Notre mission, toujours vous informer
Accueil » Politique » L'accord de paix en Centrafrique "n'accorde pas l'amnistie" selon la Présidence
L'accord de paix en Centrafrique

 

 

Mise à jour 26.04.2019 à 14:00

 

La Présidence de la république centrafricaine a rappelé que l'accord de paix conclu à Karthoum en février avec les groupes armés était soumis à la constitution et n'accordait pas "l'amnistie", en réponse aux critiques à la nomination de plusieurs chefs de guerre à des postes gouvernementaux.

L'accord de paix "n'accorde pas l'amnistie et attache de l'importance à la lutte contre l'impunité", explique la présidence dans un communiqué publié jeudi soir.

"Les accords de paix n'ont en aucun cas valeur de traités internationaux. Ils sont au contraire soumis à la constitution", a-t-elle ajouté, soulignant néanmoins le contexte "exceptionnel" et "transitoire" de ce type d'accord.

Le 24 mars, plusieurs leaders de groupes armés qui contrôlent une grande partie du pays ont été nommés à des postes de conseillers militaires spéciaux à la primature dans le cadre de cet accord.

Depuis, des opposants politiques, ONG et chercheurs ont fait part de leur crainte d'une amnistie générale et ont vivement critiqué ces nominations.

Dans un communiqué publié mercredi, l'ONG Human Rights Watch (HRW) a appelé les procureurs de la République Centrafricaine "à mener des enquêtes sur les leaders de milices récemment affectés à des postes gouvernementaux."

"Certains ont dirigé des groupes armés responsables d’atrocités généralisées au cours des dernières années, dont des crimes de guerre et de possibles crimes contre l’humanité", a déclaré l'organisation de défense des droits de l'homme.

Selon elle, activistes et victimes ont exprimé de "vives inquiétudes quant à la possibilité que l’accord puisse être instrumentalisé pour exclure toute justice pour les crimes passés".

L'accord de Khartoum, soutenu par tous les partenaires de Bangui et préparé depuis 2017 par l'Union africaine, est le huitième signé depuis le début de la crise marquée par le renversement en mars 2013 du président François Bozizé.

Riche en ressources naturelles, la Centrafrique est déchirée par la guerre, qui a forcé près d'un quart des 4,5 millions d'habitants à fuir leur domicile.

 

© 2019 AFP

 

 

5 commentaires

N
SI UN GROUPE ARME A COMMIS DES CRIMES DE GUERRE, CRIMES CONTRE L'HUMANITE, C'EST JUSTEMENT L'OCCASION DE PROCEDER A L'ARRESTATION DE SON CHEF SI CELUI-CI OCCUPE UN POSTE GOUVERNEMENTAL ACTUELLEMENT CAR IL EST DEJA PRIS DANS LES MAILLES DU FILET. C'EST MAINTENANT QU'IL FAUT L'ARRÊTER EN TOUTE AISANCE ET LE REMETTRE A LANS LES MAILLES DU FILET. C'EST MAINTENANT QU'IL FAUT L'ARRÊTER EN TOUTE AISANCE ET LE REMETTRE A LA JUSTICE AFIN QU'IL REPONDE DU RÔLE QU'IL A JOUE A LA TÊTE DE SON GROUPE LORS DES MASSACRES. L'OCCASION POUR L'ARRESTATION EST TELLEMENT BELLE QUE SI RIEN EST FAIT DANS CE SENS, IL EST EVIDENT QUE LES PARTIES CONCERNEES C'EST A DIRE LES FAMILLES DES VICTIMES ET LES VICTIMES, LE PEUPLE ET MÊME LES ONG RESTERONT FRUSTREES POUR LA FLAGRANCE DE L'IMPUNITE ACCORDEE A CES CHEFS BOURREAUX REDEVENUS OFFICIELLEMENT AUTORITES DU PAYS AU VU ET AU SU DE TOUS. » lire la suite
N
DES SALOPS NOMMES A LA COMMANDE. ILS DOIVENT FOUTRE LA PAIX AUX CENTRAFRICAINS.
N
IL N'Y A PAS D'IMMUNITE ACCORDEE OU A ACCORDER AUX CHEFS DE GUERRE NOMMES AUX FONCTIONS GOUVERNEMENTALES. S'ILS ONT COMMIS PAR LE PASSE DES CRIMES, ILS DOIVENT ÊTRE POURSUIVI PAR LA JUSTICE. POUR LE RESPECT DES ACCORDS DE KHARTOUM, CEUX QUI N'ONT PAS COMMIS DE CRIMES NI D'AUTRES DELITS GARDERONT LEURS POSTES ET NE SERDE KHARTOUM, CEUX QUI N'ONT PAS COMMIS DE CRIMES NI D'AUTRES DELITS GARDERONT LEURS POSTES ET NE SERONT PAS POURSUIVIS. NUL N'EST AU DESSUS DE LA LOI. » lire la suite
N
IL SUFFIT DE VOIR LEUR VISAGE ET LEUR BARBE POUR SAVOIR QU'ILS NE SONT PAS CENTRAFRICAINS.
S
Ces gens de la mouvance Séléka qui ont des groupes armés sont eux mêmes auteurs, concepteurs et réalisateurs de leurs propres insuffisances à faire les choses biens, vu seulement 10 mois d'exercice de gouvernance avec DJOTODIA (quelle récréation ?), donc vous êtes renvoyés par la CEMAC. Vous faites recours auvec DJOTODIA (quelle récréation ?), donc vous êtes renvoyés par la CEMAC. Vous faites recours auprès de vos sponsors obscurs qui n'ont rien à faire de vous, vous faites recours auprès de ces institutions Union Africaine et ONU, dont chacun a son opinion sur ces 2 institutions, breff, afin que vous rentriez avec forceps dans le gouvernement de Ngrébada. si cela pouvait apaiser vos propres frustrations, why not ?

Mais de tout cela les Centrafricains Bantu Ubuntu vous ont à l'œil, allez dire à qui vous voulez il y a centrafricains et centrafricains, la différence vient du fait que 1 Bantu Ubuntu, restera 1 Centrafricain Bantu Ubuntu et cela quelque soit l'appui de vos sponsors obscurs, vos projets sont voués à l'échec, car c'est ainsi et nous sommes sur une terre bantu Ubuntu.

Maintenant quant aux centrafricains non-séléka qui ont pris le chemin de groupe armé pour faire comme les autres, parce que l'on a une arme et des munitions pour piller, voler, brûler les biens des personnes sans armes, vous n'êtes pas à plaindre, si au moins vos revendications pouvaient être plus explicites. Peut-être c'est 1 poste de président, de 1er ministre, ministre, DG d'une banque ou DG du trésor public centrafricain, président de l'assemblée nationale, général auto-proclamé (mais qui ne peut pas faire partie de l'académie militaire centrafricaine, ni être enregistré au journal officiel centrafricain), députés, mais n'oubliez pas qu'en Centrafrique nous sommes sur une terre bantu Ubuntu, et tout ce qui atteinte gratuite à la vie d'1 Bantu Ubuntu est voué à l'échec, parce qu'en Centrafrique nous sommes sur une terre bantu ubuntu.

Il serait bon au bout de 10 mois que les différents ministres de Ngrébada et les préfets nommés en R.C.A, puissent aller, à l'Assemblée Nationale Centrafricaine, expliquer ce qu'ils ont fait, pour que les centrafricains sachent au moins ce sur quoi, ils sont entrain de travailler comme projet ? L'exercice de communication explicite n'est pas une mauvaise chose en soi, peu importe si vous parlez en Sangö ou en français, l'important pour les auditeurs, c'est de comprendre ce que vous faites et ce pourquoi, dont vous avez la responsabilité de produire comme job.
Le 1er ministre Ngrébada a fait son exposé de feuille de route à l''Assemblée Nationale Centrafricaine, donc d'ici 8 à 10 mois ce serait bien que vous (les responsables) accordiez maxi 5 minutes de votre temps aux centrafricains.
» lire la suite

Mon commentaire

Dans la même catégorie
Le chef de l’Etat rwandais Paul Kagamé, se rendra dans la capitale centrafricaine Bangui, aujourd’hui mardi, pour discuter avec le président cen » ...la suite
L’ancien président nigérian, Goodluck Jonathan a déclaré que les éloges excessifs aux présidents en exercice leur faisaient croire qu’ils so » ...la suite
La limitation des mandats des chefs d'État était au menu d'un forum de trois jours qui réunissait d'anciens présidents africains à Niamey, au Nig » ...la suite
Sans langue de bois, le chef de l'Etat qui a lui-même solennellement annoncé de respecter la constitution qui limite à deux, le nombre de mandats a » ...la suite
DISCOURS DE SON EXCELLENCE MONSIEUR LE PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE, CHEF DE L’ÉTAT PROFESSEUR FAUSTIN ARCHANGE TOUADERA » ...la suite
Le président de la République centrafricaine, déchirée par la guerre, a averti dimanche que la stabilité en Europe était conditionnée à la sta » ...la suite
Lors de la conférence de presse hebdomadaire du mouvement cœurs unis (MCU) de Faustin Archange Touadéra, animé par son porte-parole Evariste Gaman » ...la suite
Le 15 septembre 2019, lors de l’inauguration de la 33e Rencontre internationale de prière pour la paix, le président de la République centrafrica » ...la suite
Faustin-Archange Touadéra, le président de la République Centrafricaine est l’une des personnalités du monde politique qui prend part à la renc » ...la suite
La rencontre annuelle de la communauté Sant’Egidio se tient jusqu’au 17 septembre à Madrid, autour du thème la “Paix Sans frontières”. 300 » ...la suite