Notre mission, toujours vous informer
Accueil » Dossiers » En Centrafrique, l’accord de paix promeut les chefs de guerre mais les violences perdurent
En Centrafrique, l’accord de paix promeut les chefs de guerre mais les violences perdurent

 Lu pour vous 

 

https://www.lemonde.fr  Par Gaël Grilhot Publié le 18 avril 2019 à 18h00 -

 

Le responsable des opérations de maintien de la paix des Nations unies était à Bangui pour observer la mise en œuvre de l’accord conclu à Khartoum.

 

« C’est une manifestation d’unité des partenaires internationaux autour de la Centrafrique, mais c’est aussi très concret. » Ce mercredi 17 avril, Jean-Pierre Lacroix a le sourire pour la deuxième réunion du Groupe international de soutien (GIS), qui rassemble à Bangui les partenaires internationaux de la République centrafricaine. Un point d’étape, un peu plus de deux mois après la signature d’un nouvel accord de paix négocié à Khartoum début février.

Deux jours plus tôt, le secrétaire général adjoint des Nations unies et chef des opérations de maintien de la paix, s’était rendu avec Smaïl Chergui, le commissaire de l’Union africaine à la paix et à la sécurité, et Firmin Ngrebada, le premier ministre centrafricain, à Bambari et à Bangassou. Et ce qu’il a vu, dit-il, l’a plutôt rassuré : « Nous avons assisté à Bambari à la mise en place des mécanismes de suivi de l’accord. Nous avons lancé la formation de l’unité mixte prévue par l’accord, qui sera déployée dans cette zone. »

Une cérémonie à laquelle était également convié Ali Darass, le chef de l’Union pour la paix en Centrafrique (UPC), un groupe armé impliqué dans de nombreuses violences. Celui-ci prenait ce même jour ses fonctions de conseiller spécial à la primature, chargé de la mise en place des unités mixtes pour le Nord-Est. Ces unités, prévues dans l’accord de paix signé le 6 février, doivent être composées de membres des forces de sécurité et des groupes armés, et déployées dans l’ensemble du pays.

« Une décrue de la violence »

Ali Darass n’est pas le seul chef de groupes armés à avoir été promu à un poste à responsabilités dans un gouvernement qu’il combattait jusque-là. La mise en place d’un gouvernement inclusif, intégrant des chefs de milices, est en effet un point essentiel de l’accord de Khartoum. Le prix à payer, selon le chef de l’Etat centrafricain et les partenaires internationaux, pour aboutir à une paix durable.

Pour Jean-Pierre Lacroix, la concession a indéniablement porté ses fruits : « Il y a une décrue de la violence depuis la signature de l’accord. Ça ne veut pas dire que les défis ont disparu. Ça ne veut pas dire qu’il n’y a pas encore de présence de groupes armés. Il y a beaucoup de choses à faire, mais il y a déjà eu quand même des effets positifs. »

Cet optimisme est cependant relativisé par divers acteurs qui soulignent une forte différence entre les annonces et ce qui peut être constaté sur le terrain. Lucy Tamlin, la nouvelle ambassadrice des Etats-Unis, se dit ainsi préoccupée « par les incidents meurtriers qui continuent de se produire ». L’observation est largement partagée par les organisations humanitaires.

Huitième accord signé en cinq ans

« Les incidents sécuritaires causant le déplacement de la population sur toute l’étendue du territoire sont toujours inquiétants, explique François Batalingaya, chef du Bureau de la coordination des affaires humanitaires de l’ONU (OCHA) à Bangui. Le nombre de personnes déplacées est à la hausse. Il a augmenté de 15 %, passant de 621 000 en août 2018 à près de 656 000 fin février. » Selon lui, « le niveau élevé d’insécurité, la fragmentation des groupes armés, les infrastructures en mauvais état, aggravées par l’impunité généralisée, continuent d’entraver l’accès humanitaire ».

Les populations civiles sont les premières victimes de la violence des bandes armées qui morcellent le pays. Mais les humanitaires sont, eux aussi, toujours confrontés à un fort niveau d’insécurité. Quelque 70 incidents (vols, menaces et agressions, restrictions d’accès) les visant ont eu lieu depuis janvier, selon l’OCHA. En mars, cinq humanitaires ont été blessés et, le 4 avril, un infirmier auxiliaire de Médecins sans frontières (MSF) a été tué par des membres d’un groupe armé à Batangafo, dans le nord-ouest du pays. Omar Abenza, chef de mission de MSF en Centrafrique, avait alors dénoncé « un crime lâche » et demandé explicitement à ce que « les groupes armés contrôlent leurs éléments ».

« Je crois que le constat de la diminution de la violence est une réalité, insiste néanmoins Jean-Pierre Lacroix. Avant d’ajouter : « Tous les actes de violence ont disparu ? Non. La discipline totale au sein de tous les groupes armés existe-t-elle ? Probablement pas. Je crois qu’il est important, et c’est ce que nous avons fait aujourd’hui, d’insister auprès d’eux pour que, conformément à leurs engagements, la violence cesse. » L’accord de Khartoum est le huitième signé en cinq ans. Jusque-là, tous ont volé en éclats.

Gaël Grilhot (Bangui, correspondance)

 

 

CONFLIT

 

En Centrafrique, les seigneurs de guerre tirent profit de la paix

 

Par Célian Macé — 18 avril 2019 à 19:32

 

Depuis l'accord de Khartoum, signé début février, les chefs de groupes armés se voient octroyer des postes gouvernementaux ou confier la gestion des régions que leurs troupes occupaient.

 

Drôle de paix. Lundi, le chef de guerre Ali Darassa montait les marches de la mairie de Bambari, dans le centre du pays, pour y être officiellement nommé «conseiller spécial militaire à la Primature», avec «rang de ministre délégué». Pour son intronisation en grande pompe, le leader de l’Union pour la paix en Centrafrique (UPC), un groupe rebelle accusé de massacres répétés contre les populations civiles, était entouré du chef du gouvernement, Firmin Ngrebada, et de Jean-Pierre Lacroix, secrétaire général de l’ONU pour les opérations de maintien de la paix.

Deux ans plus tôt, les miliciens de l’UPC avaient pourtant été chassés de la localité par les Casques bleus : les Nations unies avaient alors déclaré Bambari «ville sans armes» et en avaient fait un symbole de la reconquête de ce pays à la dérive, contrôlé à 80% par des mouvements armés. «En réalité, même à Bambari, les hommes d’Ali Darassa continuaient à prélever des taxes et entretenir une administration parallèle, explique Nathalia Dukhan, auteure de plusieurs rapports sur les milices centrafricaines pour Enough Project. Après une période de confrontation avec d’autres groupes rebelles, ils ont fini par s’associer et mutualiser leurs réseaux de trafics de ressources naturelles et d’armes pour se renforcer.»

Distribution de portefeuilles

En février, un accord de paix – le huitième en six ans – a été signé à Khartoum, au Soudan, entre le gouvernement centrafricain et 14 organisations armées, issues pour la plupart de l’ancienne rébellion Séléka qui avait renversé le président Bozizé en 2013, et des groupes «d’autodéfense» antibalaka qui s’étaient formés pour la combattre. Leur agenda, en 2019, n’a plus grand-chose de politique, ni même de religieux (les ex-Séléka, dont l’UPC, sont majoritairement musulmans, tandis que les antibalaka sont souvent chrétiens ou animistes) bien que les tueries de civils, elles, soient perpétrées selon des lignes communautaires. Paradoxalement, dans l’un des pays les plus démunis au monde, classé 188e sur 189 pour l’indice de développement humain de l’ONU, ce sont les richesses (or, diamant, bois, bétail, faune sauvage…) qui constituent le moteur du conflit.

«Qui prend quoi ? Au-delà de l’accord de Khartoum, il y aura des négociations secrètes dans le sens d’un partage des revenus, assure Nathalia DukhanEn faisant planer une menace constante sur l’Etat, en multipliant les exactions, en épuisant les forces de maintien de la paix, les groupes armés ont réussi à obtenir ce qu’ils voulaient : des postes de rente et l’impunité pour les crimes de guerre.» Dans la foulée de l’accord, le président Faustin-Archange Touadéra a formé un nouveau gouvernement, le 3 mars, en distribuant des portefeuilles à des chefs rebelles et antibalaka, puis un second le 22 mars, pour contenter des groupes armés qui s’estimaient mal représentés.

Ali Darassa se voit ainsi confier la responsabilité de diriger les «unités spéciales mixtes de sécurité», composées de militaires de l’armée régulière et de ses propres combattants, pour la zone de Bambari. Une reconnaissance du contrôle qu’il exerce de facto sur la région. «Les brigades mixtes sont l’un des points forts de l’accord. Mais il y a toujours des discussions sur la distribution des grades, des postes, des responsabilités», affirme un conseiller gouvernemental issu d’un groupe armé. «Leur acceptation par la population va être compliquée, ajoute Enrica Picco, chercheuse spécialiste de l’Afrique centrale. Imaginez le citoyen de Bambari, qui a vu Ali Darassa chassé par les forces spéciales de l’ONU en 2017, qui a vu des combats dans les rues de sa ville en janvier, qui a été déplacé par les massacres… et qui est invité cette semaine à assister à l’intronisation du même Ali Darassa avec les honneurs ! C’est dur à avaler.»

«Justice du quotidien»

Plus de deux mois après la signature de Khartoum, les affrontements, à Bambari comme dans le reste du pays, connaissent une «accalmie» reconnaît Nathalia Dukhan : «Mais c’est souvent le cas après un accord, qui donne lieu à une redéfinition de l’environnement politico-sécuritaire, avec des alliances qui se redessinent. Hélas, je n’imagine pas cette cohabitation durer très longtemps.»

Pour le moment, les Centrafricains, épuisés par cette lente et interminable guerre civile, y gagnent un répit salutaire. A plus long terme, cette paix peut-elle être durable sans que ses responsables soient jugés ? «Sur la justice, l’accord de Khartoum est une non-décision. D’un côté, le président Touadéra ne pouvait pas accepter l’amnistie, puisqu’il a construit son élection et son image à l’international sur cette rhétorique. De l’autre, les groupes armés n’auraient jamais signé un texte promettant l’impunité zéro, décrypte Enrica Picco. Tout le monde à intérêt à mettre cette question sous le tapis. Les grands procès, certes symboliquement importants, ne changeraient rien à la situation de la population. Ce qu’elle réclame, c’est plutôt une justice du quotidien, de la police : les agriculteurs veulent pouvoir aller aux champs, les éleveurs pousser leurs troupeaux, les commerçants circuler.»

 

Célian Macé

 

 

0 commentaire

Soyez la première personne à vous exprimer !

Mon commentaire

Dans la même catégorie
L’audience de confirmation des charges dans l’affaire le procureur contre Alfred Yékatom Rombhot et Patrice Edouard Ngaïssona démarre ce jeudi » ...la suite
L’audience de confirmation des charges dans l’affaire le procureur contre Alfred Yékatom Rombhot et Patrice Edouard Ngaïssona démarre ce jeudi » ...la suite
Un «godobe», enfant des rues en République centrafricaine, raconte ses rapports avec les militaires de l'opération Sangaris. Qu'est-ce que fair » ...la suite
Les affrontements entre groupes armés se poursuivent en Centrafrique. 24 miliciens ont été tués au nord-est de la Centrafrique, dans des combats e » ...la suite
L'assouplissement de l'embargo de l'ONU sur les armes à destination de la Centrafrique est une victoire symbolique pour le régime de Bangui. Mais il » ...la suite
L’Accord de Khartoum, signé le 6 février 2019, semble être sur le point de rejoindre les sept précédents accords de paix qui n’ont jamais pu » ...la suite
Une vingtaine de personnes dont un civil, ont perdu la vie dans les combats entre deux groupes armés dans l’extrême nord-est de la Centrafrique d » ...la suite
(Ecofin Hebdo) vendredi, 13 septembre 2019 10:58 - Chassé du pouvoir en 2013 par les rebelles de la Séléka et abandonné par ses pairs, l’ex-pré » ...la suite
Le chantier de Kolo situé à 25 Km de Mingala dans la Basse-Kotto a été assiégé ce 3 septembre 2019 par des combattants de l’UPC de Ali Darrass » ...la suite
Le président congolais Denis Sassou-Nguesso était reçu mardi 3 septembre à l’Élysée pour un déjeuner de travail avec le président Macron. S » ...la suite