Notre mission, toujours vous informer
Accueil » Politique » RCA: le gouvernement souhaite communiquer sur l’accord de paix
RCA: le gouvernement souhaite communiquer sur l’accord de paix

 

 

http://adiac-congo.com  Vendredi 10 Mai 2019 - 13:11

 

L’accord de paix entre les groupes armés et l'exécutif, signé en février dernier, était au centre des discussions du Conseil de cabinet, le 7 mai, à Bangui.

« Nous n’allons pas nous précipiter à chaque incident pour donner des réponses fortesNous voulons donner une chance à l’accord, donc il faut passer par toutes les dispositions qui sont dans l’accord et par la suite s’il n’y a pas d’évolution, alors il faut aller vers une réaction telle que l’attend la population », a expliqué le porte-parole du gouvernement, Ange-Maxime Kazagui.

En outre, il a insisté sur la nécessité de communiquer sur l’accord, de l’expliquer à la population, alors que des impatiences se font déjà sentir.

Selon les observateurs en Centrafrique, les violations de l’accord sont nombreuses (routes coupées, violences, non levée des barrières…). Un constat qui fait réagir la société civile ainsi qu’une partie de l’opposition comme Me Nicolas Tiangaye, président de la Convention républicaine pour le progrès social.

« Nous attendons que cet accord devienne effectif au niveau de la sécurisation du pays et puis de la restauration de l’autorité de l’État. Or il y a des cas de violations de l’accord et particulièrement des assassinats, des massacres. Il n’y a pas eu de réactions du gouvernement. Nous attendons que le gouvernement dénonce ces violations des groupes armés », a-t-il déclaré.

Peu avant, une ONG centrafricaine avait recommandé aux autorités de « porter à la connaissance du peuple » l’accord de paix conclu à Khartoum, paraphé et signé sans que son contenu ne soit dévoilé, suscitant interrogations et doutes.

Le Groupe de travail de la société civile sur la crise centrafricaine avait demandé, dans un communiqué, « au gouvernement de porter à la connaissance du peuple les clauses de l’accord de Khartoum afin que ce dernier soit rassuré de ce que ses préoccupations soient prises en compte ».

Cet accord, le 8e depuis le début de la crise centrafricaine en 2013, devrait permettre une « cessation de toute violence contre les civils », selon le président Faustin Archange Touadéra.

Les sept précédents accords de paix n’ont jamais été respectés et n'ont pas permis de mettre fin aux violences. Mais la présence à Khartoum des chefs de quatorze groupes armés, dont les plus importants, ainsi que la forte implication de l'Union africaine, laisse espérer que celui-ci sera cette fois bien appliqué.

Rejeté par Bangui, l’accord était exigé par les chefs des principaux groupes armés dont plusieurs sont sous sanctions de l’ONU ou cités pour violations des droits humains dans des rapports d’ONG. D’autres sont sous la menace d'un mandat d’arrêt.

Yvette Reine Nzaba

1 commentaire

S
RCA: le gouvernement souhaite communiquer sur l’accord de paix
Mais de quoi le gouvernement centrafricain en ce mois de mai 2019 a, à faire durer cette publication de cet accord au forceps imposé par l'ONU et l'UA, via des projections obscures sur la R.C.A dont les auteurs invisibles obscurs se reconnaissentl'UA, via des projections obscures sur la R.C.A dont les auteurs invisibles obscurs se reconnaissent, par cette précipitation des bourreaux qui sont laissés sur le tatami, par leurs sponsors obscurs, qui espéraient sur leurs pions de gouvernance de fortuite, pour pouvoir aspirer à grande vitesse sur des années XXXXXXXL, les richesses minières de la R.C.A ?

Mais c'est mal connaître cette nation centrafricaine qui est une terre des Bantu Ubuntu, la mémoire du sang centrafricano-centrafricain versé finira par rattraper les entourloupes internes et externes.

On veut seulement lire les entrelignes de cet accord au forceps de Khartoum, pour analyser avec objectivité si cela va dans le sens de l'identité centrafricaine et de la culture centrafricaine; puis où sont nos intérêts centrafricains d'abord.

Car toutes les mauvaises choses qui ont été faites en R.C.A depuis 25 ans ont une fin, et cela se prépare et doit se réparer comme il se le doit, pour la DIGNITE du Peuple centrafricain Bantu Ubuntu (nous n’avons pas la mémoire courte).

Que cela soit clair pour ceux qui pensent qu'ils vont toujours avoir recours par les armes pour accéder à la gouvernance ou utiliser les armes comme 1 moyen de subsistance (les règles vont changer, question du temps au temps), les différentes élections de tout genre en R.C.A se feront par les urnes, donc si vous voulez être élu, présentez votre candidature comme la procédure de la Constitution et des Lois centrafricaines nous l'exigent.
Si vous pensez ne pas respecter cela, alors expatriez-vous sur une terre où chacun peut faire sa petite loi de voleur, cela existe, il suffit de s'y rendre.
Eh oui !!! En Centrafrique nous sommes en terre des Bantu Ubuntu.

Be carrefull !!!!
» lire la suite

Mon commentaire

Dans la même catégorie
Le Président de la République, Son Excellence Pr Faustin Archange TOUADERA a lancé dans la matinée du 30 juin 2020 l’opération d’enrôlement » ...la suite
Un nouveau mouvement politique regroupant 42 partis, associations et organisations politiques centrafricains a été créé samedi pour soutenir la ca » ...la suite
Comme j’ai eu à le rappeler dans mes précédents messages à la Nation dès l’avènement de cette pandémie, la maladie à Coronavirus ou Covid- » ...la suite
L'homme politique centrafricain, Ancien Premier Ministre, Président du parti politique le Mouvement de Libération du Peuple Centrafricain (MLPC), D » ...la suite
Le président de la République centrafricaine Faustin-Archange Touadéra, a effectué une visite privée ce mercredi au Burkina Faso. Arrivé à O » ...la suite
La Cour constitutionnelle centrafricaine a rejeté vendredi dans un avis une proposition de loi qui ouvrait la voie à un report des élections légis » ...la suite
La Cour constitutionnelle centrafricaine a rejeté vendredi dans un avis une proposition de loi qui ouvrait la voie à un report des élections légis » ...la suite
Après plusieurs semaines de tergiversations sur le projet de modification de la Constitution du 30 mars 2016, initié par l'Assemblée nationale, la » ...la suite
Face aux sorties de François Bozizé et de son parti, le Kwa na Kwa, Faustin Archange Touadéra mobilise les troupes de son Mouvement cœurs unis ( » ...la suite
Que les alliés contre nature de François Bozizé ne trompent pas le peuple à propos du débat en cours sur la proposition de loi constitutionnelle » ...la suite