Notre mission, toujours vous informer
Accueil » Dossiers » "Pas de raison" que Ngaïssona soit détenu, selon son avocat

 

 

mai 20, 2019  AFP/VOA

 

L'avocat de l'ex-chef de milice centrafricain Patrice-Edouard Ngaïssona, dont l'audience de confirmation des charges et notamment de crimes contre l'humanité devant la Cour pénale internationale (CPI) devrait avoir lieu en septembre, estime qu'"il n'y a pas de raison" que son client "soit détenu".

"Il n'a fait que défendre l'intégrité de la République Centrafricaine (…) il a contribué à l'apaisement des esprits pour un dialogue national entre les différents groupes (...) Il n'y a pas de raison que M. Ngaïssona soit détenu", a affirmé à l'AFP son avocat belgo-ivoirien Me Simplice Séri Zokou, rencontré à La Haye.

Celui-ci est aussi l'avocat de Charles Ble Goudé, l'ex-chef du mouvement des Jeunes Patriotes en Côte d'Ivoire, jugé par la CPI avant d'être acquitté.

 

La première apparition de Patrice-Edouard Ngaïssona devant les juges de la CPI a eu lieu en janvier après son extradition depuis la France où il avait été arrêté en décembre.

Ngaïssona, 51 ans, président de la Fédération centrafricaine de football, est soupçonné d'avoir commis ou aidé à commettre des crimes de guerre et crimes contre l'humanité dans l'ouest de la République centrafricaine entre septembre 2013 et décembre 2014. Il est notamment accusé de meurtre et tentative de meurtre, extermination, déportation ou transfert forcé de population ainsi que de l'enrôlement d'enfants de moins de 15 ans.

Selon Me Zokou, l'audience pour la confirmation des charges qui devait avoir lieu le 18 juin, a été reportée à septembre à la demande du procureur.

 

Créées en 2013 après la prise du pouvoir à Bangui par les rebelles de la Séléka, les milices d'autodéfense antibalaka ont pris les armes, assurant vouloir défendre les intérêts des chrétiens face aux groupes armés musulmans.

D'après la Cour basée à La Haye, il y a des "motifs raisonnables" de croire qu'une "attaque généralisée et systématique a été perpétrée par les antibalaka contre la population civile musulmane et quiconque semblait soutenir la Séléka".

1 commentaire

N
CEUX QUI ONT COMMIS DES CRIMES DE GUERRE, CRIMES CONTRE L'HUMANITE EN CENTRAFRIQUE SONT ACTUELLEMENT LIBRES DANS LA NATURE ET POURSUIVENT LEUR SALE BESOGNE SANS S'INQUIETER. VOILA 34 PERSONNES VIENNENT D'ÊTRE MASSACREES SAUVAGEMENT ET LEURS ASSASSINS NE SONT PAS POURSUIVIS PAR LA CPI POUR CRIMES DE GUERRE, CRIMES CONT SAUVAGEMENT ET LEURS ASSASSINS NE SONT PAS POURSUIVIS PAR LA CPI POUR CRIMES DE GUERRE, CRIMES CONTRE L'HUMANITE. LA CPI DOIT-ELLE ATTENDRE QU'UN GENOCIDE SE PRODUISE POUR QUALIFIER CELA DE CRIMES DE GUERRE, CRIMES CONTRE L'HUMANITE ET LANCER UN MANDAT D'ARRÊT INTERNATIONAL CONTRE LES AUTEURS ? CHOSE BIZZARE, AUCUNE PERSONNE PARMI LES MEMBRES DE LA SELEKA QUI ONT MASSACRE DEPUIS LEUR AVENEMENT AU POUVOIR, JUSQU'A LEUR DESTITUTION ET AUJOURD'HUI N'EST ARRÊTEE ET REMISE A LA CPI; POURTANT, LES VRAIS CRIMINELS EN CENTRAFRIQUE SONT LES ELEMENTS DES GROUPES ARMES ISSUS MAJORITAIREMENT DU MOUVEMENT SELEKA. NGAÏSSONA DES ANTI-BALAKA DOIT ÊTRE LIBERE ET LA CPI DOIT RECHERCHER LES VRAIS CRIMINELS PARMI LES ELEMENTS DES GROUPES ARMES QUI MASSACRENT ET CONTRÔLENT ARBITRAIREMENT LES REGIONS DE LA CENTRAFRIQUE. » lire la suite

Mon commentaire

Dans la même catégorie
Le chef rebelle centrafricain Abdoulaye Miskine et trois de ses compagnons, qui avaient été arrêtés au Tchad, ont été placés sous mandat de dé » ...la suite
Lorsqu’on parle des événements du 28 mai en République centrafricaine, il me revient à l’esprit deux évènements majeurs tant par leur gravit » ...la suite
Récit Colette Braeckman Lorsqu’un vieil homme courbé par les ans, la voix éteinte, le pas hésitant, comparaîtra bientôt devant la justice » ...la suite
Longtemps critiquée pour la lenteur de sa mise en place, la juridiction créée en 2015 est à l’origine de 18 arrestations au sein de groupes arm » ...la suite
La Cour pénale spéciale, cour hybride lancée officiellement en octobre 2018 pour juger les crimes graves commis sur le territoire centrafricain dep » ...la suite
Dans sa question adressée au Vice-premier ministre, ministre de l'intérieur, sécurité et affaires coutumières Gilbert Kankonde lors de la pléni » ...la suite
Rwanda, l’argent du génocide (1/3). Vingt-cinq ans après les événements, « Le Monde » revient sur le financement du processus génocidaire qui » ...la suite
L’ancien interprète du juge Jean Louis Brugière et proche de Patrick Balkany, Fabien Singaye, dont les réseaux sont puissants en Centrafrique, é » ...la suite
Depuis le déploiement du 1er pont aérien humanitaire entre le France et la République Centrafricaine le 8 mai 2020, de folles rumeurs circulent aut » ...la suite
Alors qu’on lui prédisait un cataclysme sanitaire, le continent africain a pour l’instant été relativement épargné par la pandémie de Covid- » ...la suite