Notre mission, toujours vous informer
Accueil » Livres & Médias » À la Une: les vieux démons de retour en Centrafrique
À la Une: les vieux démons de retour en Centrafrique

 

 

Par Frédéric Couteau  RFI jeudi 23 mai 2019

 

Une trentaine de civils tués dans deux villages avant-hier mardi. Une religieuse franco-espagnole assassinée en début de semaine.

 

Wakat Séra s’interroge : « la République centrafricaine renoue-t-elle avec le cycle de violences sanglantes ? Le mercure de l’insécurité qui était plus ou moins tombé depuis la signature en février dernier de l’accord de cessez-le-feu entre le gouvernement et les groupes armés remonte, déplore le journal en ligne burkinabé. Ces mouvements qui écument la Centrafrique pour le plus grand malheur des populations civiles n’ont réellement jamais déposé les armes. Pire, ils font voler en éclat l’accord de Khartoum, le énième qui aura tenté de ramener la Centrafrique sur les chemins de la paix et de la stabilité politique. Pays de toutes les convoitises, du fait de la richesse inouïe de son sous-sol en diamants et autres minerais et de ses immenses forêts, la Centrafrique demeure un foyer de guerre, ou au mieux, un volcan dormant, en attente d’éruption. »

 

Même constat pour L’Observateur Paalga : « l’accord de paix signé le 6 février à Khartoum entre le gouvernement centrafricain et 14 groupes armés n’aura donc tenu que trois mois ; il faut dire qu’ils étaient nombreux les sceptiques après cet accord paraphé dans la capitale soudanaise avant d’être signé à Bangui. Une méfiance nourrie par le fait qu’avant le 6 février 2019, sept autres compromis ont jalonné l’histoire récente du pays. Et invariablement ils ont connu le même sort. Alors, s’interroge L’Observateur Paalga, par quel prodige le dernier en date aurait-il pu constituer l’exception dans ce vaste pays tourmenté dont les 80 % du territoire sont contrôlés par des miliciens qui, au demeurant, ne semblaient pas tenus par les engagements pris par leurs chefs ? »

 

Récemment, rappelle Le Journal de Bangui, « le Premier ministre de la RCA, Firmin Ngrébada, expliquait au micro de RFI pourquoi les accords de Khartoum étaient un succès et que ceux qui ne les respecteraient pas seraient sanctionnés. »

 

On verra bien si le chef du groupe 3R, auteur du massacre, sera sanctionné. « Bi Sidi Souleymane (alias Sidiki), c’est son nom, avait été nommé fin mars, rappelle Le Monde Afrique, “conseiller spécial militaire” auprès du Premier ministre chargé de la mise en place des unités mixtes associant membres des Forces armées centrafricaines et les groupes armés. »

2 commentaires

S
Cette situation d'égorgement des civils par les barbares, est aussi la conséquence de la stupidité de cet embargo virtuel bidon sur les armes des FACA en 2012. De près ou de loin dans vos bureaux où vous prenez des décisions de cols blancs, sans être sur le terrain :
Vous êtes aussi responsables et co-redécisions de cols blancs, sans être sur le terrain :
Vous êtes aussi responsables et co-responsables de cet acte satanique et aussi avec les différentes armes de guerre que détiennent les rebelles qui n'ont pas eus 1 embargo sur les armes, dont vous êtes au courant de leurs actions négatives et exactions sur le sol centrafricain, donc cela veut dire, que vous êtes aussi plongés jusque dans la bouche pour cette situation pourrie que vivent les centrafricains.

La montée en puissance des FACA doit se faire en force et en armes pour contraindre les oisifs et grands bandits voleurs armés, en faisant une levée totale de cet embargo virtuel bidon. C'est de cette manière que les Fils et Filles qui sont dans les FACA pourront aller sur le terrain pour faire leurs jobs.
Car les forces internationales de l'ONU ne sont pas en Centrafrique pour faire la guerre, mais en mission d'observations comme ils aiment bien le dire.
Les FACA doivent avoir les armes adéquates pour faire face à ces oisifs et voleurs bandits armés.

Les centrafricains doivent compter sur leurs propres forces en soutenant sans réserve les FACA dans leurs missions de Force de Défense et de protections des centrafricains Bantu Ubuntu.
» lire la suite
N
POURQUOI CET EMBARGO S'APPLIQUE QUE CONTRE LES FACA ET NON CONTRE CES GROUPES ARMES ILLEGAUX ? CES GROUPES ARMES DETIENNENT VISIBLEMENT DES ARMES DE TOUTES SORTES QUI LEUR PERMETTENT DE MASSACRER LES CENTRAFRICAINS BANTOUS. POURQUOI N'Y A T'IL PAS D'ACTIONS FERMES ET PUISSANTES DE REPRESAILLES MENEES PAR LES FORCES ONUS. POURQUOI N'Y A T'IL PAS D'ACTIONS FERMES ET PUISSANTES DE REPRESAILLES MENEES PAR LES FORCES ONUSIENNES CONTRE CES GROUPES DE SAUVAGES ARMES QUI MASSACRENT LIBREMENT DEPUIS UN CERTAIN TEMPS LES CENTRAFRICAINS BANTOUS ? SI LES FORCES ONUSIENNES N'ACCOMPLISSENT PAS CETTE MISSION DE NEUTRALISATION, POURQUOI NE PAS LEVER CE FAMEUX EMBARGO AFIN QUE LES VAILLANTS SOLDATS DES FACA SOIENT EQUIPES EN ARMES POUR CHASSER LES DESTABILISATEURS DE LA CENTRAFRIQUE ET MASSACREURS DES CENTRAFRICAINS ? MESSIERS LES HAUTS RESPONSABLES DU PAYS, LES CENTRAFRICAINS VOUS ONT ELU OU CHOISI AFIN QUE VOUS PRENIEZ DES DECISIONS FORTES POUR LES PROTEGER. MAIS DANS LA MESURE OU ILS SONT LIVRES PAR LA FAUTE DE L'EMBARGO A LA BARBARIE CRIMINELLE DES SAUVAGES QUI LEUR FONT SUBIR REGULIEREMENT DES EXACTIONS DE TOUTES SORTES INCLUANT DES SCENES HORRIBLES D'EGORGEMENTS (DECAPITATIONS) DES PERSONNES, VOUS AVEZ LE POUVOIR DE DECISION POUR METTRE FIN A CES ACTES SATANIQUES EN CENTRAFRIQUE EN PASSANT OUTRE L'EMBARGO POUR EQUIPER VOS FORCES ARMEES, LES FACA ET SAUVER LES CENTRAFRICAINS TOUJOURS EXPOSES A LA BARBARIE CRIMINELLE DES SAUVAGES. SI VOUS AVEZ COMPRIS CE MESSAGE QUI A UN SEUL BUT, PRESERVER LA SECURITE DES CENTRAFRICAINS, LA BALLE EST DANS VOTRE CAMPS VOUS RESPONSABLES DU PAYS, A VOUS DE JOUER. » lire la suite

Mon commentaire

Dans la même catégorie
Cinq ans après sa mort en République Centrafricaine, un film sur la photojournaliste angevine, Camille Lepage, sortira en salles le 16 octobre proch » ...la suite
La fille de l’ancien dictateur de Centrafrique, autrice du « Château de l’ogre », tourne la page d’une histoire éloignée des contes de fée » ...la suite
Le 20 mai, une religieuse franco-espagnole était retrouvée assassinée en Centrafrique, où elle était missionnaire. Dans ce pays où des groupes a » ...la suite
Lors d’une manifestation de l’opposition, samedi 15 juin à Bangui, interdite par les autorités, deux journalistes français travaillant pour l » ...la suite
Deux journalistes français de l'AFP ont été violemment interpellés puis molestés par la police, samedi, alors qu'ils couvraient une manifestation » ...la suite
Organisé par la Direction de la communication et de la presse du ministère de l’Europe et des affaires étrangères, un séjour de découverte du » ...la suite
« Fin du suspense hier à Addis-Abeba, s’exclame le site d’information centrafricain Ndjoni Sango, où le gouvernement centrafricain et les 14 gr » ...la suite
Une diplomatie, assurément singulière, et, par bien des aspects, inédite, car elle part de la connaissance et de l'implication dans les nombreux pa » ...la suite
Dans son livre Au château de l’Ogre (Flammarion), Marie-France Bokassa, fille de l'ex dirigeant de Centrafrique, Jean-Bedel Bokassa, raconte son en » ...la suite
Une pièce expliquant avec humour le fonctionnement de la nouvelle Cour pénale spéciale sera jouée dans tout le pays, après la première à Bangui » ...la suite