Notre mission, toujours vous informer
Accueil » Société » Nouvelles nationales sur RNL
Nouvelles nationales sur RNL

Nana Mambéré : Le FDPC brûle deux camions et fait des otages

 

https://www.radiondekeluka.org  mardi 23 avril 2019 13:02

 

Les éléments du FDPC de Martin Koumatamadji alias Abdoulaye Miskine ont brulé lundi 22 avril aux environs de 18 heures au village Boré deux gros véhicules en provenance de Bangui et une motocyclette. Ces hommes armés auraient aussi pris en otage plusieurs personnes.

Les deux véhicules de dix roues de marque Mercedes Benz, brûlés, transportaient des containers en provenance de Bangui pour Douala au Cameroun. Les camions se tractaient car l'un était tombé en panne. Un conducteur de moto-taxi qui empruntait la voie a été lui aussi pris pour cible, sa moto a été brûlée. Les faits du FDPC ont commis se sont déroulés aux environs de 18 heures au village Boré entre Baboua et Galo.

Lors de cette opération, les deux conducteurs, les deux apprentis, le conducteur de la moto et plusieurs habitants du village Djiba ont été kidnappés. Selon des sources locales, ces habitants pris en otage, se rendaient au village Fambèlè à pied pour célébrer un mariage. Jusqu'à l'heure, la destination de ces otages n'est pas encore connue, moins encore leur nombre exact.

Après l'attaque de leur base au village Zoukombo le 5 avril 2019 par les soldats Bangladais de la Minusca, les éléments du FDPC ont ouvert le feu la veille sur un convoi du contingent camerounais des Nations Unies à deux reprises au village Petit Douala et se sont retirés en brousse. C'est après deux semaines que ces hommes armés ont fait irruption au village Boré pour perpétrer cette nouvelle attaque.

 

 

"L'accord de Khartoum est supra national" dixit Eric Didier Tambo

 

https://www.radiondekeluka.org   mardi 23 avril 2019 05:56

 

Le procureur général près la Cour d'Appel de Bangui, Eric Didier Tambo a indiqué à Radio Ndeke Luka que l'accord de Khartoum signé le 6 février entre le gouvernement et les 14 groupes armés à Bangui est au-dessus de la Constitution de la République Centrafricaine promulguée le 30 mars 2016.

Il a réfuté l'idée de n'être qu'attentif aux mouvements pacifiques contre le régime de Bangui et n'avoir pas fait assez pour traquer ceux qui torpillent la stabilité du pays. En réponse, c'est une question d'opportunité pour mettre la main sur tous ceux qui sont visés par une enquête de sa chambre. "Ces crimes sont des crimes imprescriptibles et nous ne sommes pas seuls à nous intéresser à cela. Il y a la Cour Pénale Spéciale, la Cour Pénale Internationale" a-t-il précisé.

Par conséquent, il engage la société civile en particulier le GTSC à changer de statut pour faire de la politique que d'utiliser le nom de la société civile afin de demander la démission du président élu. C'est la substance de ses échanges avec Inès Laure Ngopot.  

 

RCA : Des médecins "lésés" dénoncent des pratiques injustes du ministre Somsé

 

https://www.radiondekeluka.org  mardi 23 avril 2019 13:18

 

Le collectif des médecins centrafricains "lésés" durant les dernières affectations a dénoncé des pratiques qu'il a qualifiées d'injustes de la part du Ministre de la Santé Publique, Docteur Pierre Somsé. Selon ces médecins, le chef du département a procédé à des affectations contraires aux textes juridiques, et à des postes qui ne sont pas prévus dans l'organigramme du Ministère.

La dénonciation a été faite dans un document de 10 pages intitulé "Le collectif des médecins et autres cadres de la santé lésés par les différents mouvements de nomination ou d'affectation" rendu public le 6 février 2019.

"Depuis la nomination du ministre Pierre Somsé, nous assistons à une gestion et une gouvernance calamiteuse. Les nominations se font par népotisme sur un fond ethnique et donc sur une base d'injustice", a expliqué Dr Elysée Richard Bézo, coordonnateur du collectif indiquant que "une personne de son entourage amical peut occuper deux postes dans un même décret. Des stagiaires qui n'ont fait que 2 à 3 mois d'expérience professionnelle sont nommés dans les corps d'emploi supérieur de l'Etat".

Selon Dr Elysée Richard Bézo, "la loi prévoit un délai minimal de 2 ans au poste pour un fonctionnaire de l'Etat" soulignant que la "fréquence d'affectation est quand même anormale".

Contacté par Radio Ndeke Luka, le ministre Pierre Somsé répond hors micro qu'il n'a pas d'explication à donner à ce groupe de médecins. Ce qui compte pour lui, "ce sont les résultats de sa méthode de gestion dans les structures sanitaires et non le processus" ajoutant être "libre de choisir celui avec qui travailler".

0 commentaire

Soyez la première personne à vous exprimer !

Mon commentaire

Dans la même catégorie
PK5. Un nom qui claque depuis trop longtemps comme l’enclenchement d’une arme automatique. Le quartier, il est vrai, a vécu des heures terribles » ...la suite
Première réunion ce mercredi 17 juillet du comité stratégique de pilotage de la mise en place des unités spéciales mixtes de sécurité en Centr » ...la suite
Le député de Ngaoundaye Bernard Dillah, président de la commission d'enquête parlementaire est très remonté contre l'exploitation de l'or par le » ...la suite
Les policiers centrafricains sont montés au créneau pour dénoncer une décision des autorités de Bangui confiant la délivrance des documents admi » ...la suite
Des combats ont eu lieu ce dimanche 14 juillet dans la ville de Am Dafok, à l’extrême Nord-Est du pays, à la frontière avec le Soudan, entre deu » ...la suite
L’option prise par plusieurs ONG et partenaires dont l’Onu d’orienter les Centrafricains vers le maraîchage pour qu’ils n’aient plus à all » ...la suite
Des élus de la nation ont été corrompus par des entreprises chinoises engagées dans l’exploitation de l’or. C’est la conclusion d’une enqu » ...la suite
Les éléments du Front démocratique du peuple centrafricain (FDPC) éligibles au DDRR “ont été complètement désarmés”, a déclaré Kenn » ...la suite
Le Gouvernement centrafricain sollicite le soutien de la France afin de plaider pour la levée totale de l’embargo infligé à la RCA par le Conseil » ...la suite
Des compagnies minières chinoises responsables « d'un désastre écologique dans la région de Bozoum » au nord-ouest de Bangui, c'est ce que déno » ...la suite