Notre mission, toujours vous informer
Accueil » Dossiers » Libye : Khalifa Haftar, en passe de devenir le nouveau Kadhafi
Libye : Khalifa Haftar, en passe de devenir le nouveau Kadhafi

Grand format

 

 

Libye : Khalifa Haftar, en passe de devenir le nouveau Kadhafi

 

(Ecofin Hebdo) vendredi, 26 avril 2019 10:58 - 8 ans après la mort du colonel Kadhafi, une tempête venue du désert chasse vers Tripoli les cendres encore chaudes d’un combat qui semble ne s’être jamais arrêté. Khalifa Haftar, un ancien chef de guerre du défunt guide libyen, qui contrôle la plus grande partie du pays, marche sur la capitale « pour la reprendre aux milices », mais aussi aux autorités en place reconnues par la communauté internationale. Encore une fois, la Libye danse au son des chars et des fusils d’assaut. Pour beaucoup, cette musique macabre ne fait que précéder l’intronisation d’un nouveau guide libyen.

  1. C’est, selon le dernier bilan de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS), le nombre de morts causées par la crise qui secoue, depuis 3 semaines, la Libye. Depuis le 4 avril, le maréchal Khalifa Haftar, chef de l’autoproclamée armée nationale libyenne (ANL), et ses forces, marchent sur Tripoli. Au sein de la capitale, Fayez al-Sarraj, chef du gouvernement d'union nationale, avait prévenu que la démarche du maréchal conduirait à une escalade de la violence. Une menace ignorée par Khalifa Haftar, qui a affirmé répondre « à l'appel de Tripoli ».

Pourtant, 3 semaines après le début de son offensive, la ville lui résiste toujours. Lorsqu’on apprend que Khalifa Haftar a reçu le soutien des États-Unis et de de la Russie, on se demande pour combien de temps.

Avec sa nouvelle stature internationale et les allégeances acquises au plan interne, le maréchal semble sur le point de devenir le nouveau guide libyen.

Un familier des sentiers de la guerre

« Pour les héros de la nation, l'heure a sonné ». A l’heure d’annoncer son intention de marcher sur Tripoli, Khalifa Haftar ne donne aucunement l’impression d’être perturbé. On l’imagine calme au moment de lancer la quête de son armée. Avant de lancer son ost, le maréchal prononcera un discours loin d’être habituel pour un chef de guerre.

« Nous avons rendez-vous pour la conquête de Tripoli. Avancez alors, avec des pas confiants en Dieu, entrez dans la ville en paix, pour ceux qui veulent la paix. Soyez des défenseurs des droits et non des envahisseurs. Ne levez pas vos armes, sauf contre celui qui choisit de vous affronter. Ne tirez que contre les hommes armés. Ceux qui jettent les armes, ceux qui restent chez eux, ceux qui lèvent le drapeau blanc, seront en sécurité. Assurer la sécurité des habitants et protéger leurs biens, ainsi que toutes les institutions de la capitale, relèvent de votre devoir ».

Khalifa Haftar veut clairement remporter la bataille de la communication face à ses adversaires du gouvernement d’union nationale. Cet habitué de la guerre, qui a acquis une énorme notoriété locale en défaisant des milices dans l’Est et au Sud de la Libye, le sait. Cette fois, il ne s’agit plus seulement de gagner une passe d’armes, mais aussi de démontrer une certaine légitimité. Présent dans le pays depuis plusieurs années, Khalifa Haftar a vu plusieurs hommes échouer à cette étape, cruciale pour s’assurer une légitimité. Il a notamment œuvré à la chute de Mouammar Kadhafi, son ancien allier tombé en disgrâce auprès du peuple. La Libye, peu de personnes la connaissent aussi bien que Khalifa Haftar, qui a joué un rôle actif lors de nombreux épisodes mouvementés de son histoire.

 

Témoin actif des épisodes de l’histoire belliqueuse de la Libye

Khakifa Haftar, né le 7 novembre 1943, grandit au sein de la tribu des Ferjany, dont le fief est la ville de Syrte, où est également né un certain Mouammar Kadhafi. Les deux hommes se rencontreront pour la première fois en 1963, lorsque Khalifa Haftar, âgé de 20 ans, entre à l'académie militaire royale de Benghazi. Acquis à sa cause, il participe avec lui et d'autres camarades au coup d'État du 1er septembre 1969 qui mettra fin au régime du roi Idris Ier.

Pourtant, Khalifa Haftar ne restera pas longtemps aux côtés de l’emblématique guide libyen. De son propre aveu, il commence à prendre ses distances, peu de temps après le coup d’État, lorsqu’il remarque l’autoritarisme naissant de Mouammar Kadhafi. En 1973, ce dernier l'envoie négocier avec le président égyptien Anouar el-Sadate, la participation libyenne à la guerre du Kippour, contre Israël. Lors de ce conflit, Khalifa Haftar commande une unité de chars qui franchit la ligne Bar-Lev, chaîne de fortifications construite par l'État hébreu le long du canal de Suez. Il sera décoré pour sa participation aux combats. Tour à tour, en 1978, puis en 1983, il est envoyé en Russie pour être formé dans de prestigieuses écoles de l'état-major soviétique.

Plus tard, il participe aux opérations visant à maintenir la présence de la Libye sur la bande d'Aouzou, à la frontière avec le Tchad. Battu et capturé, Khalifa Haftar est désavoué par Mouammar Khadafi. Il décide alors de se retourner contre le guide libyen. Lorsque lui et les autres prisonniers sont libérés, dans les années 80, il crée la « Force Haftar », basée au Tchad. Soutenu par Hissène Habré, le groupe finit par quitter le Tchad lorsque le pouvoir passe aux mains Idriss Déby qui subit d’importantes pressions du guide libyen pour livrer Khalifa Haftar et ses hommes.

Alors que ses hommes sont exfiltrés vers le Nigeria et le Zaïre (actuelle RDC), l’ancien chef de guerre rallie les États-Unis et profite d'un programme destiné aux réfugiés, mais également offert aux anciens soldats, pour être formé dans divers domaines.

En 1995, il publie un document intitulé « Le changement en Libye, une vision politique du changement par la force ». Il redevient alors très actif dans sa lutte contre Mouammar Kadhafi. En 2011, il retourne en Libye pour soutenir l'insurrection du « printemps arabe ». Il fait partie des meneurs de l’armée rebelle et participe à de nombreuses batailles. Il est plutôt bien accueilli par les populations, mais c’est en 2014 qu’il commence par acquérir le statut qu’on lui connait aujourd’hui.

 

Les forces en présence

En juin 2014, les Libyens sont invités aux urnes pour choisir une nouvelle Assemblée nationale, la chambre des représentants, censée remplacer l’ancien Congrès général national (CGN). Les résultats de ces élections, marqués par les faibles résultats des partis islamistes, déclenchent des heurts dans le pays. Les partis islamistes refusent de reconnaître les résultats et réinstallent le CGN au sein duquel ils sont plus puissants. La chambre des représentants fuit alors vers l’est du pays, à Tobrouk, où elle s’installe, loin de Tripoli et la zone d’influence du CGN.

Coupée en deux, la Libye est alors soumise à un pouvoir bipolaire dont les deux camps s’autoproclament gouvernements et se livrent une guerre sans merci. Les Nations Unies décident alors, pour lutter contre l’organisation Etat islamique qui profite du chaos pour s’installer, de partager le pouvoir entre les deux camps. L’ONU accompagne la signature des accords de Skhirat prévoyant que le CGN et la chambre des représentants acceptent l’autorité d’un gouvernement d’union nationale où les deux entités sont représentées. Le CGN devient le haut conseil d’État et la chambre des représentants devient le parlement du pays. Fayez al-Sarraj, premier ministre et chef du gouvernement d’union nationale, est accepté par le CGN qui lui permet de s’installer à Tripoli et lui offre son soutien.

 De victoires en victoires

Mais du côté de Tobrouk et de la chambre des représentants, on revient sur les accords de Skhirat. L’assemblée sous l’influence de Khalifa Haftar, refuse d’accepter le premier ministre. Il faut dire que l’ancien combattant de Mouammar Kadhafi a pris une autre dimension dans l’Est du pays. A la tête de sa propre armée, l’ANL, il a gagné le respect des populations en battant les milices qui semaient l’effroi à Benghazi en 2013.

Quelques mois plus tard, il prend le contrôle du croissant pétrolier, cœur de la production pétrolière et par ricochet de l’économie du pays. Il unifie une partie de l'armée et des tribus contre les islamistes d'Al-Qaida.

En septembre 2016, Khalifa Haftar est promu maréchal par le parlement de Tobrouk. L’année suivante, il annonce son intention de collaborer avec la Russie et les États-Unis pour lutter contre le terrorisme. Malgré une tentative d’accord avec le pouvoir de Tripoli, les deux camps se regardent toujours en chien de faïence. Seulement, à cette époque, à force de combattre les différentes milices de l’Est de la Libye, Khalifa Haftar contrôle une grande partie du pays. Il commence alors à devenir un personnage central de la scène politique.

 D’abord ignoré ou évité par les chancelleries, Khalifa Haftar gagne de plus en plus de soutiens à l’international.

En plus de la Russie qui le soutient, le président américain « discute avec lui d’une vision commune de la Libye ». Puis il gagne le soutien des Émirats Arabes Unis et de l’Égypte, dont le président a plaidé sa cause auprès de pays membres de l’Union africaine. C’est fort de ces soutiens que celui que certains annoncent comme le « nouveau Kadhafi » a attaqué Tripoli et les forces du gouvernement d’union nationale.

Jusque-là, la capitale résiste et a même réussi à repousser les hommes de Khalifa Haftar qui avaient réussi à bloquer l’aéroport de Mitiga, le seul fonctionnel dans la ville. Pour le moment, Tripoli résiste à Khalifa Haftar, mais jusqu’à quand ?

 

Servan Ahougnon

 

 

0 commentaire

Soyez la première personne à vous exprimer !

Mon commentaire

Dans la même catégorie
L’audience de confirmation des charges dans l’affaire le procureur contre Alfred Yékatom Rombhot et Patrice Edouard Ngaïssona démarre ce jeudi » ...la suite
L’audience de confirmation des charges dans l’affaire le procureur contre Alfred Yékatom Rombhot et Patrice Edouard Ngaïssona démarre ce jeudi » ...la suite
Un «godobe», enfant des rues en République centrafricaine, raconte ses rapports avec les militaires de l'opération Sangaris. Qu'est-ce que fair » ...la suite
Les affrontements entre groupes armés se poursuivent en Centrafrique. 24 miliciens ont été tués au nord-est de la Centrafrique, dans des combats e » ...la suite
L'assouplissement de l'embargo de l'ONU sur les armes à destination de la Centrafrique est une victoire symbolique pour le régime de Bangui. Mais il » ...la suite
L’Accord de Khartoum, signé le 6 février 2019, semble être sur le point de rejoindre les sept précédents accords de paix qui n’ont jamais pu » ...la suite
Une vingtaine de personnes dont un civil, ont perdu la vie dans les combats entre deux groupes armés dans l’extrême nord-est de la Centrafrique d » ...la suite
(Ecofin Hebdo) vendredi, 13 septembre 2019 10:58 - Chassé du pouvoir en 2013 par les rebelles de la Séléka et abandonné par ses pairs, l’ex-pré » ...la suite
Le chantier de Kolo situé à 25 Km de Mingala dans la Basse-Kotto a été assiégé ce 3 septembre 2019 par des combattants de l’UPC de Ali Darrass » ...la suite
Le président congolais Denis Sassou-Nguesso était reçu mardi 3 septembre à l’Élysée pour un déjeuner de travail avec le président Macron. S » ...la suite