Notre mission, toujours vous informer
Accueil » Société » Nouvelles nationales sur RJDH
Nouvelles nationales sur RJDH

Centrafrique : La RCA perd environ 5 milliards de francs CFA en une semaine suite au blocus établi sur l’axe Bouar-Garamboulaye



BANGUI, 25 Avril 2019  (RJDH) --- Une perte d’environ 5milliards est enregistrée la semaine dernière par l’Etat centrafricain suite à l’insécurité provoquée sur  l’axe Bouar-Garamboulaye par des éléments du FDPC d’Abdoulaye Miskine, indique le porte-parole du gouvernement, Ange Maxime Kazagui. Un chiffre avancé lors d’une conférence de presse conjointe Minusca-Gouvernement conférence tenue le 24 avril à Bangui.


Cette perte en termes d’entrée de recettes intervient la semaine dernière au moment où des éléments du Front Démocratique du Peuple Centrafricain(FDPC) d’Abdoulaye Miskine ont fait irruption dans un village à 35 kilomètres de Baboua dans la Nana-Mambéré. Ils ont brulé des véhicules et pris en otages des passagers voyageant à bord des véhicules. Ce climat d’insécurité a occasionné, selon le Ministre de la Communication et des medias Ange Maxime Kazagui, porte-parole du gouvernement, un manque à gagner  en termes d’entrée de recettes à l’Etat centrafricain.

« Les 5 milliards FCFA font suite au blocage du tronçon Bouar-Béloko par des éléments d’Abdoulaye Miskine la semaine dernière. Le lundi 22 avril, deux véhicules ont été incendiés sur ce même axe. Cette confiance se fragilise au fur et à mesure et la libre circulation des personnes et des biens est compromise sur l’axe Bouar-Béloko, par la présence régulière et dangereuse des éléments d’Abdoulaye Miskine ».


Pendant la conférence de presse conjointe regroupant le gouvernement et la Minusca, la question du non-respect de l’accord politique et de paix de Khartoum par les groupes armés a été évoquée par le Ministre de la communication et de l’information, porte-parole du gouvernement, Maxime-Ange Kazagui, «nous avons des obligations vis-à-vis de la population et les parties signataires de l’Accord de Khartoum. Abdoulaye Miskine et ses hommes ont fait perdre à l’Etat 5 milliards FCFA après avoir bloqué l’axe Bouar-Cameroun», a déploré le membre du gouvernement.


La priorité de cet accord politique de Khartoum est comprise comme étant celle de la sortie de crise, la recherche de la paix durable. C’est dans ce contexte que le Ministre a justifié l’implication directe des groupes armés dans cette rencontre  aux fins d’aboutir à la cessation des hostilités.


Il a réitéré que la disponibilité des partenaires du gouvernement notamment la Minusca à réduire la nuisance des groupes armés, « déjà ils l’ont commencé la fois dernière avec le déblocage de l’axe Bouar-Cameroun », a-t-il indiqué.

Le 22 avril dernier, deux véhicules dont un véhicule-conteneur et  une voiture ont été  brulés par des hommes du FDPC selon les autorités politico-administratives de Baboua après une mission effectuée le lendemain de l’événement à 35 kilomètres de la ville de Baboua. 


Auguste Bati-Kalamet.

 

 

Centrafrique : Difficile relance économique à Bangassou suite à l’insécurité sur les principaux axes de ravitaillement 



BANGASSOU le 25 Avril 2019 (RJDH)---- L’insécurité grandissante sur les principaux axes d’approvisionnement de Bangassou au Sud-est du pays entraine la flambée du prix des produits de première nécessité. Une situation qui handicape le chef-lieu du Mbomou  pour son relèvement depuis plusieurs années. 

De Bangassou à Bambari en passant par Gambo, Pombolo, Kembé, Dimbi, Kongbo et autres, l’axe est occupé par des groupes armés notamment les Anti-Balaka et la Séléka de l’UPC d’Ali Darass.

Cela rend difficile l’écoulement des produits de première nécessité sur cet axe comme le déplore Arthur un opérateur économique à Bangassou, « la ville de Bangassou s’approvisionne en denrées de première nécessité de la capitale à travers la ville de Bambari. A travers cette trajectoire, vous comprenez aisément que le prix des produits est parfois raisonnable quand il y a la fluidité de la circulation. Par rapport à l’insécurité grandissante, l’axe n’est pas fréquentable depuis plusieurs années et du coup le mouvement des opérateurs économiques est réduit », raconte ce jeune opérateur économique qui gère un établissement où l’on peut trouver divers articles mais à des prix très élevés conséquences  des tracasseries routières.


 Les prix des produits de première nécessité ont flambé, a ajouté un autre commerçant qui a justifié la hausse du prix en ces termes, « auparavant la ville de Bangassou était ravitaillée par Bambari et les prix étaient raisonnables. Mais aujourd’hui, le sac du sucre coûte actuellement 58.000francs, le sac du sel 14.000, le sac de farine 60.000 francs ; le savon de 150francs à Bangui se vend à 300 francs compte tenu de l’insécurité qui règne dans la région », a –t-il indiqué.

 Aussi il faut y ajouter le prix de transport qui intervient dans la hausse des prix. Pour quitter Bangassou à destination de Bangui, il faut, selon les commerçants, payer 70.000 francs par personne. De Bangassou en passant par l’axe fleuve Ndou, Yakoma et Zongo, le prix de transport coute 100.000 francs pour parvenir à la capitale, un véritable parcours du combattant qui ne laisse pas indifférentes les autorités de Bangassou qui ont longtemps œuvré pour l’ouverture de l’axe Bangassou-Bambari afin de faciliter le retour de la paix et la fluidité de circulation dans cette partie du Sud-est du pays. En organisant une caravane de paix à l’occasion de la célébration de l’an 1 de l’accord de non-agression signé en avril 2018 entre les deux communautés.
Malgré ces efforts, la circulation n’est pas du tout fluide.


Judicaël Yongo.

 

 

Centrafrique : Deux départements ministériels du gouvernement Ngrebada 2 toujours vacants


BANGUI, 25 Avril 2019(RJDH)---Depuis la formation du gouvernement Ngrebada 2, deux ministères sont restés vacants jusqu’aujourd’hui. Il s’agit de Ministère de  la Modernisation de l’Administration et de l’innovation du Service Public et le ministère de l’Elevage et de la Santé Animale. Deux sièges vides qui ne sont pas depuis comblés par le chef du gouvernement.


Composé de 39 membres, le gouvernement ne compte que 37 ministres qui ont pris fonction après leur nomination le 22 mars 2019.  34 jours après, les deux ministres respectivement Martin Koumtamadji alias Abdoulaye Miskine du FDPC nommé au portefeuille de la Modernisation de l’Administration et de l’innovation du Service Public, et celui de l’Elevage et de la Santé Animale, Amadou Bi Aliou de l’UPC dont le département est géré actuellement par intérim, c’est-à-dire par son collègue de l’Agriculture et du Développement Rural.


48 heures après la nomination du gouvernement Ngrébada2, le Chef rebelle du Front Démocratique du Peuple Centrafricain(FDPC), d’Abdoulaye Miskine s’est retiré du gouvernement. Une position exprimée dans un communiqué de presse dont le RJDH a eu copie.


Un membre du gouvernement contacté par le RJDH a confirmé ce vide dans le gouvernement et souligne d’autres problèmes liés à la prise de service de certains leaders des groupes armés après leur nomination, «certains ministres issus des groupes armés n’ont pas encore eu les moyens nécessaires que l’Etat devrait mettre à leur disposition. Je veux parler des locaux qui devraient abriter leur département voire les véhicules de commandement », a confié une source proche du gouvernement.


Une source bien introduite a indiqué que des discussions sont en cours pour trouver une solution à ces difficultés, «en plus, 37 ministres sur 39 ont pris leur fonction et c’est déjà un grand pas pour que la paix puisse revenir définitivement en Centrafrique. Et pour le moment, les autorités ont déjà engagé des discussions afin de répondre à ces exigences», a précisé ce ministre sous couvert de l’anonymat.

Le gouvernement Ngrebada 2 a été mis en place après les discussions entre le gouvernement et des leaders des groupes armés à Addis-Abeba, capitale éthiopienne. L’Accord de paix de Khartoum a été signé le 6 février 2019 à Bangui sous l’égide de la communauté internationale.


Jefferson Cyrille Yapende

2 commentaires

S
Perte de temps dans les blablablablabla, mais ouvrez les yeux et regardez le 1er comportement de FDPC et ouvrez les yeux et regardez le 2ième comportement de FDPC, accord de Khartoum ou pas Khartoum, ce groupe armé FDPC veut prolonger son activité de désordre classique, car FDPC n'a émis aucune revendication qui pC veut prolonger son activité de désordre classique, car FDPC n'a émis aucune revendication qui prévaut ces genres de comportements néfastes pour les opérateurs économiques et investissements des particuliers.
Donc à partir de ce moment il faut considérer ce groupe armé comme il se le doit dans 1 Etat de droit et des mesures qui doivent s'appliquer, et aucune explication de la part de ce groupe armé, cela signifie et veut dire, ce que cela veut dire :
car le game over is off pour le chemin de la paix, donc l'esprit nuisible est en marche pour aller vers le chemin de chantage, argument improductif qui n'apporte rien.
» lire la suite
N
AVEC LE VISAGE BALAFRE, ON LES APPELLE "SARA". ILS ONT VECU DES EPREUVES INITIATIQUES TRES TRES DOULOUREUSES. TOUTE LA PEAU DU VISAGE DE LA PERSONNE INITIEE A ETE TRACEE A LA LAME DE RASOIR SANS ANESTHESIE AUCUNE. IMAGINEZ LA PORTEE DE LA DOULEUR D'UNE VIOLENCE INOUÏE INFLIGEE DE FORCE A LA VICTIME ALORS QU'ELLE N'ETAEZ LA PORTEE DE LA DOULEUR D'UNE VIOLENCE INOUÏE INFLIGEE DE FORCE A LA VICTIME ALORS QU'ELLE N'ETAIT QU'ENFANT INNOCENT ET VULNERABLE. IMAGINEZ AUSSI LE PREJUDICE GRAVE DU SOUVENIR TRAUMATISANT QUE GARDE POUR TOUTE LA VIE LA VICTIME SI ELLE EN ETAIT CONSCIENTE AU MOMENT DES FAITS. LA PERSONNE AYANT VECU CES EPREUVES TRADITIONNELLES STUPIDES EST MARQUEE A VIE PAR DES CICATRICES INDELEBILES AU VISAGE ET PAR UN TRAUMATISME MENTAL. MIS A PART LA CIRCONCISION QUI PERESISTE ENCORE EN CENTRAFRIQUE ET L'EXCISION QUI SE FAIT DE MOINS EN MOINS, LA DECHIRURE DU VISAGE AVEC UNE LAME DE RASOIR (BALAFRES) NE SE FAIT PAS EN CENTRAFRIQUE CAR NON SEULEMENT ELLE EST ATROCE, ELLE NE RELEVE PAS DE LA CULTURE CENTRAFRICAINE . EN CONSEQUENCE, TOUTES PERSONNES PORTANT CETTE MARQUE NE SONT DONC PAS ORIGINAIRES DE CENTRAFRIQUE ET C'EST CLAIRE. CHER MONSIEUR, SI VOUS VOUS RECONNAISSEZ DE CETTE IDENTITE, SACHEZ QUE VOUS N'ÊTES PAS CENTRAFRICAIN. ALORS, LAISSEZ NOUS TRANQUILLES GERER NOS AFFAIRES POLITIQUES CHEZ NOUS ET PARTEZ CHEZ VOUS ! » lire la suite

Mon commentaire

Dans la même catégorie
PK5. Un nom qui claque depuis trop longtemps comme l’enclenchement d’une arme automatique. Le quartier, il est vrai, a vécu des heures terribles » ...la suite
Première réunion ce mercredi 17 juillet du comité stratégique de pilotage de la mise en place des unités spéciales mixtes de sécurité en Centr » ...la suite
Le député de Ngaoundaye Bernard Dillah, président de la commission d'enquête parlementaire est très remonté contre l'exploitation de l'or par le » ...la suite
Les policiers centrafricains sont montés au créneau pour dénoncer une décision des autorités de Bangui confiant la délivrance des documents admi » ...la suite
Des combats ont eu lieu ce dimanche 14 juillet dans la ville de Am Dafok, à l’extrême Nord-Est du pays, à la frontière avec le Soudan, entre deu » ...la suite
L’option prise par plusieurs ONG et partenaires dont l’Onu d’orienter les Centrafricains vers le maraîchage pour qu’ils n’aient plus à all » ...la suite
Des élus de la nation ont été corrompus par des entreprises chinoises engagées dans l’exploitation de l’or. C’est la conclusion d’une enqu » ...la suite
Les éléments du Front démocratique du peuple centrafricain (FDPC) éligibles au DDRR “ont été complètement désarmés”, a déclaré Kenn » ...la suite
Le Gouvernement centrafricain sollicite le soutien de la France afin de plaider pour la levée totale de l’embargo infligé à la RCA par le Conseil » ...la suite
Des compagnies minières chinoises responsables « d'un désastre écologique dans la région de Bozoum » au nord-ouest de Bangui, c'est ce que déno » ...la suite