Notre mission, toujours vous informer
Accueil » Dossiers » Accord de Paix : Des ex-combattants Antibalaka, aile Ngaïssona invités à se l'approprier
Accord de Paix : Des ex-combattants Antibalaka, aile Ngaïssona invités à se l'approprier

 

 

https://www.radiondekeluka.org  mardi 28 mai 2019 12:17

 

Plus de 200 ex-combattants fidèles à Patrice Edouard Ngaïssona ont échangé lundi 27 mai sur le respect de l'Accord de Khartoum particulièrement sur leurs engagements à cesser immédiatement les violences et à démanteler les barrières érigées à l'intérieur du pays.

L'ambassadeur Adolphe Nahaho, Représentant le secrétaire général de la CEEAC, a voulu ainsi vulgariser le document signé le 6 février à Bangui entre le gouvernement et les 14 groupes armés. "Que le peuple centrafricain comprenne que nous sommes en train de vulgariser l'Accord politique pour la paix et la réconciliation en RCA auprès des groupes armés afin que ces derniers ne disent plus qu'ils ne connaissent pas son contenu, et qu'ils respectent désormais leurs engagements à commencer par la cessation des violences et le démantèlement des barrières illégales", a indiqué Adolphe Nahayo.

Le Représentant le secrétaire général de la CEEAC a ajouté que "la particularité est que cet Accord est voulu par les Centrafricains" insistant sur le fait que "les deux parties en conflit, le gouvernement et les groupes armés" ont unanimement préparé le document. Selon lui "c'est un accord qui a été négocié et obtenu sans manipulation et qui prévoit des mécanismes" mettant en exergue la mise en œuvre d'une "force de dissuasion et de contrainte si c'est nécessaire".

Force est de constater que depuis la signature de l'Accord de paix et de réconciliation en RCA, certains groupes armés persistent dans les violences et violations des droits humains. Et pour le porte-parole des ex-Antibalaka, Igor Lamaka, "les groupes armés doivent être dissouts par respect de l'Accord de Khartoum".

Cette campagne de sensibilisation, sur l’Accord politique de paix et de réconciliation du 6 février 2019, concerne les groupes armés de Bangui, en particulier les Antibalaka aile Ngaïssona, aile Mokom et la Séléka Rénovée.

0 commentaire

Soyez la première personne à vous exprimer !

Mon commentaire

Dans la même catégorie
Le chef rebelle centrafricain Abdoulaye Miskine et trois de ses compagnons, qui avaient été arrêtés au Tchad, ont été placés sous mandat de dé » ...la suite
Lorsqu’on parle des événements du 28 mai en République centrafricaine, il me revient à l’esprit deux évènements majeurs tant par leur gravit » ...la suite
Récit Colette Braeckman Lorsqu’un vieil homme courbé par les ans, la voix éteinte, le pas hésitant, comparaîtra bientôt devant la justice » ...la suite
Longtemps critiquée pour la lenteur de sa mise en place, la juridiction créée en 2015 est à l’origine de 18 arrestations au sein de groupes arm » ...la suite
La Cour pénale spéciale, cour hybride lancée officiellement en octobre 2018 pour juger les crimes graves commis sur le territoire centrafricain dep » ...la suite
Dans sa question adressée au Vice-premier ministre, ministre de l'intérieur, sécurité et affaires coutumières Gilbert Kankonde lors de la pléni » ...la suite
Rwanda, l’argent du génocide (1/3). Vingt-cinq ans après les événements, « Le Monde » revient sur le financement du processus génocidaire qui » ...la suite
L’ancien interprète du juge Jean Louis Brugière et proche de Patrick Balkany, Fabien Singaye, dont les réseaux sont puissants en Centrafrique, é » ...la suite
Depuis le déploiement du 1er pont aérien humanitaire entre le France et la République Centrafricaine le 8 mai 2020, de folles rumeurs circulent aut » ...la suite
Alors qu’on lui prédisait un cataclysme sanitaire, le continent africain a pour l’instant été relativement épargné par la pandémie de Covid- » ...la suite