maintient en Centrafrique une force de paix de quelque 13.000 militaires et policiers. Début février, Bangui a conclu un accord de paix avec quatorze groupes armés qui a débouché sur la formation d'un nouveau gouvernement fin mars incluant des représentants de ces groupes.

Riche en ressources naturelles, la Centrafrique est déchirée par la guerre depuis 2013. Près d'un quart de ses 4,5 millions d'habitants ont dû fuir leur domicile.

AFP

1 commentaire

N
LE PAYS EST LOIN DE RETROUVER SON AUTORITE PARCE QUE 14 GROUPES BIEN ARMES OCCUPENT DEPUIS LONGTEMPS UNE BONNE PARTIE DU TERRITOIRE ET SEMENT LE CHAOS. MAIS SEULEMENT POUR CETTE SITUATION BIEN PREOCCUPANTE DE DESORDRE ET D'INSECURITE, L'ONU N'A TOUJOURS PAS L'AIR DE SE DECIDER DE LA LEVEE DE L'EMBARGO POUR RETABLIR L'O D'INSECURITE, L'ONU N'A TOUJOURS PAS L'AIR DE SE DECIDER DE LA LEVEE DE L'EMBARGO POUR RETABLIR L'ORDRE REPUBLICAIN. PAR CONSEQUENT, LE GOUVERNENT RESTE ET DEMEURE IMPUISSANT FACE AUX GROUPES ARMES ILLEGAUX DE VOYOUS QUI SE COMPORTENT COMME DES MAÎTRES. » lire la suite

Mon commentaire

Dans la même catégorie
L’audience de confirmation des charges dans l’affaire le procureur contre Alfred Yékatom Rombhot et Patrice Edouard Ngaïssona démarre ce jeudi » ...la suite
L’audience de confirmation des charges dans l’affaire le procureur contre Alfred Yékatom Rombhot et Patrice Edouard Ngaïssona démarre ce jeudi » ...la suite
Un «godobe», enfant des rues en République centrafricaine, raconte ses rapports avec les militaires de l'opération Sangaris. Qu'est-ce que fair » ...la suite
Les affrontements entre groupes armés se poursuivent en Centrafrique. 24 miliciens ont été tués au nord-est de la Centrafrique, dans des combats e » ...la suite
L'assouplissement de l'embargo de l'ONU sur les armes à destination de la Centrafrique est une victoire symbolique pour le régime de Bangui. Mais il » ...la suite
L’Accord de Khartoum, signé le 6 février 2019, semble être sur le point de rejoindre les sept précédents accords de paix qui n’ont jamais pu » ...la suite
Une vingtaine de personnes dont un civil, ont perdu la vie dans les combats entre deux groupes armés dans l’extrême nord-est de la Centrafrique d » ...la suite
(Ecofin Hebdo) vendredi, 13 septembre 2019 10:58 - Chassé du pouvoir en 2013 par les rebelles de la Séléka et abandonné par ses pairs, l’ex-pré » ...la suite
Le chantier de Kolo situé à 25 Km de Mingala dans la Basse-Kotto a été assiégé ce 3 septembre 2019 par des combattants de l’UPC de Ali Darrass » ...la suite
Le président congolais Denis Sassou-Nguesso était reçu mardi 3 septembre à l’Élysée pour un déjeuner de travail avec le président Macron. S » ...la suite